L’hirudothérapie Animales en Médecines alternatives

L’hirudothérapie.

La majorité des applications de la sangsue en médecine humaine sont également valables en médecine vétérinaire.

Ainsi elles sont indiquées de la même façon dans le traitement des thromboses, des hématomes, des oedèmes, des tendinites…

Elles peuvent également être utilisées en chirurgie dans les cas de transplantations tissulaires.

L’emplacement de la sangsue sur la peau doit être préparé : rasage et nettoyage de la peau avec de l’eau.

Lors de la morsure, la sangsue injecte une substance anti-douleur ; malgré cela, une légère sensation de brûlure peut survenir et les animaux peuvent être calmés.

Les sangsues sont utilisées dans le traitement de problèmes tels que les inflammations et les maladies des veines et artères périphériques comme la thrombo-embolie aortique féline.

Elles favorisent aussi la restauration de l’anastomose des capillaires. Elles accélèrent le processus de décongestion des hématomes et le désengorgement des greffons.

En assurant le drainage et en remplaçant le retour veineux partiellement ou totalement, elles permettent d’attendre qu’une néo vascularisation veineuse se mette en place.

L’intérêt des sangsues est qu’elles sont particulièrement attirées par le sang désoxygéné et qu’elles ne mordent que dans du tissu vivant.

Elles sont également préconisées dans les états congestifs traumatiques : hématomes étendus des membres, hématomes périorbitaires, suites opératoires d’un lifting.

Les sangsues sont donc indiquées en chirurgie chaque fois qu’il y a une stase veineuse.

Actuellement, les indications citées par les médecins praticiens sont les suivantes :

• Hernie discale

• Les arthroses : genou, poignet, épaule.

• Les tendinites.

• Les hématomes.

• Les accidents vasculaires cérébraux pris précocement…

Source : Médecines alternatives — Centre Vétérinaire du Marronnier

Des sangsues pour soigner les chevaux !

Des sangsues pour soigner les chevaux !

Malgré l’image peu engageante des sangsues, ces animaux ont été très utilisées pendant des siècles.

Aujourd’hui, elles bénéficient d’un regain d’intérêt avec la médecine alternative, pour l’homme comme pour les chevaux.

L’utilisation des sangsues dans l’histoire

Il existe près de 600 espèces différentes de sangsues au monde mais une seule en particulier nous intéresse : la sangsue médicinale (hirudo medicinalis).

Cette sangsue a été un vrai allié pour l’homme. Sa salive a de nombreuses vertus notamment anti-inflammatoire, anti-coagulante et anesthésiante. Depuis l’Antiquité jusqu’à la Renaissance, l’Homme (des rois aux paysans) a recourt aux sangsues pour soigner différentes maladies, comme par exemple les phlébites ou les œdèmes. Hippocrate, le père de la médecine, recommandait l’utilisation des sangsues, persuadé que beaucoup de maux été soignés grâce à elles.

Mais avec les progrès de la médecine et de la pharmacologie, l’utilisation des sangsues se fait de plus en plus rares pour finalement disparaître de nos soins au XXème siècle, à l’exception de la Russie qui a continué à prodiguer des soins avec les sangsues dans les hôpitaux.

Avec le retour de l’engouement pour le naturel, on redécouvre les bénéfices des sangsues et on recommence à les utiliser dans différentes thérapies.Des sangsues et des chevauxL’hirudothérapie (la médecine à base de sangsues) redevient à la mode pour soigner différentes blessures et maladies. Elle est une alternative aux médicaments dans la mesure du possible. Evidemment, elle ne se soustrait pas à un bilan et à une prise en charge du vétérinaire.

Voici une liste non exhaustives des maladies qui peuvent être traitées grâce aux sangsues :

Tendinite. S’agissant d’une inflammation, la salive des sangsues apporte un effet anti inflammatoire. Contrairement à un anti inflammatoire classique, la sangsue va en plus pouvoir résoudre la cause de la tendinite. La sangsue va résorber par exemple un hématome inter tendineux.

Hématome. Un hématome est un amas de sang dans un tissu. La sangsue, de par son nom, suce le sang. En plaçant une sangsue sur un hématome, cette dernière va aspirer le trop plein de sang et va permettre à l’hématome de se résorber plus vite.

Fourbure. Pathologie tristement connue, deuxième cause de décès chez le cheval, la fourbure peut être soignée grâce aux sangsues. La fourbure étant une inflammation du pied, elle fait office d’anti inflammatoire. Il y a notamment une poussée sanguine qui peut provoquer le basculement de l’os. La sangsue, placée au niveau du pied, va boire le sang et va soulager le cheval.

Arthrose. Les propriétés anti-inflammatoires de la salive de la sangsue permettent d’atténuer la douleur de l’inflammation engendrée par l’arthrose. Les sangsues ne permettent pas un traitement de fond mais peuvent soulager le cheval durant une forte crise.

Cheval fourbu traité aux sangsues ©Fred Demaret

Protocole de pose et de soinsUne fois que l’hirudothérapeute aura déterminé les points de pose, il faut simplement tondre la zone pour faciliter la prise des sangsues.

L’hirudothérapeute viendra alors poser les sangsues dans la zone à traiter. Après ça, il faut attendre. Les sangsues peuvent rester accrochées entre 20 minutes et 1 heure. Elles tomberont d’elles-mêmes une fois qu’elles seront pleines de sang.Il ne faut surtout jamais tirer sur une sangsue. Elle risquerait de régurgiter dans la plaie, et de provoquer une infection.Une fois que toutes les sangsues sont tombées, il est important de nettoyer et bander la zone traitée.

Il est recommandé de laisser le cheval au repos durant 48h ainsi que de continuer à nettoyer et de bander une semaine après le traitement pour éviter les infections bénignes.

Contre-indicationsIl est déconseillé d’avoir recours à l’hirudothérapie si le cheval est atteint d’anémie (l’anémie est une diminution significative de globules rouges dans le sang). En pompant le sang, les sangsues risqueraient d’entraîner une trop forte carence en globule rouge.

Lors qu’un cheval souffre de déficit immunitaire, il vaut également mieux éviter les sangsues. Le risque d’infection provoqué par la sangsue est trop grand.

Enfin, un cheval qui est allergique à la salive de sangsues (composée par exemple d’histamine) ne doit évidemment pas bénéficier d’une hirudothérapie pour des raisons évidentes.

Plus généralement, ne recourez pas à des traitements alternatifs sans l’accord de votre vétérinaire.

Source : Des sangsues pour soigner les chevaux !

Artemisia et lutte contre le Covid19

Les médicaments antiviraux à base de plantes ont été utilisés lors de nombreuses épidémies historiques. Cette voie thérapeutique n’est pas une pratique désuète.

Elle a par exemple été mise en œuvre lors les deux précédentes flambées de coronavirus – MERS-CoV en 2012, SRAS-CoV en 2013 – ou lors des récentes épidémies saisonnières causées par les virus de la grippe et de la dengue.

La revue de la littérature scientifique montre ainsi que des extraits de Lycoris radiata, d’Artemisia annua et de Lindera aggregate, ainsi que les extraits d’Isatis indigotica, Torreya nucifera et Houttuynia cordata, ont montré des effets anti-SARS.

Des essais cliniques ont également montré que la Flavone végétale baicaléine pouvait empêcher ou limiter l’entrée du virus de la dengue dans l’hôte et inhiber la réplication du virus après qu’il y soit entré. En outre, les produits naturels issus des racines de Pelargonium sidoides et du Taraxacum officinale (pissenlit) ont des activités antigrippales, car ils inhibent l’entrée du virus et les principales activités enzymatiques virales.

En tant que traitement complémentaire, les médicaments antiviraux à base de plantes peuvent augmenter les taux de guérison lorsqu’ils sont associés à d’autres traitements. Des informations récentes rapportent que les autorités sanitaires chinoises ont annoncé, dans un article publié ce mois de mars 2020, que « pour 90% des cas positifs au Covid19, elles ont administré de l’Artemisia annua (Qing Hao) en traitement complémentaire dans le cas de syndromes pulmonaires modérés. » (Information de l’ONG Française La Maison de l’Artemisia).

Il est possible que ce traitement complémentaire ait contribué à endiguer l’épidémie en Chine.Dans une situation d’urgence comme celle de la pandémie actuelle de Covid19, et en l’absence de traitement conventionnel, la mise au point de médicaments de synthèse efficients ou d’éventuels vaccins est soumise à la temporalité propre aux protocoles de recherches et de validation par des essais cliniques.

Les médicaments à base de plantes et de produits naturels facilement disponibles et dont l’innocuité a déjà été prouvée peuvent faire gagner du temps en tant que première ligne de défense.

Si différentes plantes peuvent être candidates à cet usage, dans le contexte rwandais, et plus largement africain, Artemisia annua et Artemisia afra apparaissent comme deux plantes potentiellement utilisables pour cette première ligne de défense.

Afin de contribuer à la réflexion sur les politiques à mener pour combattre efficacement la pandémie en cours, le bureau d’études Inter-Culturel, en lien étroit avec des médecins, des chercheurs et des spécialistes de ces plantes, a entrepris de réunir les informations scientifiques aujourd’hui disponibles pour les mettre à la disposition des autorités sanitaires et de tous les acteurs engagés dans la recherche de traitements et de protocoles de soin à même d’aider les personnes ayant contracté ou étant exposées au Covid19.

Le dossier ci-dessous rassemble ainsi les données de recherche disponibles sur les propriétés antivirales et le potentiel d’utilisation d’Artemisia annua et afra dans le contexte d’urgence sanitaire actuelle.A ce dossier est joint, en annexe, le document « Appel à projets lutte Covid19 : prévenir et atténuer l’épidémie avec l’Artemisia annua », rédigé par l’ONG La Maison de l’Artemisia, qui offre une proposition d’essai clinique dont pourraient s’inspirer les acteurs en charge de la politique sanitaire.

Source : Artemisia et lutte contre le Covid19 – Inter-Culturel

Kit élevage

Ce kit pédagogique d’élevage de insectes est un tout nouveau kit qui va permettre aux enfants de découvrir la vie et le monde des insectes
Kit élevage ludique et pédagogique pour par exemples des Bombix, papillons, coccinelles, larves, phasmes, habitat fourmis…
Pour le transport, l’élevage et l’alimentation.
Plastique, facile à nettoyer.
Avec poignée et ouverture.
Porte supplémentaire latérale, permet d’empiler les boites.
Me reste 4 kit d’élevages a vendre a Anderlues Belgique.

Source : https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com

POMMADE DE VENIN D’ABEILLE DOULEURS MUSCULAIRES.

POMMADE DE VENIN D’ABEILLE (45 G)

Les anciens Égyptiens connaissaient déjà l’effet thérapeutique du venin d’abeille. Il stimule en effet la formation de corticostéroïdes. Autrefois, ils attiraient les abeilles vers les parties du corps douloureuses et se laissaient piquer. Beaucoup de personnes ont toutefois peur de cette thérapie, c’est pourquoi les hommes ont cherché d’autres méthodes pour extraire le venin d’abeille.

Le venin d’abeille contient trois composants anti-inflammatoires, à savoir la mélitine, l’adolapine et le peptide MCD.

Ces ingrédients actifs ont un effet thérapeutique important dans divers processus de guérison, améliorent la micro-circulation du sang, réduisent le gonflement et adoucissent les spasmes musculaires. Le venin d’abeille possède non seulement un effet local, mais il stimule et régule aussi le niveau de cortisone du corps via le système hormonal.

Après une application suffisamment longue et sans effets secondaires, le venin d’abeille peut contribuer à soulager les symptômes de la douleur pour toutes sortes d’affections musculaires et de lésions sportives, de nature rhumatismale ou non.

La pommade au venin d’abeille est appliquée en usage externe notamment pour le mal de dos chronique, les douleurs cervicales et musculaires, les lésions sportives, les rhumatismes, l’arthrite, … et est parfois communément appelée « baume anti-rhumatismes », « baume contre l’arthrite » ou « baume orthopédique ». La pommade de venin d’abeille assouplit les muscles.

La POMMADE DE VENIN D’ABEILLE a été optimisée en intégrant le venin d’abeille à d’autres ingrédients, qui veillent à ce que les substances curatives puissent facilement pénétrer dans la peau et les tissus et qu’elles soient mieux assimilées. La pommade sera conservée à l’abri des fortes chaleurs, jusqu’à deux ans après ouverture.

Ingrédients

AquaGlyceryl Stearate SEParaffinum LiquidumBrassica Campestris Seed OilCetyl AlcoholStearic AcidPropylene GlycolMethyl SalicylateLanolinPalmitic AcidCamphorTerpineolD-LimoneneTerpene HydrocarbonsCera AlbaRosmarinus Officinalis Leaf OilHamamelis Virginiana Bark/Leaf/Twig ExtractPhenoxyethanolTocopheryl AcetateMaltodextrinSodium Starch OctenylsuccinateEthylhexylglycerinCitrus Aurantium Dulcis Peel Oil ExpressedBee VenomLinaloolHydrated SilicaBHTEmploi

Appliquer la pommade le matin et le soir sur la/les zone(s) douloureuse(s) et couvrez éventuellement.

