Les oiseaux Se prémunir du froid hivernal

Pour se prémunir du froid hivernal, les oiseaux ressentent le besoin d’obtenir un apport en graisse et graines. Ces instants sont propices à toutes sortes de cabrioles, les envols et atterrissages sont nombreux. la première a fait le mot à ses copines et c’est en bande qu’elles viennent prendre leurs repas.
Les voltiges aériennes sont nombreuses tel l’enchaînement d’un ballet, seule la musique est absente, mais qu’importe, il est un délice de voir ces si jolies mésanges tourbillonner autour de leur restaurant ouvert à toute heure. Parfois au pied de l’arbre, un rouge-gorge vient aussi leur tenir compagnie, bien que ne se nourrissant que d’insectes, alors c’est la joie de voir ce petit monde minuscule ainsi réuni.

Les vers de farine séchés contiennent beaucoup de protéines et fournissent beaucoup d’énergie. Un aliment idéal comme nourriture d’hiver et de printemps pour les jeunes oiseaux, les poissons, les hérissons, les tortues et tous les reptiles.
Les avantages des vers de farines séchés sont connus : le goût est conservé, le volume et le poids aussi et ils sont conservables très longtemps.

Les vers de farine séchés constituent une remarquable source d’énergie qui peut être offerte toute l’année aux oiseaux du jardin. Avec cet aliment riche en protéines, les oiseaux vont apprendre à connaître le chemin vers votre jardin pour leur festin.

Les rouges-gorges, les grives, les bergeronnettes et les merles sont fous de ces vers de farine séchés.

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/

Pourquoi il faut nourrir vos animaux de compagnie avec des insectes

L’environnement mais aussi la santé de votre chat ou de votre chien ne s’en porteront que mieux.

Si vous êtes adepte des rayons animalerie de vos supermarchés, vous avez dû vous rendre compte que nous nourrissons principalement nos boules de poils de croquettes et de pâtées à base de viande et de poisson. On estime que les animaux de compagnie représentent 20% de la consommation mondiale de ces aliments.

En Afrique, l’élevage de volailles ou de poissons peut devenir une entreprise très onéreuse, car l’alimentation des bêtes accapare de 60 à 70 % des coûts de production.

« Ici, les prix élevés de la nourriture pour animaux peuvent décourager les exploitants d’utiliser des aliments de bonne qualité »,

L’élément le plus cher de la nourriture pour animaux est la source de protéines, qu’apportent normalement le soja importé ou une combinaison de farine de poisson locale et importée, dont le prix a doublé au cours des dernières années. Voilà pourquoi, en Ouganda et au Kenya, les chercheurs étudient une solution de remplacement locale moins coûteuse, qui permettrait à la fois de réduire le prix des aliments pour animaux et d’ouvrir de nouvelles possibilités économiques dans la région : les insectes.

Mais les chercheurs doivent au préalable résoudre trois problèmes : prouver que les insectes sont au moins aussi nutritifs que les aliments protéinés existants; montrer qu’il est possible de produire suffisamment d’insectes pour répondre à la demande; s’assurer que les règlements en vigueur permettent le recours aux insectes dans l’alimentation des animaux d’élevage.

Une fois qu’on a fait bouillir et griller les insectes pour éliminer les éventuels microbes, on les réduit en farine et on les ajoute aux autres ingrédients formant la nourriture pour animaux. Ils constituent alors une excellente source de protéines. « La plupart des farines d’insectes ont une teneur plus élevée en protéines et des protéines de meilleure qualité que la farine de poisson ». Bio Solution Farm Entomologie précise que les insectes contiennent aussi plus d’acides gras, ce que l’on considère comme un avantage nutritionnel.

Mise à l’essai dans des élevages de poissons et de volailles, cette nourriture à base d’insectes s’est révélée remarquable : les tilapias élevés avec une nourriture dont 33 % des protéines provenaient d’insectes affichaient, au bout de quatre semaines, des taux de croissance plus élevés que les poissons nourris aux aliments classiques. Selon Bio Solution Farm Entomologie, les poules élevées à la nourriture à base d’insectes produisaient des oeufs de meilleure qualité et en plus grand nombre.