Il est prouvé que la guérison est plus rapide si les trajets nerveux qui mènent à la zone en question ont aussi été frictionnés.Se laver les mains après application de la pommade.

Pour un résultat plus puissant, la pommade de venin d’abeille peut aussi être combinée à la consommation de PROPOLIS.

Remarques

Pour usage externe uniquement.

Ne pas utiliser sur une peau irritée ou endommagée.Si une réaction indésirable se produit, cessez d’utiliser le produit.Informez votre médecin si ce problème persiste.

Evitez tout contact avec les yeux, les muqueuses de la bouche et les parties génitales.Ne pas s’exposer au soleil après application.

Ne convient pas aux femmes enceintes et allaitantes.

Gardez hors de la portée des enfants.

Ne convient pas aux enfants de moins de 12 ans.

Source : https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/POMMADE-DE-VENIN-D-ABEILLE-cbaaaaala.asp

Miel de manuka IAA 5+

Miel de manuka IAA 5+Miel de manuka IAA 5+

Miel de manuka IAA 5+

Miel de manuka, le super-miel

Le manuka est un arbrisseau présent en Nouvelle-Zélande. Il atteint habituellement les 3 mètres de haut dans des conditions climatiques difficiles. Pour obtenir ce miel, les abeilles butinent le nectar des fleurs de la plante du manuka et déposent leur récolte dans les ruches.

Depuis des siècles le peuple maori, la population polynésienne autochtone de Nouvelle-Zélande, utilise le miel de manuka afin de lutter contre plusieurs maux : la fièvre, l’asthme, les bronchites, l’eczéma, les rhumatismes mais aussi afin d’aider à la cicatrisation des plaies.

Cet édulcorant naturel a un goût plus fort, une texture plus crémeuse et une couleur plus foncée que le miel traditionnel.

Vous pouvez le conserver soit à température ambiante soit au réfrigérateur. A température ambiante, le miel peut se garder 1 voire 2 ans s’il est tenu hors de portée d’une source de chaleur et que le contenant est bien fermé.

Vous pouvez l’utiliser dans vos recettes mais pas que.

Grâce au méthylglyoxal contenu dans le miel de manuka, vous pouvez ranger ce miel dans votre placard à pharmacie puisqu’il possède de nombreuses vertus et bienfaits.

De la médecine traditionnelle maori à la science moderne.

Le manuka aussi nommé tea tree est un arbrisseau qui pousse à l’état sauvage sur les terres vierges de Nouvelle Zélande dans des conditions climatiques difficiles. Depuis des siècles le peuple maori utilise le manuka pour lutter contre la fièvre, l’asthme, les bronchites, l’eczéma, les rhumatismes ou encore pour aider à la cicatrisation des plaies.

Le miel de manuka est aujourd’hui consommé pour son activité anticeptique et antibactérienne scientifiquement prouvée. Il est employé en prévention dans les hôpitaux de nombreux pays anglo-saxons.

Ce miel est au niveau IAA 5+, IAA est l’abréviation de « indice d’activité antibactérienne ». Il indique le niveau d’activité antibactérienne au miel de manuka.

L’IAA de chaque production est systématiquement analysé en laboratoire et classé par ordre croissant d’activité de l’UMF 5+ à l’IAA 25+.

L’indice IAA apposé sur chaque étiquette vous apporte la garantie d’une efficacité antibactérienne et antiseptique scientifiquement mesurée.

Son goût est différent de celui des miels que nous connaissons, il présente des notes d’eucalyptus et une texture crémeuse qui en font un miel de très grande qualité.

Conseils d’utilisation: déguster 2 à 3 cuillères de ce miel quotidiennement.

Vous pouvez également l’utilisez en application externe sur les plaies, les piqures d’insectes, l’eczéma ou les brûlures.

Manuka — Wikipédia

Le miel de Manuka : des propriétés uniques au monde

Plus de 20 années de recherches, dont celles menées par le Pr P.Molan de l’Université de Waikato en Nouvelle Zélande, ont mis en évidence que certains miels de manuka possèdent une activité unique que l’on ne trouve dans aucun autre miel.

Il a aussi découvert que tous les miels de manuka ne présentent pas cette activité appelée activité non peroxydique qu’il nomme Unique Manuka Factor ou UMF.

Les indices UMF et IAA : la garantie scientifique de l’activité non peroxydique.

L’activité unique du manuka est également connue sous le nom d’UMF ou Unique Manuka Factor. L’indice français mesurant cette activité est l’IAA.

Cet indice présent sur l’étiquette de nos pots de miel vous apporte la garantie de propriétés non peroxydique comparées à celles d’une solution aqueuse de phénol, molécule antiseptique puissante utilisée par l’industrie pharmaceutique.

Ainsi, le miel ayant une action identique à une solution aqueuse à 18% de phénol, porte l’indice 18+. La même méthode est appliquée pour déterminer l’indice 15+ et 10+. Plus l’indice est élevé, plus le miel présente des propriétés antiseptiques importantes.

Le miel de manuka est un antifongique (il lutte contre les infections locales ou profondes à champignons microscopiques). C’est aussi un antibactérien grâce à sa forte teneur en méthylglyoxal, un antibiotique mais aussi un anti-inflammatoire. Cela s’explique de par sa production de peroxyde d’hydrogène qui est reconnu pour ses vertus antiseptiques.

Miel de Manuka - Doctissimo

Il va de soi que le miel de manuka vient s’ajouter aux traitements médicamenteux habituels, avec un avis médical professionnel recommandé. Le miel n’est pas interdit aux diabétiques et bien au contraire, puisqu’il semble être un excellent produit pour participer au traitement du diabète. En effet, plusieurs études ont montré que la consommation de miel, stabilise voire baisse le taux de glycémie. Vous avez donc plutôt intérêt à sucrer vos aliments avec du miel qu’avec du sucre.

Source : Miel de manuka IAA 5+

Le prix moyen du miel

Source : Le prix du miel | Miel-Direct

Le prix du miel 100% naturel.

Le prix d’un miel de bonne qualité

On constate de grandes disparités entre les miels « premiers prix » et ceux produits par nos apiculteurs belge et français.

De plus, l’augmentation du nombre des fraudes sur le miel dénoncée aussi bien par les producteurs et les associations de consommateurs incite davantage à la méfiance qu’à la confiance.

Essayons de faire le point pour comprendre les écarts de prix et pour choisir son pot de miel en connaissance.

Quel est le « bon » prix du miel ?

Une consommation supérieure à la production

La consommation de miel en France est 4 fois plus importante que notre production nationale. Malheureusement, en 2017, la récolte dans l’Hexagone a encore été mauvaise en raison des conditions climatiques.

La conjugaison de ces deux phénomènes explique logiquement l’augmentation des importations en provenance de l’Union Européenne et de pays hors Union-Européenne.

Une grande variation dans les prix des miels

Les miels chinois ou ukrainien se négocient à moins de 2 € le kg.

Ces miels se retrouvent dans les rayons des magasins aux alentours de 5 € le kg.

Côté apiculteurs français, le miel revient à la sortie de la ruche à des coûts de production variant entre 3 et 10 € le kg.

Ce prix dépend des coûts de renouvellement du cheptel, des transhumances, …. De ce fait, après la récolte, le travail du miel, l’étiquetage et la commercialisation, et en tenant compte de l’inflation des prix engendrée par la mauvaise saison 2017, vous trouverez chez les producteurs des miels 100% français de grande qualité dans une fourchette de prix entre 10 et 30 € le kilo.

Cette différence peut paraître importante. Cependant, il faut savoir que 42 % des miels premiers prix sont non conformes à la règlementation (étude de 2015 de la DGCCRF). Un miel à 5 € le kilo a des chances d’être du « faux miel ».

Source : https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com

Le miel de thym.

Présenté comme étant l’une des variétés de miel ayant le plus de vertus médicinales, le miel de thym a une couleur ambrée et une saveur très prononcée.


Sa saveur extrêmement forte est une des raisons d’apprécier le miel de thym au quotidien.
Quels sont les bienfaits du miel de thym ?
L’une des propriétés pour lequel il est reconnu est son pouvoir antiseptique. Le miel de thym est fortement utilisé pour la prévention des maladies infectieuses, respiratoires et digestives. Il aurait également un effet tonifiant et revigorant, ce qui le rend idéal en cas de grippe.

Consommez le miel de thym et bénéficiez de ses vertus naturelles. Pour vos problèmes de bronchite, de toux, de rhumes et d’asthme, prenez quelques cuillères à soupe de ce miel et vous serez soulagé.

Boite de 1 Pots de 500 gr
Uniquement sur commande

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/Miel-aux-Thym-cbaaaaaXa.asp

Dernières nouvelles sur Covid19.

Vrai ou faux?
 
ON S’ÉTAIT BIEN TROMPÉ SUR LE TRAITEMENT DU COVID19, MAINTENANT ON SAIT ENFIN!
 
Pr Jacques Theron neuroradiologue CHU Caen.
Dr. Theron, Jacques - Hospital Nuestra Señora del Rosario
Dernières nouvelles sur Covid19.
Grâce aux autopsies pratiquées par les Italiens … il a été démontré que ce n’est pas une pneumonie … mais c’est: une coagulation intravasculaire disséminée (thrombose).
Par conséquent, la façon de le combattre est avec des antibiotiques, des antiviraux, des anti-inflammatoires et des anticoagulants.
Les protocoles sont modifiés ici depuis midi!
Selon des informations précieuses de pathologistes italiens, des ventilateurs et des unités de soins intensifs n’ont jamais été nécessaires. Si cela est vrai pour tous les cas, nous sommes sur le point de le résoudre plus tôt que prévu.
Important et nouveau sur le coranovirus:
Nouveau Coronavirus (Maladie: COVID-19, Virus: SARS-CoV-2 ...
Partout dans le monde, COVID-19 est attaqué à tort en raison d’une grave erreur de diagnostic physiopathologique.
Le cas impressionnant d’une famille mexicaine aux États-Unis qui prétendait avoir été guérie avec un remède à la maison a été documenté: trois aspirines de 500 mg dissoutes dans du jus de citron bouilli avec du miel, prises à chaud.
Le lendemain, ils se sont réveillés comme si rien ne leur était arrivé!
Eh bien, les informations scientifiques qui suivent prouvent qu’elles ont raison!
Ces informations ont été publiées par un chercheur médical italien:
Grâce à 50 autopsies effectuées sur des patients décédés de COVID-19, les pathologistes italiens ont découvert qu’il ne s’agit PAS de PNEUMONIE à proprement parler, car le virus non seulement tue les pneumocytes de ce type, mais utilise une tempête inflammatoire pour créer une thrombose vasculaire endothéliale.
Comme dans la coagulation intravasculaire disséminée, le poumon est le plus touché car il est le plus enflammé, mais il y a aussi une crise cardiaque, un accident vasculaire cérébral et de nombreuses autres maladies thromboemboliques.
En fait, les protocoles ont laissé les thérapies antivirales inutiles et se sont concentrés sur les thérapies anti-inflammatoires et anti-coagulantes. Ces thérapies doivent être effectuées immédiatement, même à domicile, dans lesquelles le traitement des patients répond très bien.
Ce dernier s’est révélé moins efficace.
En réanimation, ils sont presque inutiles. Si les Chinois l’avaient dénoncé, ils auraient investi dans la thérapie à domicile, pas dans les soins intensifs!
COAGULATION INTRAVASCULAIRE DIFFUSÉE (THROMBOSE):
Thrombose veineuse et embolie pulmonaire - Fondation Suisse de ...
Donc, la façon de le combattre est avec des antibiotiques, des anti-inflammatoires et des anticoagulants.
Un pathologiste italien rapporte que l’hôpital de Bergame a fait un total de 50 autopsies et une à Milan, 20, c’est-à-dire que la série italienne est la plus élevée du monde, les Chinois n’en ont fait que 3, ce qui semble confirmer pleinement les informations.
Auparavant, en résumé, la maladie est déterminée par une coagulation intravasculaire disséminée déclenchée par le virus; il ne s’agit donc pas d’une pneumonie mais d’une thrombose pulmonaire, une erreur diagnostique majeure.
Nous avons doublé le nombre de places de réanimation à l’USI, avec des coûts déraisonnables, inutilement.
Rétrospectivement, nous devons repenser les radiographies pulmonaires qui ont été discutées il y a un mois et qui ont été administrées comme pneumonie interstitielle; en fait, elle peut être entièrement compatible avec la coagulation intravasculaire disséminée.
Le traitement en USI est inutile si la thromboembolie n’est pas résolue en premier. Si on ventile un poumon où le sang ne circule pas, cela ne sert à rien, en fait, neuf (9) patients sur dix (10) meurent.
Parce que le problème est cardiovasculaire et non respiratoire.
C’est la microthrombose veineuse, et non la pneumonie, qui détermine la mortalité.
Pourquoi les thrombus se forment❓
Parce que l’inflammation, selon la littérature, induit une thrombose par un mécanisme physiopathologique complexe mais bien connu.
Malheureusement, ce que la littérature scientifique a dit, en particulier chinois, jusqu’à la mi-mars, était que les anti-inflammatoires ne devaient pas être utilisés. Maintenant, la thérapie utilisée en Italie est avec des anti-inflammatoires et des antibiotiques, comme dans la grippe, et le nombre de patients hospitalisés a été réduit.
De nombreux décès, même dans la quarantaine, avaient des antécédents de fièvre pendant 10 à 15 jours, qui n’étaient pas traités correctement.
L’inflammation a causé de nombreux dommages aux tissus et a créé un terrain propice à la formation de thrombus, car le problème principal n’est pas le virus, mais l’hyperréaction immunitaire qui détruit la cellule où le virus est installé. En fait, les patients atteints de polyarthrite rhumatoïde n’ont jamais eu besoin d’être admis aux soins intensifs parce qu’ils sont sous corticothérapie, ce qui est un excellent anti-inflammatoire.
C’est la principale raison pour laquelle les hospitalisations en Italie diminuent et deviennent une maladie traitable à domicile. En la traitant bien à la maison, non seulement l’hospitalisation est évitée, mais aussi le risque de thrombose.
Ce n’était pas facile à comprendre, car les signes de microembolie ont disparu! Avec cette découverte importante, il est possible de revenir à la vie normale et d’ouvrir des accords fermés en raison de la quarantaine, pas immédiatement, mais il est temps de publier ces données, afin que les autorités sanitaires de chaque pays fassent leur analyse respective de ces informations et préviennent de nouveaux décès inLe vaccin peut arriver plus tard.
Nous pouvons maintenant attendre.
En Italie, à ce jour, les protocoles changent.
Selon des informations précieuses de pathologistes italiens, les ventilateurs et les unités de soins intensifs ne sont pas nécessaires.
Par conséquent, nous devons repenser les investissements pour bien faire face à cette maladie.
Vrais ou faux l’avenir tranchera.