Ces résultats ne mèneront nulle part si les éleveurs ne peuvent obtenir suffisamment d’insectes. Au Kenya par exemple, il faudrait, chaque année, 50 000 tonnes métriques d’insectes pour remplacer 30 % des protéines présentes dans la nourriture des poissons et de 27 000 à 32 000 tonnes métriques pour remplacer 5 % des protéines de la moulée à volaille.

Bio Solution Farm Entomologie est donc à pied d’oeuvre pour trouver les moyens de produire beaucoup d’insectes dans un espace réduit. L’espèce qu’ils considèrent pour l’instant comme la plus prometteuse est la mouche soldat noire. Cet insecte présente le triple avantage d’être le choix le plus nutritif pour les poissons et les volailles, de se reproduire rapidement et d’être facile à élever. Une structure grillagée de 10 m x 5 m où l’on empile des casiers de larves peut produire 2 tonnes métriques d’insectes par mois.

Cette mouche a aussi d’autres avantages : elle n’est pas une espèce nuisible qui propagerait des maladies aux animaux ou aux récoltes et peut être élevée avec des déchets d’orge des brasseries. Elle n’entre donc pas en compétition avec les humains ou les animaux d’élevage pour se nourrir. Bio Solution Farm Entomologie s’intéresse aussi à d’autres insectes, comme la pupe des vers à soie, dont on se débarrasse normalement après avoir prélevé le cocon, ainsi que les grillons.

Le fait que l’élevage de ces insectes requiert un espace relativement restreint offrirait des occasions économiques aux femmes et aux jeunes. « Les femmes et les jeunes ont un accès limité à la terre, donc une activité nécessitant peu d’espace peut représenter une énorme possibilité d’emploi pour les jeunes.

Les entreprises de nourriture pour animaux ont manifesté leur enthousiasme à l’idée d’utiliser de la farine d’insectes dans leurs produits. Elles attendaient qu’on leur montre que les insectes présentent un bon potentiel nutritif et que les règlements leur permettent d’aller de l’avant. Dans bien des endroits, les insectes sont considérés comme des impuretés, mais aucun règlement ne régit leur utilisation dans la nourriture pour animaux au Kenya ni en Ouganda.

Bio Solution Farm Entomologie

Aquaculture: De la farine d’insecte pour nourrir les poissons… Un coup double environnemental ?

Les fermes de mouches et de vers ont le vent en poupe en France depuis que l’Union européenne autorise l’alimentation à base d’insectes pour nourrir les poissons d’élevage. Tant mieux pour la planète ?

Des larves transformées en farines ou en huile

Il n’en fallait pas plus pour que des entreprises s’immiscent dans la brèche et installent des premières fermes de mouches. « Ce sont des élevages tout simplement, explique Bio Solution Farm Entomologie. Ces mouches pondent des œufs qu’on prélève et qu’on fait développer en les nourrissant de biodéchets végétaux. » Ces œufs deviennent des larves riches en protéines qui, avant de devenir mouches, seront transformées en farine et en huile pour l’alimentation des poissons.

Bio Solution Farm Entomologie. ne produit pour l’instant que de faibles quantités de farines qui ne sont pas commercialisées mais destinées à des expérimentations, et aux particuliers.

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/

Alimentation animale : Faut-il mettre des protéines d’insecte dans la pâtée de nos chiens et de nos chats ?

Plusieurs start-up proposent désormais des croquettes et friandises pour chiens et chats à partir de farines d’insectes. Parce que ces petites bêtes sont des concentrées énergétiques et que les élever nécessite peu de nourriture, d’espace, d’eau…

La solution pour demain ?