La récolte du miel

La récolte du miel

Aujourd’hui, c’était une belle journée avec la récolte et la dégustation du miel de nos amies les abeilles.

Merci à nos petites bêtes.

Désoperculation des alvéoles

La désoperculation des alvéoles consiste à retirer les petits bouchons posés par les abeilles sur les alvéoles pour la bonne conservation du miel.

Une fois les cadres désoperculés, ils peuvent être installés dans l’extracteur en arrière plan.

apiculteur.ch - De la ruche à la mise en pots | les étapes du ...

La force centrifuge produite en tournant la manivelle sortira le miel des alvéoles d’abord sur une face des cadres puis il faudra les retourner pour extraire l’autre face.La récolte du miel.

La récolte du miel.

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/Accueil-ccbaaaaaa.asp

 

To be(e) or not to be(e) avec Un toit pour les abeilles ! – Le Blog de Jodanelle

Un toit pour les abeilles !

Hello les filles !

Les abeilles m’ont murmuré 𝐙𝐙𝐙𝐙𝐙 à l’oreille !

Menacées par les pesticides et les cultures OGM, les abeilles jouent pourtant un rôle essentiel dans nos campagnes et désormais dans nos villes.

A l’heure où j’écris je n’en vois que quelques unes dans mes fleurs, c’est inquiétant !

Chaque été, tant bien que vaille, quelque 60 milliards d’ouvrières butinent les fleurs gorgées de nectar.

Mille butineuses par Français.

Un réseau national d’apiculteurs créé par Régis en 2010 oeuvre pour la préservation de l’abeille domestique pour pallier à l’effondrement des colonies d’abeilles et des conséquences sur la filière et sur la biodiversité.

Chacun peut participer à cet effort sans être apiculteur : 𝐔𝐧 𝐭𝐨𝐢𝐭 𝐩𝐨𝐮𝐫 𝐥𝐞𝐬 𝐚𝐛𝐞𝐢𝐥𝐥𝐞𝐬 propose, sans pour autant que vous ayez à gérer les ruches, de vous inscrire dans cette démarche de protection et de sauvegarde.

Source : To be(e) or not to be(e) avec Un toit pour les abeilles ! – Le Blog de Jodanelle

L’abeille mortes.

Une série de dessins aux crayons de couleur évoquant, par une suite d’abeilles mortes, la pollution par les substances chimiques et les pesticides utilisés dans l’agriculture.

Si la proportion d’espèces de vertébrés en déclin est d’environ 10%, selon les bilans de 2018 celle des insectes est de 41%, ce qui est effrayant.

Pour les scientifiques, ce déclin est dû à une accumulation de facteurs, tous liés aux activités humaines.

Sous chaque dessin est inscrit un prénom.

Le prénom le plus donné dans chaque pays des plus gros utilisateurs de pesticides en 2018. Zi Yang pour la Chine, Emma pour les USA, Sakura pour le Japon…

Les 7 pays « retenus » croisent soit la quantité de pesticides utilisée en kilo par habitant (Costa Rica, Israël, Corée du sud, France, Japon) soit le tonnage utilisé par pays (Chine, USA). A noter que les chiffres sont difficiles à trouver …
Sources principales : rapport gouvernemental québécois et Futura Science

Source : 1011: Vous êtes ici

Adelaïde la Poule – poésie de mon coeur

Adelaïde la Poule

animaux

Je pensais aujourd’hui à la bénédiction d’avant repas, souvent entendue dans des échanges linguistiques notamment en Bavière. Ce temps de prière/réflexion/attente me paraît pertinent dans une perspective laïque:– face aux dérèglements à l’œuvre (surconsommation, réchauffement climatique, urbanisation galopante, pollution, accroissement des inégalités), il rappelle que la terre et ses équilibres sont fragiles, qu’il faut en user avec parcimonie, que ce qui a été donné peut être repris par la nature. Ce temps d’attente/méditation freine symboliquement l’excès, incite à la réflexion sur la place de l’homme dans la nature.– c’est aussi reconnaitre la souffrance animale. Il n’est pas question à mon niveau de verser dans un véganisme excessif qui ignore la dureté du monde animal. Mais rappeler qu’il est sensible et rattaché au vivant, qu’il convient de limiter ses souffrances, et qu’une fraction de seconde peut-être prise pour le rattacher au monde auquel il a appartenu.ci joint une ode à « Adélaïde » poule passée en fin de semaine dernière de vie à trépas:toi qui as couru avec plus ou moins de zèle

dans la basse cour,asticotant les vers de terreau mépris des pommes de terre

et des tables de la loi,toi qui bougeais la tête de façon effrayante

comme un robot de film d’horreur des années 90avec des gros yeux rouges

qui se râclaient la gorge en me dévisageant,toi qui a rarement pondu des œufs mais nous a réclamé tous les matins ton du en mordant les tibias avec une grosse crête de punk enbourgeoisé sache que tu as fais parti du monde sensible que nous te devons un minimum d’égard que ta vie a été rare en elle-même que si nous en sommes venus à te trancher la gorge sans autre forme de rituel ce fut fait sans méchanceté, juste par appétit,que ton souvenir et ton goût auront quelques chose d’unique dans notre écuelle quoiqu’il advienne.

Source : Adelaïde la Poule – poésie de mon coeur

Connaître tous les différents types/races d’abeilles

Les différents types/races d’abeilles

Il existe aujourd’hui une multitude de races d’abeilles domestiques destinées à l’apiculture, certaines pures et d’autres issues de croisements. Elles se distinguent sur plusieurs critères comme la pilosité, le mode de nidification, les types de plantes butinées, etc. Autant de variétés qu’un apiculteur gagnerait à connaitre avant de choisir la colonie qui peuplera son rucher. Nous allons voir les forces et faiblesse des abeilles d’élevage les plus fréquentes en France.

Les abeilles d’élevage les plus fréquentes

L’abeille noire (Apis Mellifera Mellifera)

L’Apis Mellifera Mellifera est plus connue chez les apiculteurs sous le nom d’abeille noire, en référence à sa couleur. C’est une race très ancienne qui est présente sur toutes les régions de France et possède plusieurs écotypes locaux comme l’abeille noire bretonne, l’abeille noire corse, l’abeille noire provençale ou encore l’abeille noire cévenole (traditionnellement élevée dans des ruches tronc). Elle est très appréciée des apiculteurs français car elle hiverne remarquablement bien, même lorsque l’hiver est froid. Elle résiste bien aux maladies, possède une bonne longévité et s’adapte bien à son biotope. On peut lui reprocher son comportement parfois agressif et son développement un peu lent en sortie d’hiver. Aussi, sa langue courte l’empêche de butiner dans des fleurs avec une corolle profonde.C’est une abeille locale et polyvalente, particulièrement adaptée aux climats montagnards qui séduira les amateurs comme les professionnels.

L’abeille italienne (Apis Mellifera Ligustica)

Abeille italienne (Apis Mellifera Ligustica)L’Api Mellifera Ligustica est communément appelée abeille italienne en référence à son origine. C’est l’abeille la plus répandue dans le monde (Europe, Amérique et Australie) en raison de ses nombreuses qualités.C’est une espèce douce qui produit beaucoup de miel, propolise peu et se développe rapidement au printemps. Elle est très féconde et permet une production importante d’essaims. Par contre, elle est plutôt essaimeuse, gourmande durant l’hivernage, sensible au froid et, au-delà de la méditerranée, a du mal à passer l’hiver.

L’abeille caucasienne (Apis mellifera caucasica)

Abeille caucasienne ou abeille grise (Apis mellifera caucasica)Originaire des montagnes du Caucase, l’Apis mellifera caucasica ou abeille caucasienne est présente dans la plupart des pays producteurs de miel. Elle est très populaire aujourd’hui grâce à sa forte capacité à produire de la propolis, un produit aux propriétés reconnus pour la santé. Elle est souvent croisée avec l’abeille italienne.Il s’agit d’une abeille grise et très poilue qui est réputée pour sa douceur. Elle est travailleuse, résiste bien à l’hiver et produit du bon miel grâce à sa très longue langue qui lui permet de butiner les fleurs profondes (acacia, luzerne). Néanmoins, elle propolise beaucoup et se développe lentement au printemps.

L’abeille carnolienne (Apis mellifera carnica)

Abeille carniolienne (Apis mellifera carnica)Originaire du sud de l’Autriche, l’abeille Carniolienne est également appelée carniole. Très fréquente du côté des Alpes et de la Mer noire et plus particulièrement dans les zones urbaines.La Carnolienne est une grande abeille grise qui est très présente en ville grâce car elle pique rarement. C’est l’une des races d’abeilles qui hiverne le mieux. On dit que c’est une abeille des miellées de printemps car elle se développe rapidement en sortie d’hiver. En outre, elle propolise et consomme peu. On note tout de même qu’elle est essaimeuse et mauvaise bâtisseuse.

L’abeille Buckfast

L’abeille BuckfastL’abeille Buckfast est abeille hybride, créée en Angleterre à partir de croisements de plusieurs races, pour remédier à la détérioration du cheptel de l’abbaye de Buckfast, suite à une épidémie d’acariose.Il s’agit d’une abeille très douce, peu essaimeuse et travailleuse. Elle hiverne plutôt bien et résiste à certaines malades. Par contre, elle a tendance à consommer beaucoup de nourriture durant l’hiver et propolise beaucoup l’intérieur de la ruche.

Source : Connaître tous les différents types/races d’abeilles

Protégeons les hérissons

Bonjour à toutes et tous.👉

En cette période printanière, le hérisson vit des moments compliqués.

En effet, ce petit animal nocturne est très souvent blessé ou tué par les coups des tondeuses de jardin.

En particulier, par les tondeuses robots lorsqu’elles fonctionnent de nuit ou à l’aube.🦔

Voici quelques petites choses à faire pour les protéger:

  • Robot ou pas, il est préférable de tondre entre 10 et 17 heures.
  • Toujours bien inspecter son jardin avant de démarrer la tondeuse.😉

Si vous voulez les protéger et améliorer la biodiversité, évitez de tondre en mai.

Merci pour eux.

Source : https://www.facebook.com/sosherisson.be/

VIDEO. La distanciation sociale, ça existe aussi chez les abeilles

La distanciation sociale, ça existe aussi chez les abeilles

Mesures d’hygiène, distanciation sociale… Les abeilles aussi s’organisent face à la propagation de maladies.

La vie en groupe facilite la propagation des maladies au sein des populations. Et les humains ne sont pas la seule espèce à combattre ce problème. Pour lutter contre les maladies et éviter leur propagation, les abeilles possèdent des dispositifs étonnants.

Source : VIDEO. La distanciation sociale, ça existe aussi chez les abeilles

Apiculture : bonne nouvelle, pendant le confinement les abeilles ont fait leur miel ! – France 3 Nouvelle-Aquitaine

Apiculture : bonne nouvelle, pendant le confinement les abeilles ont fait leur miel !