Des friandises à la larve de mouches de soldat noires ou aux vers de farine. Pas sûr qu’en France, on soit nombreux à sauter le pas pour calmer un ventre qui gargouille. La consommation d’insectes y reste encore un tabou alimentaire. Du moins, quand il s’agit de nourrir des humains.

Mais nos chiens et chats sont-ils aussi frileux ? « Les insectes font naturellement partie de leur régime alimentaire ». C’est tout le pari de Bio Solution Farm Entomologie., startup qu’elle a lancée début 2020 avec deux amis français : changer les codes de la nutrition animale en proposant des produits à base de protéines d’insectes.

Tout est parti  d’un changement de la réglementation européenne, le 1er juillet 2017, autorisant l’utilisation de protéines d’insectes dans l’alimentation animale. «  On en a surtout parlé pour l’aquaculture, mais cette possibilité vaut aussi pour la nutrition des chats et des chiens ». Depuis, une dizaine de start-up se sont positionnées sur cette niche dans le monde. Mais on en reste encore au stade de la recherche.

Bénéfice santé… et gros atout pour la planète

Dans ce contexte, les farines d’insectes ont leur carte à jouer. Bio Solution Farm Entomologie parle déjà de leurs « bénéfices santé ». « L’insecte est un véritable concentré énergétique, à la fois riche en protéines, mais aussi en vitamine B, en Oméga 3, en minéraux. Nous n’avons pas besoin d’ajouter des protéines de synthèse, contrairement à d’autres recettes à base de viande de bœuf ou de poulet. Par ailleurs, nous utilisons des insectes entiers, si bien qu’on restitue dans nos aliments la diversité des protéines et acides qu’on y trouve. Ce n’est pas le cas lorsque l’on n’utilise que des morceaux d’animaux. Enfin, les protéines d’insectes, aux chaînes d’acides aminés courtes, sont aussi plus faciles à digérer ».

Voilà pour les qualités nutritionnelles. Mais les protéines d’insectes ont un autre atout à faire valoir, écologique cette fois-ci. La FAO, l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, fait ainsi de la consommation d’insectes l’une des pistes les plus sérieuses pour assurer la sécurité alimentaire mondiale. Autrement dit, lorsqu’il faudra nourrir 9 milliards d’êtres humains et « des milliards d’animaux élevés chaque année pour l’alimentation, les loisirs et comme animaux de compagnie ».

« Un kilo d’aliments pour un kilo de protéines d’insectes »

Bio Solution Farm Entomologie.évoque « une course aux sources de protéines de qualité », dans laquelle l’industrie alimentaire est aujourd’hui lancée. Or, « les insectes, ça pousse vite et bien », rappelle-t-il. Surtout, ils ont un taux de conversion alimentaire très intéressant, pointe la FAO. « On entend par là la quantité de nourriture requise pour produire un kilogramme de protéines », explique Bio Solution Farm Entomologie. « En moyenne, il faut 6,8 kg d’aliments pour produire un kilo de protéines de bœuf, L’indice est de 2,9 kg pour les porcs, de 1,7 kg pour les volailles, de 1,1 kg pour les poissons. Pour les insectes, enfin, nous parvenons aujourd’hui à faire un kilo de protéines à partir d’un kilo d’aliments. »

Par ailleurs, l’élevage d’insectes consomme peu d’eau et émet peu de gaz à effet de serre. Jusqu’à 100 fois moins que des élevages conventionnels de bétails (bœuf, volaille, porc…), dont le bilan carbone est alourdi par les émissions de méthane et d’ammoniac, évalue la FAO. Enfin, autre atout de poids, les insectes peuvent se nourrir de déchets organiques, qu’ils transforment alors en protéines de haute qualité. « Nos insectes sont nourris à partir de coproduits agricoles, c’est-à-dire des résidus de cultures de betteraves à sucre ou de céréales pas ou peu valorisées jusque-là ».

Des élevages d’insectes qui doivent monter en puissance

Voilà pour les atouts. Il reste tout de même des freins à lever avant que les protéines d’insectes ne soient utilisées de façon massive, au moins dans la nutrition animale. Il y a déjà le prix. « Nos croquettes et friandises sont vendues au tarif des produits « premium » que vous trouvez chez les vétérinaires ou en animalerie », concède Bio Solution Farm Entomologie.. La disponibilité de ces protéines d’insectes pose aussi question. « Avant de pouvoir les inclure dans nos recettes, nous avons besoin d’être certains que des éleveurs puissent nous fournir suffisamment et sur la durée ».

Or, les quelques fermes d’insectes existantes aujourd’hui croulent sous la demande, « en particulier celle de l’aquaculture, qui reste notre premier marché », précise Bio Solution Farm Entomologie. Cette tension pourrait s’accroître à l’avenir, « alors que des discussions sont en cours pour autoriser les protéines d’insectes dans l’alimentation des monogastriques que sont les porcs et la volaille ».

Pour faire face, les fermes d’élevage n’auront d’autres choix que d’accroître leur capacité de production. C’est ce que fera Bio Solution Farm Entomologie. début 2020, en ajoutant une ferme à sa ferme d’élevage pilote, dans la région du Hainaut.

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/

Quels insectes sont utilisés en nutrition animale ?

Voici quelques exemples d’insectes élevés en vue de la nutrition des animaux d’élevage, notamment porcs, volailles et poissons :

* Le Ténébrion (Tenebrio molitor), présent dans le monde entier, appartenant à la famille des Ténébrionidés. Ses larves sont connues sous le nom plus courant de « vers de farine » et surtout comme le fléau des céréales et des farines stockées. 

Celles-ci sont par ailleurs déjà produites et consommées aujourd’hui par un grand nombre d’animaux, et utilisées dans les zoos pour nourrir reptiles, oiseaux et poissons. En effet, ces insectes à très bonne teneur en protéines s’élèvent très facilement et peuvent survivre sans eau, ce qui est intéressant notamment en élevage (Erick et al. 2002).

*La mouche soldat noire (Hermetia illucens) appartient à l’ordre des Diptères, famille des Stratiomyides et pouvant ressembler physiquement à une guêpe. De couleur noire bleutée, elle mesure environ 2 cm. 

Sa diffusion est très large, du 45° de latitude nord jusqu’à 40° de latitude sud, incluant l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et connaît des habitats très divers (Hardouin et al. 2003). Son intérêt principal est qu’elle peut s’alimenter à partir d’une grande variété de matière organique, dont les déchets et les lisiers. 

Par ailleurs, les larves de mouche soldat constituent une bonne source de nourriture pour les poissons et les porcs (Newton, 1977) ainsi que le poulet de chair (Newton, 2005). Des insectes donc très intéressants pour l’alimentation animale comme humaine ! 

Sources : Mangeons des insectes.com, INRA (« Des insectes pour l’alimentation animale »), FAO (« Edible insects »)

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/

Les protéines d'insectes : l'avenir de l'alimentation ?

Cela nous paraît fou, pourtant dans le monde, notamment en Afrique et en Asie, la population humaine consomme déjà des insectes depuis longtemps, et ce depuis bien avant l’Antiquité. On estime qu’actuellement près de 2,5 milliards d’individus se nourrissent quotidiennement d’insectes.

Ces petites bêtes s’avèrent être en effet de très bonnes sources de protéines (45 à 75% du poids sec), d’acides gras oméga 3 et 6, et de minéraux : fer, zinc, magnésium, cuivre, sélénium, et de vitamines notamment du groupe B etc. Selon l’espèce et son alimentation, certaines de ces teneurs peuvent aller jusqu’à couvrir la quasi-totalité des besoins journaliers en certains micro-nutriments.