Les abeilles sont en nombre, et les fleurs aussi cet été… ça tombe bien !

Les abeilles sont en nombre, et les fleurs aussi cet été… ça tombe bien ! L’Union Nationale de l’Apiculture Française vient de dévoiler les premières tendances de la récolte 2020, et les résultats sont plutôt encourageants.

Les zonzonnantes ouvrières ont bénéficié d’un hivernage et d’un printemps favorables ouvrières ont bénéficié d’un hivernage et d’un printemps favorables

Source : Apiculture : bonne nouvelle, pendant le confinement les abeilles ont fait leur miel ! – France 3 Nouvelle-Aquitaine

Aux États-Unis, les abeilles victimes de la panique provoquée par les “frelons meurtriers” ?

Aux États-Unis, les abeilles victimes de la panique provoquée par les “frelons meurtriers” ?

Depuis que deux frelons asiatiques géants ont été signalés dans le nord-ouest des États-Unis, une “panique nationale” a gagné les Américains, rapporte la presse du pays. Certains posent des pièges qui attirent “toutes sortes d’insectes”, dont des abeilles et des guêpes, “géantes ou non”.

Source : Aux États-Unis, les abeilles victimes de la panique provoquée par les “frelons meurtriers” ?

Quel budget pour commencer l’apiculture? – un rucher au jardin

Quel budget pour commencer l’apiculture?

Combien coûte l’apiculture?

Cette question m’est souvent posée et il n’est pas facile d’établir le budget d’un apiculteur. Je vais tenter de donner des indications pour fixer les esprits. Cela permet à des candidats apiculteurs de se rendre compte du montant nécessaire bien que l’investissement en temps pour acquérir les notions et pour pratiquer soit plus conséquent à mon avis que l’investissement financier.

Dans cet article, je vais établir le budget pour débuter avec une ruche, deux ruches et ensuite établir le matériel pour visiter les ruches et ensuite extraire le miel.

La partie revenu sera examinée par la suite.

Budget pour une ruche

C’est le minimum pour démarrer.

Une ruche Dadant complète avec hausse et cadres coûte 148€.

Un pot de lasure de protection spécial ruche 26€.

Un kg de cire 18€ pour faire construire les cadres.

Pour les bricoleurs, il y a moyen de construire sa ruche soi-même.

La ruche la plus simple à construire et à utiliser est la ruche kenyane ou Top Bar Hive. Vous réaliserez ainsi une grosse économie dès le départ.

Matériel de protection pour la visite

N’oublions pas le petit matériel de l’apiculteur.

Une vareuse de protection 35€

Une paire de gants 13€

Un lève-cadre 10€

Un enfumoir 20 €

Soit un total de 80€.

Une colonie

Le prix des colonies est de plus en plus cher et il faut compter aujourd’hui 150€ pour une colonie sur six cadres avec une reine en ponte. Il y a moyen d’éviter ce coût en comptant sur la solidarité d’apiculteurs de sa région qui souvent donnent une colonie de démarrage. Le problème est plus la disponibilité que le coût.

Ce coût est donc variable selon la générosité de votre groupement.

En ce qui concerne l’agrandissement du rucher, les colonies suivantes peuvent être obtenues de différentes façons: la division des colonies, la récolte d’essaim ou le piégeage d’essaim.

Pour la division de la colonie, il faut attendre la seconde année.

Autres coûts la première année

Produits de traitements 30€.

Affiliation à un groupement 30€.

En résumé

Par ruche, il faut compter 166€ (ruche + cire).

Pour le matériel de protection, 80€ et 60 € pour les frais divers.

En gros cela fait un peu plus de 300€ pour la première année si on obtient gratuitement sa première colonie.

Source : Quel budget pour commencer l’apiculture? – un rucher au jardin

Comment savoir si une reine est dans la ruche? – un rucher au jardin

Comment savoir si une reine est dans la ruche?

Une question que se pose souvent un apiculteur est de savoir si une reine est présente dans la ruche.

Il n’est pas toujours nécessaire de faire une recherche cadre par cadre pour savoir si la reine est présente.

Dans cet article, je vous donne quelques moyens pour savoir s’il y a une reine dans la ruche.

Une recherche de la reine en passant chaque cadre en revue est fastidieuse, prend du temps et n’est pas nécessairement couronnée de succès.

Voici quelques signes qui vous permettront d’identifier la présence de la reine.

Colonie calme ou nerveuse?

Quand on ouvre une ruche, la première chose à faire est d’observer le comportement des abeilles.

Si elles sont calmes et qu’elles vaquent à leurs occupations, il y a de forte chance qu’une reine en ponte est présente. Par contre si vous voyez les abeilles courir dans tous les sens, il y a sans doute lieu à rechercher plus en détail des signes de présence de la reine.

Ce type d’observation n’est pas toujours facile à acquérir, mais avec le temps, cela devient un réflexe. Je me souviens quand j’étais débutant d’une colonie où l’on ne trouvait pas la reine.

Un apiculteur chevronné nous a rejoint et bien qu’il ne voyait pas la reine non plus et qu’il n’y avait pas d’oeufs, il a décrété qu’elle était présente et que le mieux était de refermer la ruche. Il se basait sur le comportement des abeilles. Je suis revenu avec lui le lendemain et ensemble, nous avons trouvé la jeune reine qui n’était pas encore en ponte.

Voir des oeufs

Cadre avec oeufs

Une autre façon de procéder sans parcourir tous les cadres est de chercher la présence d’oeufs. Ils sont bien entendu sur les cadres de couvain donc au centre de la colonie. Les oeufs ne sont pas toujours faciles à voir surtout sur de vieux cadres noircis et quand il y a beaucoup d’abeilles présentes.

C’est pourtant un signe qui ne trompe pas. Prenez un cadre récent du couvain, orientez-le pour que la lumière aille au fond des cellules de sorte que les oeufs soient bien visibles.

Attention, ne laissez pas trop longtemps les oeufs au soleil car cela leur est néfaste.Il faut rechercher des oeufs pas des larves. Seuls, des oeufs sont le signe de la présence d’une reine. S’il ne reste que des larves et pas d’oeufs, cela sent l’essaimage.

Voir la reine / reine marquée / reine non fécondée

 

Voir la reine est évidement la meilleure façon de s’assurer de sa présence. Et une reine marquée est évidement plus facile à voit qu’une reine non marquée.reinePour trouver la reine, il faut regarder chaque cadre séparément en commençant d’un côté de la ruche et en progressant cadre par cadre. On regarde d’abord une face du cadre, ensuite l’autre côté et enfin on revient au côté initial. Cette façon de procéder provient du fait que la reine évite la lumière. Une reine se remarque à sa démarche plus lente et à sa taille. Ayez un regard circulaire sur le bord et ensuite vers le centre.

Manipulez toujours le cadre au dessus de la ruche. Ainsi si la reine tombe du cadre, elle atterrit dans la ruche.Trouver une reine non fécondée est plus difficile. D’une part, elle est petite car la spermathèque n’est pas encore développée. Ensuite, une jeune reine et à plus forte raison une reine non fécondée manque d’assurance et ne parvient pas encore à s’imposer à la colonie. Elle va être fuyante, se cacher et donc difficile à trouver. Le mieux est de la laisser tranquille.Test du couvain

Si après tous les essais décrits ci-dessus vous avez toujours un doute sur la présence de la reine, voici un moyen infaillible pour déterminer si une reine est présente.Prenez dans une autre colonie, un cadre de couvain fraîchement pondu donc avec des oeufs et des larves de moins de deux jours. Vous secouez les abeilles présentes sur le cadre et vous insérez ce cadre de jeune couvain au milieu de la colonie où vous cherchez à déterminer la présence de la reine. Refermez ensuite la ruche.

Cellule royale

Revenez dans cette ruche trois jours plus tard et examinez le cadre introduit avec du jeune couvain. S’il présente des cellules royales, c’est qu’il n’y avait effectivement pas de reine. Remettez-le en place et refermez la ruche. Attendez trois semaines au moins avant de re-visiter pour laisser la reine éclore, se faire féconder et commencer à pondre.Si au contraire, il n’y a pas de cellule royale, c’est la preuve qu’il y a une reine dans la colonie. Recherchez-la pour la marquer.

Relisez attentivement comment trouver la reine.

Colonie bourdonneuse

Parfois il arrive qu’une colonie devienne bourdonneuse. Il n’y a plus de reine, certaines abeilles recommence à pondre mais comme elles n’ont pas été fécondée, il s’agit uniquement de mâles et encore de petites tailles car pondus dans des cellules d’ouvrières.

Il est très difficile de remérer ces colonies par manque de jeunes abeilles. Le mieux est de secouer la colonie à plus de 50 mètres du rucher pour éliminer les ouvrières pondeuses et de procéder à une réunion avec un avec une autre colonie.

Essaim d'abeille au bas d'une haie

Source : Comment savoir si une reine est dans la ruche? – un rucher au jardin

Propolis teinture mère – miel, pollen, gelée royale, propolis récolté en France

La Teinture Mère de Propolis est un extrait  » intense  » d’antioxydants naturels composés notamment de flavonoïdes et d’acides phénoliques aux propriétés anti-inflammatoire et antivirale reconnues, contribuant ainsi à renforcer vos défenses naturelles durant l’hiver.

Ce compte-goutte s’utilise à titre curatif ou préventif. Administré fréquemment en Europe de l’Est en cure de 27 jours. La propolis a pour effet de renforcer les défenses de l’organisme contre de nombreuses maladies infectieuses, pendant plusieurs mois.
Principaux actifs de la teinture mère de propolis

Teinture mère concentrée à plus de 21% de propolis sélectionnée et purifiée par Propolia pour une action 100% naturelle.

Solvants de l’extrait : alcool, eau.

Degré alcoolémique : > 60% Vol (20°C).

Pour les personnes ne souhaitant pas utiliser de produits à l’alcool, pour les femmes enceintes ou les enfants, nous recommandons la solution huileuse de propolis, elle est garantie sans alcool.

Pour la sphère buccale, nous recommandons le soin SOS bucco dentaire
Utilisation à titre curatif :

sur une cuillère à café de miel – 5 à 6 gouttes qu’on laisse fondre doucement dans la bouche. En cas d’affection de la gorge (angine) ou de la bouche (aphtes). Il y a une bonne synergie entre la propolis et le miel qui contribue à calmer les zones irritée et à combattre le mal grâce aux enzymes qu’il contient.
en gargarisme – 10 à 12 gouttes dans une tisane bien chaude, 2 à 3 fois par jour. En cas d’affection broncho pharyngées (angines, bronchites, etc…)
Le matin à jeun pour débarrasser la gorge des mucosités de la nuit et pour les cordes vocales.
Sur les verrues, mycoses et pied d’athlète – 1 goutte chaque jour
Sur les boutons d’acné – 1 goutte sur la zone à traiter. Pour une acné chronique, le savon à la propolis est très efficace.
Pour les boutons de fièvre, le baume à la propolis est plus adapté.
Sur les plaies et blessures – appliquer sur la zone à traiter à l’aide de la pipette. Couvrir d’un pansement pour éviter de tâcher les vêtements ou les draps.

Utilisation à titre préventif :

faire tomber directement les gouttes dans la gorge ou sur le palais
en cure de 27 jours pour les adultes, selon le schéma ci- dessous :

Astuce : il est plus simple de démarrer cette cure le 1er jour du mois.
Interactions

Il n’y a pas d’interactions connue de la propolis avec des médicaments.
Recette de boisson à la propolis

Voici une idée de recette de boisson à consommer tout au long de la journée. Mélanger :

une petite bouteille d’eau
une cuillère à soupe de votre miel préféré
le jus d’un demi citron
du thym préalablement infusé
deux pipettes de teinture mère de propolis

un délice!

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/Propolis-cbaaaabma.asp

Comment bien choisir son huile essentielle? – Le remède est en vous

Comment bien choisir son huile essentielle?

Le septembre 22, 2018 par Deflorah dans Huiles essentielles

Il existe des critères importants dans le choix d’une huile essentielle.

De nos jours, les huiles essentielles sont vendus partout et par n’importe qui. Pour pouvoir se soigner efficacement et éviter de mauvaises surprises, voici les critères importants à ne pas négliger:

HE de culture sauvage ou bio Le mode de distillation.

Le processus doit être long et doux Le type de récolte (manuelle à privilégier ou mécanique douce)

Le nom Latin doit toujours figurer sur le flacon

Le lieu de culture est important

La partie de la plante utilisée est primordiale

Le lot doit figurer sur le flacon

Le chémotype doit être indiqué

Avant d’utiliser une HE ou une HV, il est primordiale de se renseigner sur les précautions d’emploi et les contre-indications de celle-ci.

N’oublions pas que l’Aromathérapie est une médecine naturelle mais non douce!

Source : Comment bien choisir son huile essentielle? – Le remède est en vous

Huiles essentielles, précautions d’emploi…. – Le remède est en vous

Huiles essentielles, précautions d’emploi….

Le novembre 11, 2018 par Deflorahdans

Huiles essentielles Nous savons que les HE peuvent être dangereuses si elles ne sont pas utilisées correctement ou sans analyse préalable.

Il existe donc certaines choses à savoir ABSOLUMENT avant d’utiliser une HE.

– interdiction d’appliquer une HE sur les yeux, sur le contour des yeux, dans les yeux, dans les oreilles!

– gardez les HE hors de portée des enfants!

– interdiction de s’injecter une HE!

– attention aux personnes asthmatiques, aux personnes allergiques, aux personnes épileptiques, aux femmes enceintes, aux femmes allaitantes, aux enfants, aux personnes sous traitement médical, aux personnes hypersensibles, aux personnes présentant un cancer hormono-dépendant!

– TOUJOURS se renseigner si l’HE PEUT s’utiliser pure ou si elle DOIT être diluée dans une HV. En règle générale, une HE s’utilise diluée!

– pensez à tester une HE avant de l’utiliser. Vous pour faire le test de tolérance cutané dans le pli du coude!

– attention à l’utilisation d’une HE par voie orale! Elles ne sont pas toutes destinées à la voie orale! Renseignez-vous au préalable avant toute utilisation! La voie la plus sécuritaire reste la voie cutanée!

– en cas d’application à un endroit où vous n’auriez pas dû, appliquez directement une huile végétale dessus!

En cas de réaction allergique, consultez un médecin rapidement!– en cas d’ingestion accidentelle, avalez quelques cuillères d’HV et appelez un centre anti-poison!Avant d’utiliser une HE ou une HV, il est primordiale de se renseigner sur les précautions d’emploi et les contre-indications de celle-ci. N’oublions pas que l’Aromathérapie est une médecine naturelle mais non douce!

*HE = huile essentielle; HV= huile végétale

Source : Huiles essentielles, précautions d’emploi…. – Le remède est en vous

L’huile essentielle de Fleur d’Oranger – Le remède est en vous

L’huile essentielle de Fleur d’OrangerLe avril 29, 2020 par Deflorahdans Huiles essentielles J’ai découvert l’HE de Fleur d’Oranger lors de mon dernier séjour à Djerba. J’ai eu la chance de rencontrer une personne travaillant dans une distillerie et j’ai pu me procurer plusieurs HE directement sur place. Parmi elles se trouvait l’HE de Fleur d’Oranger. Quelle magnifique découverte!! Je dois avouer que sur place l’odeur m’avais déjà complètement conquise et c’est pourquoi j’ai envie de la partager avec vous.Il faut savoir que l’HE de Fleur d’Oranger est plutôt connue sous le nom de Néroli.Son nom latin: Citrus aurantiumPropriétés: Positivant, antidépressif, antibactérien, calmante, équilibrant nerveuxVoies d’utilisations possibles: cutanée, inhalation, diffusion, dans l’eauInterdit d’emploi: femmes enceintes de moins de 3 mois, les personnes épileptiquesQuelques recettes retenues d’ouvrages que j’ai pu étudier:

Source : L’huile essentielle de Fleur d’Oranger – Le remède est en vous

Activité à faire chez soi – Nichoir à abeilles –

Le printemps arrive ! Et avec lui sortent de leurs nids les abeilles sauvages dont l’osmie.Abeille sauvage du genre Osmie sp.

Mais sitôt sortie, voilà qu’elle prépare son nid pour la future génération. Elle apprécie les trous entre 8 et 10 mm pour réaliser leurs petits nids douillets.Elle va confectionner plusieurs loges où elle pondra ses œufs. Une fois terminé, elle referme le nid avec de la terre jusqu’à l’année suivante. Loge d’abeille sauvage fermée par de la terre

Réalisation d’un nichoir à abeilles :

Nichoir à abeilles avec différents diamètres de trous

Pour réaliser chez vous un nichoir à abeilles, vous pouvez trouer une souche avec une perceuse et des forets entre 6 et 12 mm. Ne pas percer les 2 côtés, les abeilles aiment bien avoir juste une ouverture sur l’extérieur. Vous pouvez aussi disposez en fagot du bambous, des tiges à moelle (ronce, sureau), elles apprécient aussi pour leurs nids! Pour le positionner, il est conseillé de placer l’ouverture Sud ; Sud-Ouest et à l’horizontale pour éviter l’infiltration d’eau.

Les nichoirs à abeilles sauvages mis en place au jardin l’année dernière ont montré que les nids les plus occupées sont ceux où la hauteur de végétation devant le nid est importante. Si vous voulez donc voir votre réalisation habitée, il peut être conseillé de ne pas la positionner au niveau d’un chemin fréquenté.Récapitulatif :

Source : Activité à faire chez soi – Nichoir à abeilles – Education populaire pour la transition écologique, sociale et solidaire

Carte collaborative des commerces, marchés et producteurs de proximité

La situation actuelle est plus que particulière. Beaucoup de commerces sont actuellement fermés. Ceux dits » indispensables à la vie du pays » restent ouvert. Une carte recensant les commerces alimentaires, les marché de producteurs et les producteurs eux-mêmes sur le territoire de St-Malo voit le jour.Cette carte est collaborative ! C’est à dire que chacun.e peut mettre les coordonnées d’un commerce, marché ou d’un producteur qui est ouvert pendant cette période. L’idée est de privilégier les petits commerces et producteurs, plus que les GMS qui n’ont pas besoin de nous.Pour rajouter un marqueur sur la carte, rien de plus simple. Il faut cliquer sur le crayon en haut à droite puis clic-droit sur la carte à l’adresse du contact. Il faut ensuite cliquer sur « Ajouter un marqueur » et rentrer les renseignements que vous avez (Adresse, horaire d’ouverture et plus). Si vous rencontrez des problèmes, vous pouvez envoyer un message à l’adresse suivante : jardin@diplt.org

Source : Carte collaborative des commerces, marchés et producteurs de proximité – Education populaire pour la transition écologique, sociale et solidaire

Facebook

Salut, je suis la punaise de feu.*

Je suis une punaise de feu, communément appelé un gendarme …

Non, pas de coccinelle.*

Je ne suis pas toxique ni pour l’homme, ni pour les animaux.*

On ne devrait pas me manger quand même, je suis très dur et je n’ai pas de gout .*

Je ne mange pas non plus de feuilles ou d’autres plantes et potager. Je laisse ton jardin comme il est.*

Je mange des restes de fleurs de mortes ou des insectes morts. Donc des déchets.*

C’est pour ça que tu me trouve souvent dans les coins, où la poussière et le reste de la fleur sont emportés par le vent.*

Je n’aime pas les autres insectes et, par conséquent j’ai une odeur un peu forte . L’homme ne peut la sentir que si il est prés de moi à 2 cm. Les chats et les chiens ne me mangent pas non plus.*

Si tu aimes les barbecues sans moustiques, laisse moi vivre près de chez toi. Là où je suis, il n’y a pas de moustique *

J’avoue que j’apporte toujours beaucoup d’amis et de la famille…….; Mais si ça ne te dérange pas, on ne fait rien.*

Tu veux m’éloigner de ton appartement ou de ta maison de vacances mets moi ailleurs, si il y a une pile de bois à proximité. c’est là que je me sens bien…mais s’il te plait ne me tue pas !!

Source : Facebook

Coronavirus : « Cette épidémie est la conséquence d’une biodiversité que l’on maltraite », selon Philippe Grandcolas

Coronavirus : « Cette épidémie est la conséquence d’une biodiversité que l’on maltraite », selon Philippe Grandcolas

AVEC Pour l’écologue Philippe Grandcolas, directeur de recherche au CNRS, le Covid-19, tout comme d’autres épidémies majeures (sida, Ebola, SRAS…), n’est pas sans rapport avec la crise de la biodiversité et du climat que nous connaissons.

Que dit la pandémie de coronavirus de l’état de notre biodiversité ? « La question a encore très peu été posée », regrette l’écologue et systématicien

Philippe Grandcolas.

Philippe Grandcolas est directeur de recherche au CNRS et directeur de l’Institut de “Systématique, évolution, biodiversité” (Isyeb).

A chaud, alors que la bataille fait toujours rage contre le virus, les discussions portent essentiellement sur le nombre de masques à déployer, le dépistage et les remèdes à la sortie de crise. « Des questions bien normales, concède le directeur de recherche au CNRS et directeur de l’Institut de « Systématique, Evolution, Biodiversité »*. Il n’empêche, pour tirer les bonnes leçons de cette épidémie, il faudra aussi s’interroger sur le comment et le pourquoi cette épidémie est née, invite le scientifique. Philippe Grandcolas répond aux questions de 20 Minutes.

« La nature nous envoie un message », lançait Nicolas Hulot, sur BFMTV, à propos de l’épidémie de coronavirus. Faut-il y voir, en effet, une vengeance de la nature ?

Ces déclarations qui personnifient la nature me gênent d’un point de vue scientifique. L’Ipbes [l’équivalent du Giec, mais pour la biodiversité] a communiqué à peu près dans les mêmes termes. Et pourtant, la nature, en tant qu’entité, ça n’existe pas. Il y a en fait des organismes, des individus avec tous leurs interacteurs, les micro-organismes, les congénères, le milieu physique… Tout ça vie, évolue, se développe, meurt. Il n’y a aucune volonté de ce système de se venger de l’espèce humaine. Cette idée que la nature nous envoie un message nous éloigne d’une question essentielle, très peu posée depuis le début de l’épidémie de coronavirus : comment et pourquoi cette épidémie est née ?

Source : Coronavirus : « Cette épidémie est la conséquence d’une biodiversité que l’on maltraite », selon Philippe Grandcolas

Le bicarbonate de soude contre les acariens et les allergies

Lutter contre les acariens avec le bicarbonate de soude

Qui sont les acariens ?

Il y a près de 40.000 espèces différentes d’acariens. Les acariens sont des arthropodes (qui ont un squelette externe articulé), plus précisément des arachnides microscopiques (avec 8 pattes, et non des insectes à 6 pattes). Ceux que l’on trouve en abondance dans notre environnement domestique sont majoritairement le Dermatophagoïdes pteronyssinus, aussi appelé acarien de la poussière et dans une moindre mesure le Dermatophagoïdes farinae, qui est un acariens dit « de stockage » car il se trouve proche ou dans la nourriture).

Voici les principales caractéristiques des acariens domestiques:

Le bicarbonate de soude est un anti acariens efficace (et utile contre les allergies)

Le bicarbonate de soude est un anti acarien efficace et aide à lutter contre les allergies Taille des acariens: de l’ordre de 300 à 500 µm soit 0,3 à 0,5 mm.

Reproduction des acariens:

Plus l’atmosphère sera chaude et humide, plus le cycle de reproduction des acariens (oeuf, larve, nymphe, adulte) sera rapide.

Nos pièces bien chauffées et souvent trop confinées, ainsi que la literie, constituent pour l’acarien un biotope idéal.

Mode de vie des acariens.

Les acariens domestiques se nourrissent des squames que nous (et nos animaux domestiques) produisons en permanence. Les squames sont ces cellules de peau qui sont produites par notre épiderme pour se reconstituer en permanence. Une production moyenne de 1 à 2 grammes de squames par personne suffit à nourrir quelques millions d’acariens !

Des études récentes suggèrent que les acariens vivraient également en symbiose avec certaines moisissures, qui seraient nécessaires à leur survie. Les acariens sont très mobiles, et peuvent migrer en fonction des endroits qui leur sont les plus favorables.

Pourquoi les acariens peuvent-ils être dangereux ?

A l’origine, les acariens domestiques sont plutôt utiles… ils agissent un peu comme des éboueurs vis-à-vis de nos squames, et ils ne provoquent pas de piqûres. Là où les choses se gâtent, c’est qu’ils produisent des déjections minuscules en quantités astronomiques, et qu’ils se décomposent après leur mort. Cela produit une poussière d’une extrême finesse qui peut être très irritante pour les bronches.

Ce n’est pas pour rien d’ailleurs qu’on les appelle « acariens de la poussière ». Ils entraînent donc fréquemment des allergies, soit de type respiratoires (qui peuvent aller jusqu’aux crises d’asthme), soit de type cutanées avec des rougeurs et des démangeaisons (qui ne sont pas occasionnées par des piqûres).

Pourquoi le bicarbonate permet-il de lutter efficacement contre les acariens ?

Le bicarbonate (bicarbonate de soude ou bicarbonate de sodium) est un allié idéal contre les acariens pour les raisons suivantes: D’abord parce qu’il est efficace ! Des études en laboratoire très sérieuses ont mis en évidence dès 2001 que le bicarbonate, qu’il soit utilisé en poudre ou en pulvérisation avec de l’eau, a une efficacité redoutable contre les acariens. Il suffit par exemple de 20 g de poudre de bicarbonate (plus le bicarbonate est fin et plus il est efficace) par mètre carré de surface pour détruire tous les acariens en moins de 2 heures.

Plusieurs brevets internationaux ont été obtenus par Solvay sur cet usage du bicarbonate.