Certains insectes présentent des teneurs en protéines 3 à 4 fois plus élevées que la viande, tout aussi digestes et équilibrées… de quoi faire réfléchir. Même s’il faut tout de même étudier ce « nouvel aliment » dans son ensemble : des apports d’acides aminés essentiels, à la qualité des lipides, la richesse en minéraux, ainsi qu’à leur teneur en certaines vitamines.

Autre avantage non négligeable, l’élevage d’insectes possède non seulement une très faible empreinte environnementale, mais les espèces d’insectes privilégiées sont aussi très peu consommatrices en eau. 

Il suffit de 1kg d’aliments pour produire quasiment 1kg d’insectes, quand il en faut 10 pour la même quantité de viande de bœuf. De plus, l’élevage d’insectes produit très peu de gaz à effet de serre, et est en mesure d’utiliser en circuit fermé les déchets organiques produits par les humains ou d’autres animaux.

Ils représentent donc l’aliment « miracle » et semblent capables en tout cas de répondre à un grand nombre de nos enjeux nutritionnels et environnementaux. Petit mais costauds nos insectes, pour supporter de si grands défis !

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/

Nourritures Chiens et Chats

Pour chat et chien.

Les insectes sont présents dans le régime alimentaire naturel des chats et des chiens sauvages (entre 3% et 5% du régime d’un chat sauvage est composé d’insectes). Les animaux de compagnie ont besoin de protéines premium et d’acides gras de haute qualité pour les maintenir en bonne santé.Nos produits répondent aux besoins nutritionnels des animaux de compagnie, en plus d’être hautement digestibles et de présenter une grande appétence, qui caractérise le plaisir gustatif associé à la texture des ingrédients.

Les insectes Bio

La classe des insectes représente le groupe le plus important du règne animal, par la diversité des formes, par l’étendue des habitats (des régions polaires à l’équateur, du bord de la mer à plus de 6000 m d’altitude, seule la haute mer étant quasiment dépourvue d’insectes) et par le nombre des espèces connues: cette classe du phylum des arthropodes représente à elle seule les trois quarts des espèces animales actuellement identifiées, soit environ un million d’espèces.

Certaines études menées dans les forêts tropicales laissent penser qu’il en existerait beaucoup plus, peut-être dix millions d’espèces! En détruisant les forêts tropicales, il est sûr que l’Homme fait disparaître chaque jour des espèces inconnues d’insectes.

Les insectes sont des animaux extrêmement anciens, et leurs plus vieux fossiles connus remontent à l’ère paléozoïque: ce sont les collemboles du dévonien d’Ecosse.

Ils devaient déjà exister au silurien, époque des premiers scorpions, et comptent parmi les plus anciens occupants de la terre ferme.

A ces insectes dépourvus d’ailes (aptérygotes) sont venues s’ajouter, dès le carbonifère, les formes ailées (ptérygotes) qui constituent aujourd’hui l’immense majorité des insectes.

Les insectes connurent une grande expansion à la fin du paléozoïque et au début du mésozoïque, et une importante diversification au crétacé.

L’étude des insectes est l’entomologie (du grec « entomon » = « insecte » et « logos » = « discours »).

les Allergies aux insectes.

Prescriptions générales

Attention ! Les personnes allergiques aux fruits de mer et/ou aux acariens sont susceptibles de développer une réaction allergique lors de la consommation d’insectes.

La mise sur le marché d’insectes entiers et de produits à base d’insectes entiers est soumise aux principes généraux de la législation alimentaire, notamment : l’application des bonnes pratiques d’hygiène, la traçabilité, la notification obligatoire, l’étiquetage et la mise en place d’un système d’autocontrôle basé sur les principes HACCP.

Les opérateurs qui élèvent des insectes destinés à la consommation humaine en vue de leur mise sur le marché doivent être enregistrés auprès de l’AFSCA.

Une autorisation de l’AFSCA est requise pour les opérateurs des secteurs de la transformation et/ou de la distribution qui mettent sur le marché des insectes ou des denrées alimentaires à base d’insectes destiné(e)s à la consommation humaine.

La truite et sa nourritures.