Ensuite parce qu’il n’est pas toxique… pour nous ! C’est bien là que réside la formidable opportunité du bicarbonate pour lutter contre les acariens: un grain de bicarbonate qui entre en contact avec une de nos muqueuses (oeil, bouche, poumons…) qui sont humides se dissout immédiatement sans irriter.

Le chitine qui constitue la carapace de l’acarien ne permet pas au bicarbonate de se dissoudre, et elle va être endommagée dès que le contact va être établi. Et comme l’acarien est baladeur, il ne va pas pouvoir éviter longtemps notre ami bicarbonate !

Et parce qu’il est aussi efficace contre les moisissures. Le bicarbonate est fongistatique, il bloque le développement des moisissures. Comme les moisissures sont favorables au développement des acariens, et qu’en plus elles produisent elles-même des allergènes par la production de spores, le bicarbonate va être doublement efficace. Il agit à la fois sur l’acarien et sur son biotope… ce qui lui laisse peu de chances, il faut bien le reconnaître !

Comment utiliser le bicarbonate de soude contre les acariens ?

Facile et sans danger, pourquoi s’en priver ? Petit mode d’emploi pour optimiser l’usage du bicarbonate contre les acariens:

  • Dans les tapis, les moquettes, sur les matelas: Répartir Le bicarbonate en poudre le plus uniformément possible (l’idéal est d’avoir un flacon avec un bouchon poudreur). Le dosage est de 20 grammes par mètre carré (soit un peu plus d’une cuillère à soupe, ou 4 cuillères à café). Pour un lit d’une personne, il faudra donc environ 35 g et pour un lit de 2 personnes environ 55 g. Brosser légèrement pour répartir et faire pénétrer dans les fibres. Laisser reposer au minimum 2 heures, si possible 4 à 8 heures, puis aspirer (et remettre les draps et l’alèse sur le matelas). Un bicarbonate de granulométrie fine sera plus efficace qu’un bicarbonate grossier. Utiliser exclusivement un bicarbonate de qualité alimentaire, surtout lorsqu’il s’agit de traiter la literie.
  • En pulvérisation ou dans la lessive: Le bicarbonate est aussi très efficace contre les acariens lorsqu’il est dilué dans de l’eau. Le plus efficace est dans ce cas de préparer ce qu’on appelle une solution saturée de bicarbonate, qui consiste à ajouter du bicarbonate dans de l’eau tiède jusqu’à ce que les grains ne se dissolvent plus, puis de le pulvériser sur le support à traiter contre les acariens. Mais attention, après séchage, des traces blanches pourront apparaître. Ces traces blanches disparaîtront facilement au lavage. Le gros avantage de la pulvérisation de la solution aqueuse, c’est que la répartition est bien homogène. Si la surface est intégralement humectée, il y aura de très fins cristaux de bicarbonate partout après séchage. Et alors là, les acariens n’ont plus une chance de lui échapper ! Dans le cas du lavage à la machine, le fait d’ajouter du bicarbonate à l’eau de rinçage retardera la réapparition des acariens.
  • Et dans l’aspirateur ? Le sac de l’aspirateur… c’est acarien-land ! Une fois aspirés avec la poussière et les squames, les poils, les cheveux, etc… les acariens continuent à se développer à vitesse grand « V » ! Le fait d’aspirer du bicarbonate (sur la moquette, le tapis ou le matelas) va neutraliser l’activité acarienne dans l’aspirateur. Malheureusement, les allergènes qui sont déjà présents dans le sac ne seront pas supprimés, et il vaut mieux avoir un aspirateur équipé d’un filtre HEPA pour éviter de les disperser dans la pièce. Mais au moins, avec le bicarbonate, les acariens ne produiront plus de nouveaux allergènes dans le sac !

Alors à votre

Comment utiliser le bicarbonate de soude contre les acariens ?

Facile et sans danger, pourquoi s’en priver ? Petit mode d’emploi pour optimiser l’usage du bicarbonate contre les acariens:

  • Dans les tapis, les moquettes, sur les matelas: Répartir Le bicarbonate en poudre le plus uniformément possible (l’idéal est d’avoir un flacon avec un bouchon poudreur). Le dosage est de 20 grammes par mètre carré (soit un peu plus d’une cuillère à soupe, ou 4 cuillères à café). Pour un lit d’une personne, il faudra donc environ 35 g et pour un lit de 2 personnes environ 55 g. Brosser légèrement pour répartir et faire pénétrer dans les fibres. Laisser reposer au minimum 2 heures, si possible 4 à 8 heures, puis aspirer (et remettre les draps et l’alèse sur le matelas). Un bicarbonate de granulométrie fine sera plus efficace qu’un bicarbonate grossier. Utiliser exclusivement un bicarbonate de qualité alimentaire, surtout lorsqu’il s’agit de traiter la literie.
  • En pulvérisation ou dans la lessive: Le bicarbonate est aussi très efficace contre les acariens lorsqu’il est dilué dans de l’eau. Le plus efficace est dans ce cas de préparer ce qu’on appelle une solution saturée de bicarbonate, qui consiste à ajouter du bicarbonate dans de l’eau tiède jusqu’à ce que les grains ne se dissolvent plus, puis de le pulvériser sur le support à traiter contre les acariens. Mais attention, après séchage, des traces blanches pourront apparaître. Ces traces blanches disparaîtront facilement au lavage. Le gros avantage de la pulvérisation de la solution aqueuse, c’est que la répartition est bien homogène. Si la surface est intégralement humectée, il y aura de très fins cristaux de bicarbonate partout après séchage. Et alors là, les acariens n’ont plus une chance de lui échapper ! Dans le cas du lavage à la machine, le fait d’ajouter du bicarbonate à l’eau de rinçage retardera la réapparition des acariens.
  • Et dans l’aspirateur ? Le sac de l’aspirateur… c’est acarien-land ! Une fois aspirés avec la poussière et les squames, les poils, les cheveux, etc… les acariens continuent à se développer à vitesse grand « V » ! Le fait d’aspirer du bicarbonate (sur la moquette, le tapis ou le matelas) va neutraliser l’activité acarienne dans l’aspirateur. Malheureusement, les allergènes qui sont déjà présents dans le sac ne seront pas supprimés, et il vaut mieux avoir un aspirateur équipé d’un filtre HEPA pour éviter de les disperser dans la pièce. Mais au moins, avec le bicarbonate, les acariens ne produiront plus de nouveaux allergènes dans le sac !

Alors à votre bicarbonate pour la lutte anti acariens! Dans le cas d’allergies aux acariens, ce traitement anti acariens au bicarbonate est certainement un des moins toxiques, des plus simples et des plus économiques.

Dans le cas d’allergies aux acariens, ce traitement anti acariens au bicarbonate est certainement un des moins toxiques, des plus simples et des plus économiques.

Source : Le bicarbonate de soude contre les acariens et les allergies

Concentré de nourriture artificielle pour l’élevage des papillons – Papillons – Conseils d’élevage – Vente en ligne

Il suffit de prendre un kilo de sucre et 20 cl d’eau. Ici le sucre en poudre classique a été remplacé par du fructose qui est issu du maïs.

On peut le trouver dans tous les magasins bio bien achalandés. Ce sucre est utilisé par les industriels pour la fabrication de la confiture.

Ce sucre se rapproche plus d’un nectar et il a surtout l’avantage de maintenir en vie vos papillons plus longtemps!

En effet, lorsque l’on utilise un sucre de canne ou de jus de betterave, il contient du fructose et de la saccarose.

Cette dernière est un sucre qui a tendance a cristalliser et devient néfaste pour le papillon.Pendant les fortes chaleurs d’été, le papillon se déshydrate très vite et lorsqu’il consomme cette saccarose, elle se recristallise dans son abdomen, lui bouchant son transit et le faisant mourir de façon prématurée.

Source : Concentré de nourriture artificielle pour l’élevage des papillons – Papillons – Conseils d’élevage – Vente en ligne

Elevage du bombyx eri (ver à soie) – oeuf – chenille – maintenance – Samia cynthia

Description du Bombyx eri ou ver à soie

De la famille des saturnidae, ce papillon de nuit se nomme Samia ricini (par Jones en 1791) ou Philosamia ricini) .

C’est une variété domestique produisant plus de soie et ne volant que très peu. Une espèce très proche et sauvage est le Samia cynthia (par Drury en 1773) ou Philosamia cynthia .

On dénombre pas moins de 19 espèces de Samia.Le mot Bombyx vient du grec « Bombux » qui signifie étymologiquement « ver à soie ». On notera au passage que beaucoup de papillons de nuit se nomment bombyx alors qu’ils ne produisent pas de soie.

Morphologie

C’est un des plus grand papillon avec une envergure de 15 cm (la photo représente un mâle). De couleur brune avec différentes teintes plus au moins claire, tirant parfois sur l’orange, les ailes ont une forme bien particulière.Il est reconnaissable parmi tous les papillons même s’il possède un cousin proche: l’Atlas (Attacus atlas) qui possède de beaux triangles blancs sur ses ailes. La forme générale des deux ailes est un trapèze traversé par deux bandes blanches verticales. Le bout des ailes rappelle la forme de croissant (C’est le surnom de ce papillon).Ils ne volent presue pas (surtout la variété Samia ricini), la femelle reste posée attendant le mâle après son éclosion. Le mâle s’envole à la tombée de la nuit à la recherche d’une partenaire.

Différences sexuelles

Le mâle se distingue de la femelle avec un corps plus petit (2,5cm contre 3,5 pour la femelle). On peut aussi différencier les deux sexes par la forme des ailes. Le bord est plus arrondi chez la femelle. D’autres signes distinctifs sont les antennes; chez les mâles, elles ont des soies latérales (ce sont des récepteurs à phéromones).Ici un mâle: les antennes sont larges et ressemblent à des peignes.Ici une femelle: les antennes ont des soies frisées

.Habitat

Ils sont originaires de Chine et se rencontrent aussi au Japon (Philosamia cynthia pryeri), Malaisie, Thaïlande, Philippines et Inde (Région d’Assam ou Nord-Est) où il est toujours élevé pour la production de soie et de chrysalides à manger frites dans l’huile. Importé en Europe, il a réussi à s’établir en France (région parisienne et Aquitaine), Autriche, Italie, Espagne, Paraguay, Australie (inventorié en 1907), côte Atlantique des Etats-Unis (Philosamia cynthia canningi). Il existe de nombreux hybrides et croisement (Samia ricini x Samia kohlii)

On notera qu’il a été introduit en France par l’entomologiste Guérin-Méneville en 1845 pour remplacer le Bombyx du mûrier (Bombyx mori) qui souffrait d’une maladie cryptogamique (la pébrine, Nosema bombycis qui est un champignon) suite à la densité en élevage. La soierie française des Cévennes ne s’en remettra pas étant aussi concurrencée par les fibres synthétiques comme le nylon.Quelques informations:La France a produit jusqu’à 26000 tonnes de cocons en 1856. Louis Pasteur a consacré 4 années a étudier les virus, bactéries et champignons qui affectaient le ver à soie.

Cycle de vie

En élevage à l’intérieur, on obtient 4 à 6 générations par an soit un cycle de vie d’environ 2 mois et demi.Dans la nature, en France, l’éclosion a lieu a la mi-Juin ne donnant qu’une à deux générations.De la ponte à l’éclosion: 10 joursStade larvaire et mues: 35 à 40 jours (L1: 1 semaine, L2: 1 semaine, L3: 1 semaine, L4: 1 semaine, L5: 2 semaines)De la chrysalide au papillon adulte: 21 à plus de 200 jours (tout dépend de la température)Le papillon adulte est dépourvu de bouche et ne peut donc s’alimenter. Il vivra grâce aux réserves stockées par la chenille. Par conséquent, sa durée de vie est très courte: de l’ordre de 5 à 10 jours. Les femelles vivent souvent un peu plus longtemps que le mâles.Tableau indiquant la présence du bombyx eri à différents stades.Observation en région parisienne

En Italie, bassin d’Arcachon et Sud-Est, il peut y avoir 2 générations en une année.En élevage, il se reproduit toute l’année.

Source : Elevage du bombyx eri (ver à soie) – oeuf – chenille – maintenance – Samia cynthia

Fiche d’élevage du Bombyx eri par l’équipe LepidUP

Fiche d’élevage du Bombyx eri

L’incubation des œufs

Pour démarrer l’élevage, quelques œufs suffisent. Ceux-ci sont généralement jaunes et mesurent entre 1 et 2 mm. Ils doivent être placés dans une petite boîte au fond de laquelle vous aurez placé un papier absorbant légèrement humidifié.

Les œufs comme les larves seront élevés à des températures entre 20 et 25°C.

Au bout de quelques jours, les œufs fécondés tourneront au gris (éclosion imminente des larves).

Il faudra y placer une feuille fraîche de troène.

Dès leur éclosion, les larves s’agglutineront généralement sous la feuille (les chenilles sont généralement grégaires) et commenceront à consommer la feuille de troène.Stade L1 et L2

L’apparition de petites déjections noires et la consommation des feuilles sont des signes de la bonne maintenance de vos insectes. A ce stade, il est préférable de les maintenir dans de petits récipients.

Stade L3 à L5A partir du stade L3, il est préférable d’offrir plus d’espace à Bombyx eri. Plus les chenilles grandiront, plus elles produiront de grandes quantités de déjections qu’il faudra retirer très régulièrement.

Dès la fin du stade L5, la chenille se pare d’une couleur plus transparente, et observe une légère perte de poids (apparition de déjection liquide).

A ce moment, il faudra idéalement placer les individus dans une volière dans laquelle vous pourrez élever également les papillons.

Cocon et chrysalide

A la fin du stade L5, les chenilles chercheront à s’échapper de leur bac d’élevage afin de trouver le meilleur endroit pour tisser leurs cocons. Elles pourront tisser à même les branches, dans un coin de la volière ou tout espace où elles se sentiront en sécurité. Il faudra impérativement éviter de les perturber à ce stade au risque que l’insecte ne tisse pas son cocon. Au bout de quelques jours, vous pourrez manipuler les cocons dans lesquels se trouvent la chrysalide. La chenille met un certain temps avant de se transformer en chrysalide. Vous pourrez ensuite agrandir aux ciseaux l’ouverture du cocon afin de faciliter l’émergence du papillon. Il est ensuite possible de fixer les cocons sur une plaque de polystyrène ou de les placer sur une plaque grillagée.

La reproduction

Après 20 à 30 jours, le papillon sort de son cocon et s’accroche à celui-ci le temps de déployer tranquillement ses ailes. Ensuite, il libérera un liquide, le méconium. Très rapidement le mâle cherchera à s’accoupler à une femelle. Le mâle se différencie de la femelle par les antennes. Elles sont généralement plus grandes et surtout plus plumeuses que celles des femelles. Les femelles présentent un abdomen pus gros. Pendant l’accouplement qui peut durer plus de 24 heures, il est important de ne pas déranger les individus (les papillons sont nocturnes et vivent la nuit). Très peu de temps après l’accouplement, la femelle commencera à pondre ses œufs (généralement en grappe).

Le bombyx eri n’est pas une espèce avec laquelle il est possible de réaliser des diapauses contrairement au bombyx mori. Il ne faudra donc pas placer les œufs dans le réfrigérateur. Les papillons sont dépourvus de tube digestif et ne sont donc pas conçus pour se nourrir. Ils mourront quelques jours après l’accouplement.Voilà, vous savez tout. Nous vous souhaitons un bon élevage et si vous avez remarques ou questions, n’hésitez pas a nous contacter. Nous sommes en train de mettre en place des ressources pédagogiques qui seront disponibles en ligne prochainement afin de faire découvrir la magie des papillons en classe.

Article rédigé par Albert, éleveur de papillons depuis un bon moment.

Un grand merci à Christine pour les photographies

Source : Fiche d’élevage du Bombyx eri par l’équipe LepidUP

Élevage de papillons : Bombyx éri

Alimentation

Vous le savez probablement, mais les chenilles vont se nourrir de feuillage. Néanmoins elles ne se nourriront pas de n’importe quel feuillage.

Les chenilles du Bombyx éri préfèrent le ricin, d’où son nom, néanmoins c’est une plante que l’on ne trouve pas dans nos régions, donc il va falloir la faire pousser soi-même, ce qui n’est pas forcément l’idéal pour débuter un élevage facile.

Elles apprécient également l’ailante et le lilas, deux arbres que l’on trouve à la belle saison, attention à ne pas s’en servir trop tôt car les nouvelles feuilles seront encore pleines de tanin qui peut tuer les chenilles et elles n’auront pas encore tous les nutriments nécessaires.

La dernière plante que je conseille est le troène, on en trouve plusieurs variétés et c’est une plante souvent utilisée dans les haies par la municipalité, n’hésitez pas à vous rapprocher de vos espaces verts pour leur demander où vous pouvez en trouver.

L’avantage du troène est qu’il garde ses feuilles l’hiver, ce qui permet un élevage tout au long de l’année. Il est donc avantageux de donner la priorité à cette plante si vous le pouvez.

Un petit détail qui peut sembler anodin mais qui va en sauver plus d’un, il faut garder le feuillage frais, mais surtout pas humide, les chenilles du Bombyx éri ne boivent absolument pas, il se trouve que boire va leur donner la diarrhée qui peut leur être fatale, donc toujours bien sec !

Source : Elevage de papillons : Bombyx éri – Insectes & Compagnie

Tuto pour élevage de grillons domestiques : Insectes & Protéines

Tuto pour élevage de grillons domestiques

Bonjour,Voici un petit tutoriel pour élever des grillons, élevage facile et sympathique bien qu’un peu bruyant :

Maintenir les grillons est assez facile, ils demandent un coin pour se cacher, un point d’eau et de la nourriture en abondance.Ils sont très robustes et vous pouvez les abandonner plus d’un mois s’ils ont de l’eau et de la nourriture (si cette dernière vient à manquer, le premier grillon mort nourrira les autres)

Tuto pour élevage de grillons domestiques, Bac à grillons Bac à grillons

Le coin pour se cacher

Rien de plus simple, on utilise généralement des boites à œufs mais n’importe quel carton fera l’affaire tant qu’il présente assez de recoins suffisants (les grillons n’aiment pas se marcher dessus), le carton est préférable au plastique car il faudra le jeter souvent, environ toutes les deux semaines à cause des nombreuses déjections des grillons.

Dans le fond du bac, je mets des copeaux pour rongeurs pour absorber les liquides mais de l’essuie-tout fait aussi bien l’affaire.Le point d’eau

Rien de bien nouveau, un abreuvoir à oiseaux ou tout autre système de votre fabrication. Si vous utilisez un abreuvoir à oiseaux, n’oubliez pas le petit morceau de coton car leur grande taille ne les dispensent pas de se faire aspirer.

La nourriture

Très simple, ça mange de tout et en quantité. Seulement vu qu’ils sont destinés à nos colonies, autant bien les nourrir.

Ils adorent les paillettes pour poissons et se jettent dessus lorsque vous leur en donnez. La carotte est aussi bien appréciée lorsqu’elle est fraiche et bien humide, il en va de même pour beaucoup de légumes, n’hésitez pas à varier mais n’oubliez pas de les changer régulièrement si vous ne voulez pas qu’ils pondent dedans.Les croquettes pour chien ou chat sont une nourriture idéale car elles apportent des vitamines et minéraux. Sur ce point il est important de faire attention à la qualité des croquettes que vous leur mettez à disposition car les croquettes bas de gamme n’apportent rien.Une astuce pour ceux qui ne veulent pas acheter un sac juste pour les grillons: allez chez un véto et demandez lui un échantillon, il sera ravi de vous le donner.

Personnellement j’ai un faible pour la marque Virbac mais toute croquette de qualité fera l’affaire.Vous pouvez essayer plein d’autres choses pour les nourrir, vous verrez vite s’ils aiment ou non.La reproduction:Si vous souhaitez faire reproduire vos grillons, rien de bien compliqué.

Vous devrez leur mettre à disposition une boite de ponte.Prenez une boite en plastique (la traditionnelle boite de cotons tiges est toute indiquée) remplissez-la au maximum de tourbe blonde, sphaigne ou sable que vous humidifierez et recouvrez-la d’un grillage métallique fin (un grillage plastique serait vite réduit à néant).

Tant que vous maintiendrez cette boite humide, les femelles viendront y pondre:Tuto pour élevage de grillons domestiques, Femelles à la ponte Femelles à la ponte

Vous remarquerez à cette occasion que les grillons femelles ont un long appendice nommé ovipositeur ou oviscapte qui leur permet de pondre profondément dans la terre, les mâles en sont dépourvus.Tous les 10 ou 15 jours, changez la boite, datez-la et mettez-la dans l’éclosoir.

L’éclosoir:

Vous aurez besoin d’un autre bac pour stocker vos boites de ponte, maintenez-les toujours humides.

Le temps qu’ils mettront à naître est très variable mais sachez qu’une bonne chaleur accélère le processus.Lorsque vos grillons juvéniles naîtront, ils auront besoin de se cacher dans les bouts de carton que vous aurez mis à leur disposition.Le nombre de naissances est impressionnant, vous serez surpris.

Nourrissez-les comme les adultes à ceci près qu’ils ne doivent jamais être trop loin d’un point d’eau et de la nourriture, certains étant très peureux au début, ils ne se déplacent pas beaucoup.Les grillons sont tout de même assez résistants. Pour la petite anecdote, il m’est arrivé de mettre des vieilles boites de ponte presque sèches dans un bac en me disant que je les nettoierai à mon retour de vacances et à mon retour, trois semaines après, j’avais plusieurs centaines de jeunes affamés.Les œufs de grillon sont longs (4à 5mm) et très fin (moins d’un mm), en quelques jours ils deviennent transparents et commencent à ramper. Ils finiront par se nymphoser et donneront naissance à un imago tout blanc qui se colorera en quelques jours.Voici quelques larves en pleine action:Tuto pour élevage de grillons domestiques,

Larves grillon Larves grillon

Les jeunes et leur cachette:Tuto pour élevage de grillons domestiques, Grillons juvéniles Grillons juvéniles

La durée de l’œuf au juvénile est d’environ 15 jours, du jeune à l’adulte est d’environ de 2 mois. Ceci pour une température d’environ 25 à 30°C.Des températures plus fraiches ralentissent le cycle. Les adultes vivent quelques mois.Les grillons sont très bruyants et il est difficile de dormir dans la même pièce qu’eux, pensez-y

Source : Tuto pour élevage de grillons domestiques : Insectes & Protéines

Concevoir son propre élevage de grillons – Mangeons des insectes!

Concevoir son propre élevage de grillons

Les grillons, vos compagnons au quotidien? Si l’entomophagie vous a déjà séduit un élevage d’insectes pourrait être une expérience enrichissante et le moyen efficace d’avoir une production bio et fraiche à un prix très modeste (achat réalisé en ligne d’un paquet de 5g de grillons à 12,5€ !).

Tout ce dont vous avez besoin, c’est d’un peu de patience et le matériel suivant:Les grillons mangent leurs petits et leurs œufs, il faut donc prévoir 2 habitations, le bac central et le pondoir réservé aux mères et aux enfants.

Pour le bac central

Elevages de grillons Une dizaines de spécimens en bonne santé mâles et femelles (grillons qui peuvent être commandés en ligne sur « La Ferme Tropicale » et qui arrivent bien sûr vivants ou dans une animalerie/jardinerie).

Attention! Les insectes achetés en animalerie ne sont pas destinés à la consommation humaine, seuls les grillons issus de votre élevage pourront être consommés.

Un contenant transparent facile à nettoyer, hermétique et bien ventilé. Cela peut-être un terrarium, un vivarium de verre, un aquarium recyclé ou une boite en plastique. (Il est conseillé de ne pas dépasser la norme d’un grillon pour 2,5 cm².

Un vivarium de 90 litres ou l’équivalent de 75 cm X 30 cm X 30 cm peut ainsi abriter une population de 300 à 500 grillons). Un grillage métallique en guise de couvercle, ou des trous d’aérations sur la boite en plastique.

De la sciure ou des copeaux de bois sans produits chimiques. Un petit abreuvoir (en animalerie, article pour hamster ou oiseau par exemple) ou un bouchon de bouteille. Quelques cachettes et jeux avec de petites boites en carton, boites à œufs…

Une soucoupe pour y mettre la nourriture. Facultatif: une ampoule de 40W pour obtenir une chaleur de 30°c et obtenir le rendement. Mais les insectes peuvent aussi bien se développer à une température ambiante comprise entre 20°c et 30°c. Un pondoir: Une petite boite en plastique, un pot en verre peu profond, un pot de yaourt…

A l’intérieur mettre de la terre. Recouvrir d’une moustiquaire métallique ou d’un tissu pour protéger les œufs. Pour la nursery Un contenant transparent (terrarium, aquarium…). A l’intérieur mettre du sable. Recouvrir d’une moustiquaire métallique ou d’un tissu pour protéger les œufs.

Elevages de grillonsU

ne soucoupe. Un abreuvoir.Il faudra l’humidifier tous les jours pour ne pas que les œufs pondus ne se dessèchent.

Installation: Étaler la sciure dans le bac central tasser jusqu’à obtenir une surface lisse. Disposer l’abreuvoir et la soucoupe l’un à côté de l’autre et placer aux quatre coins du bac les cachettes en carton.

Placer le pondoir dans ce bac et ajouter les grillons.Lorsque les femelles auront pondues, mettre le pondoir dans la nursery pour éviter que les petits soient mangés par les adultes. Le comportement des grillons est influencé par les vibrations et par l’éclairage. Il faut donc choisir un endroit calme et stable qui bénéficie d’une moyenne de 12 à 14 heures de luminosité par jour, afin de favoriser le développement des grillons.