« Une truite, tous les pêcheurs le savent, se nourrit principalement d’insectes ou de larves, donc ça tombe sous le sens de remplacer cette farine de poisson par une farine d’insecte, et de voir si on peut développer cette farine qui a une durabilité plus grande que la farine de poisson classique »,

TRUITE FARIO – DUZERT Jean Louis

S’affranchir d’un aliment industriel pour composer notre propre ration

L’approvisionnement en aliment biologique pour les poissons est compliqué. Il existe peu de fournisseurs en Europe : par exemple, les poissons du prototype de Vert d’Iris International sont actuellement nourris avec un aliment importé de Bretagne. Le transport depuis des zones éloignées géographiquement élève le coût de l’aliment et est source d’émissions de gaz à effet de serre. Et lorsque l’on regarde de près l’étiquette du produit, on se rend compte que 80 % de l’aliment est constitué de matières premières non biologiques.

A la suite de ce constat nous avons décidé de nous lancer dans la production d’insectes comme base alimentaire pour distribuer aux poissons. Dans une optique d’autonomie pour l’activité d’aquaponie, nous souhaitons ainsi produire notre propre aliment BIO.

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com

La ferme Bio d insectes.

Notre Ferme d’élevage d’insectes Bio

Notre Ferme d’élevage d’insectes Bio de recherche et développement a été créer en 2020, nous testons et élevons différentes espèces d’insectes comestibles pour les animaux uniquement.

Notre démarche vise à promouvoir l’entomophagie (la consommation d’insectes comestibles pour les animaux) en sensibilisant les parcs animaliers et zoos sur les intérêts de la production sur site et bio, (enjeux environnementaux, nutritifs et économiques) et en proposant comment intégrer cette nouvelle protéine dans l’alimentation animale de façon durable, à travers divers éléments :

UNE ALIMENTATION SAINE POUR LES ANIMAUX.

La totalité de la production industrielle actuelle est destiner à être séchée et mis en poudre, mais cela entraîne une considérable perte de vitamine et oligo-éléments.
Chez « Ténébrion Solution Farm », les vers sont nourris avec de la farine bio et du son de petit épeautre bio, avec des carottes, des pommes et des courgettes bio.

Les vers vivants sont pour les poules, cailles, poissons, oiseaux, reptiles, amphibiens, invertébrés, petits mammifères comme les mangoustes, les suricates, les coatis et les primates (tamarins, capucins…)
Les vers en farine non sécher en complément alimentaire, pour tous les autres animaux du parc ou zoo.
L’élevage d’insectes comestibles émet 99% d’émission de gaz à effet de serre en moins que l’élevage du boeuf, nécessite 100 fois moins d’eau et 1000 fois moins d’espace.

À qualité nutritionnelle équivalente aux protéines de bœuf ou de poulet, la production de protéines d’insectes comestibles a moins d’impact sur l’environnement : leur élevage nécessite en effet très peu d’espace, d’eau ou de nourriture.
Les insectes comestibles vivant sont riches en protéines, lipides et acides gras ! Ils sont également plus riches en vitamines (A, C, B2, B3, B12…), en micro-nutriments (fer, cuivre, magnésium, zinc…) et en acides aminés essentiels dits «BCAA» (isoleucine, leucine, valine : (les 3 acides aminés essentiels qui facilitent la croissance et la récupération.)

DES CIRCUITS COURTS

L’élevage et la transformation de nos insectes s’effectue sur place dans un conteneur pour une fraîcheur constante et une livraison journalière même le week-end et les jours ferries.
Un vers prélever, mis en boite hermétique et livrer perdra la moitié de son eaux avant d’avoir été consommer par l’animal, notre projet est donc d’installer un conteneur de production dans le parc animalier ou zoo afin de pouvoir proposer une fraîcheur inégalé journalière.

Pour assurer une hygiène parfaite dans notre élevage, nous ne pouvons y accueillir de visiteurs.

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com