Éviter de les mettre en plein soleil! Hygiène de l’habitat: Les pondoirs, abreuvoirs, soucoupes et bacs doivent être nettoyés régulièrement pour éviter les invasions d’acariens. Le bac central peut être nettoyer au moins 1 fois par semaine (enlever les cadavres…).

Exécuter ce travail de préférence à l’extérieur, pour éviter les évasions…En règle général il y a peu d’odeur désagréables si le ménage est réaliser régulièrement. Alimentation: Les insectes ne sont pas difficiles, toutefois il faut veiller à mettre de la nourriture variée et coupée en petits morceaux. Des fruits (pommes, pèches, ananas…) Des légumes de la viande Du pain Des céréales Quelques croquettes pour animaux Paillettes pour poisson pour les petits

Ne pas oublier de mettre de la nourriture dans la soucoupe et de l’eau dans l’abreuvoir! Sinon les grillons se mangeront entre eux. Faire de même avec la ponderie au moment de la ponte des femelles grillons. Croissance des grillons: La femelle pond environ 100 œufs durant sa vie, donc à l’échelle quotidienne elle en pondra entre 5 et 10. Toutes les 1 à 2 semaines il faut changer le pondoir par un nouveau. Ainsi le premier pondoir est placé dans la nursery.

Au bout d’une à deux semaines les premiers petits éclosent, il faudra leur mettre à disposition un peu de nourriture, de l’eau et de petites cachettes. Au fur et à mesure de leur croissance il faudra les alimenter comme les adultes. Le grillon atteint le stade adulte au bout de 2 à 2mois et demi, après plusieurs mues.

Consommation:Pour préparer les grillons d’élevage à la cuisson, il faut les congeler vivants durant 48 heures afin de les tuer. Il sera alors possible de les garder au congélateur, dans des contenants hermétiques, pendant quelques mois. Lorsque les insectes sont décon

Source : Concevoir son propre élevage de grillons – Mangeons des insectes!

Quelles sont les pratiques d’élevage d’insectes ?

Quelles sont les pratiques d’élevage d’insectes ?

Bien que la plupart des insectes comestibles soient récoltés dans la nature, un petit nombre d’espèces ont été domestiquées en raison de la valeur commerciale de leurs produits. Les vers à soie et les abeilles sont les exemples les plus connus.

La sériciculture (élevage du ver à soie pour la production de soie brute) est originaire de Chine et remonte à 5 000 ans. La forme domestique a augmenté la taille du cocon, les taux de croissance, l’efficacité digestive et la capacité à vivre dans des conditions de promiscuité.

Les adultes ne peuvent plus voler et l’espèce est devenue totalement dépendante de l’homme pour sa survie. Les larves d’abeille et les chrysalides de ver à soie sont toutes deux un sous-produit consommé par l’homme.

De plus, certaines espèces d’insectes sont élevées pour nourrir les animaux de compagnie.

Par exemple, les vers de farine et les grillons sont élevés principalement comme aliments pour les animaux de compagnie en Europe, en Amérique du Nord et dans certaines parties de l’Asie.

Dans les pays en développement, le concept d’élevage des insectes est relativement nouveau. Les insectes sont élevés dans un espace réservé à cet effet où les conditions de vie des insectes, leur régime alimentaire et la qualité de leurs aliments sont contrôlés.

Les insectes d’élevage sont gardés en captivité et sont ainsi isolés des populations naturelles.Les méthodes utilisées pour l’élevage des grillons au Laos, en Thaïlande et au Vietnam (pays pionniers dans l’élevage des grillons) sont très semblables.

Dans ces pays, les grillons sont simplement élevés dans des hangars dans chaque arrière-cour, et il n’est besoin d’aucun matériel particulier.

Au Laos et en Thaïlande, des anneaux de béton d’environ 50 cm de hauteur et 80 cm de diamètre sont utilisés comme unités d’élevage, alors qu’au Vietnam, ce sont des bassines en plastique. Dans chaque «arène», une couche de balle de riz (ou de déchets du riz) est disposée sur le fond.

Des aliments pour poulets, ou d’autres aliments pour animaux de compagnie, des débris végétaux provenant de citrouilles, de fleurs d’ipomées, de pieds de riz et d’herbes sont utilisés pour nourrir les grillons. Des bouteilles en plastique fournissent de l’eau.

Une assiette remplie de pierres et d’eau peut aussi être utilisée, les pierres évitant la noyade des grillons. Des rubans adhésifs ou de nappes plastiques fixées à l’intérieur de la paroi de «l’arène», tout près du bord pour empêcher l’évasion rampante des grillons.

Des boîtes à œufs en carton, des feuilles d’arbres et des troncs creux servent à créer plus d’espace pour les grillons. Les femelles pondent leurs œufs dans des petites coupelles remplies de sable et de balle de riz brûlée. Après un certain temps, ces coupelles sont déplacées vers une autre enceinte où une nouvelle génération sera élevée.

Chaque coupelle est recouverte d’une couche de balle de riz pour maintenir une température d’incubation adéquate. Les «arènes» sont recouvertes, par exemple, d’une toile moustiquaire pour empêcher l’évasion des grillons; ceci empêche également la pénétration d’autres animaux tels que les geckos.

Les zones d’élevage sont entourées par un fossé (une bande étroite d’eau contenant de très petits poissons) qui prévient la pénétration des fourmis.

Dans les pays occidentaux, l’élevage des insectes est principalement réalisé par des entreprises familiales qui élèvent des vers de farine, des grillons et des sauterelles pour l’alimentation des animaux de compagnie.

Du fait que ces espèces sont généralement élevées dans des espaces clos et confinés, une climatisation contrôlée est souvent mise en œuvre, car les températures élevées peuvent provoquer la déshydratation des larves au corps mou.

Mais la production de denrées alimentaire à base d’insectes est une pratique peu connue et assez marginalisée.000080635 illustration large

Source : Quelles sont les pratiques d’élevage d’insectes ?

Débuter dans l’élevage des mantes (religieuses) – L’insecterie

Débuter dans l’élevage des mantes

Matériel indispensable à avoir :

  • Des boîtes, vivariums ou aquariums. Des boîtes suffisent, mais au niveau esthétique, les aquariums ou vivariums sont tout de même mieux.
  • Un vaporisateur.

  • Du décor de type branches, pour que les mantes se sentent à l’aise. 4 paramètres importants à respecter :

1 – L’humidité. Surtout pour les grandes espèces originaires des pays tropicaux.

2 – La luminosité à l’aide d’une lampe au-dessus du vivarium.

3 – La température. La température maximale est de 35 °C, surtout pour les mantes originaires d’Afrique.Attention à ne pas descendre sous les 20 °C.

L’idéal reste une température aux alentours des 25 °C.

Évitez les variations brutales de températures.

4 – L’aération.

Veillez à ce qu’il y ait des trous sur la boîte, des orifices ou ouvertures sur le vivarium pour faciliter l’aération.C’est très important pour éviter les moisissures et cela favorise la croissance des mantes.

CHOIX DES MANTES : Pour débuter un élevage, il vaut mieux choisir une mante qui n’est pas trop difficile à élever.Évitez, par exemple, les mantes orchidées.L’espèce conseillée pour débuter est la Sphodromantis lineola.

Elle est facile à élever et se trouve souvent dans les élevages. C’est une espèce qui, de plus, fait plein de petits.Nous conseillons aussi la Phyllocrania paradoxa, qui est aussi très facile à élever.

MANIPULATION DES MANTES :

Il n’y a rien à craindre : tout comme les phasmes, les mantes sont inoffensives et n’attaquent pas.Mais, attention à une règle importante : il faut éviter de manipuler la mante avant les mues. Cela l’affaiblit et peut causer sa mort ou créer du stress.

NOURRITURE :En général, elle mange des grillons.Attention à la taille des proies. Il ne faut pas qu’elles soient trop grosses par rapport à la taille de la mante. Cela pourrait aussi causer des blessures. Surtout, prenez le temps d’admirer et d’observer vos mantes. Ce sont des élevages passionnants et très intéressants. Cela vous permettra aussi de déceler d’éventuels problèmes.

Source : Débuter dans l’élevage des mantes (religieuses) – L’insecterie

Activité à faire chez soi – Nichoir à abeilles —

Le printemps arrive ! Et avec lui sortent de leurs nids les abeilles sauvages dont l’osmie. Mais sitôt sortie, voilà qu’elle prépare son nid pour la future génération. Elle apprécie les trous entre 8 et 10 mm pour réaliser leurs petits nids douillets. Elle va confectionner plusieurs loges où elle pondra ses œufs. Une fois terminé, […]

Activité à faire chez soi – Nichoir à abeilles — Education populaire pour la transition écologique, sociale et solidaire

Fiche Elevage Vers de Farine

Fiche d’élevage Vers de farine

Matériel nécessaire :-Boite fermée avec paroi lisse (Longueur 20cm, largeur 15cm, Hauteur 15cm)

  • Des boites d’œufs et des rouleaux vides de papier WC pour les cachettes et comme support de ponte.
  • -Une coupelle avec des pommes, légumes imbibés d’eau OU des billes de gel d’eau
  • -Un substrat qui servira également de nourriture (Son de Blé, son d’avoine, petit morceau de pain sec, …)
  • -Une boite de vers de farine (200g est l’idéal pour commencer)
  • Conditions pour l’élevage :
  • -Température : 20 à 30 degrés (A moins de 10 Degrés, les larves se développe très peu, voir pas du tout)
  • -Nettoyer la boite d’élevage toute les semaines à l’aide d’une passoire fine (Cela va enlever les déchets organiques sans enlever le substrat)
  • – Durée de vie :
  • -Incubation de l’oeuf : 10 jours
  • -Du jeune à l’adulte (vers de farine) :
  • 3.5 mois-Nymphe (Vers blanc):
  • 20 jours-Adulte (Coléoptère) :
  • 6 mois-Vie complète maximal : 9 à 10 mois (dans des conditions optimales)

Source : Fiche Elevage Vers de Farine.pdf

Fiche Elevage Blattes.

Fiche d’élevage Blattes

Matériel nécessaire :

-Boite fermée avec paroi lisse (Longueur 20cm, largeur 15cm, Hauteur 15cm).

Il faut tout de même des aérations

-Des boites d’œufs et des rouleaux vides de papier WC pour les cachettes et comme support de ponte.

-Nourriture:croquettes, pailettes pour poissons, … (Elles ne sont pas difficile).

-Une coupelle des billes de gel d’eau ou légumes riche en eau pour les abreuver-Pour le substrat, copeaux pour rongeur, mélange de bois fin,ou autre substrat dans lequel elles peuvent se cacher à l’intérieur.

-Une boite de blattes adultes

Conditions pour l’élevage :-Température : 20 à 30 degrés (Plus il fait chaud, plus elle se développe rapidement)

-Nettoyer régulièrement la boite d’élevage pour éviter les odeurs (même si l’élevage de blattes ne sent presque pas)

-Chaque Blattes peut faire 20 à 40 jeunes par ponte.

Durée de vie :-Du jeune à l’adulte : 4 à 6 mois-Adulte :6 mois à 10 mois

-Vie complète maximal : 10à 16mois (dans des conditions optimales)

Source : Fiche Elevage Blattes.pdf

« Manger des insectes est bon pour l’empreinte écologique » – La Libre

« Manger des insectes est bon pour l’empreinte écologique »

En plus d’être des aliments complets et sains, les insectes comestibles ont une empreinte écologique beaucoup plus réduite que la viande. « Ils ne rejettent pas beaucoup de gaz à effet de serre et nécessitent peu d’eau et d’espace. Nous pouvons donc les élever de façon beaucoup plus écologique que les bovins », affirme Leen Van Campenhout, professeure et microbiologiste de la KU Leuven, dans le journal de l’université.Des insectes comme les sauterelles, les criquets et les vers de farine peuvent « parfaitement remplacer la viande » en tant qu’aliments nutritifs, d’après Leen Van Campenhout. Cette professeure coordonne le Lab4Food à la KU Leuven, qui étudie la valeur nutritionnelle des insectes. « Il faut dépasser une barrière psychologique mais, quand les gens goûtent, ils sont souvent agréablement surpris. Certains y trouvent un léger goût de noisette. Tout dépend aussi de la préparation. »Quand l’Agence fédérale pour la sécurité alimentaire (AFSCA) a reconnu une dizaine d’insectes destinés à la consommation en 2014, des nouveaux produits sont apparus sur le marché mais ces derniers ont disparu des supermarchés par manque d’intérêt. Pour l’instant, les insectes comestibles ne sont disponibles que dans des enseignes spécialisées.L’intérêt est par contre plus important ailleurs. « Comme notre agence alimentaire a reconnu les insectes comestibles assez tôt, la Belgique est un pays leader en Europe. Nous exportons par exemple des insectes vers la Suisse, où nos producteurs ont du mal à suivre la demande », explique la microbiologiste.Le secteur des insectes est en pleine mutation. « On observe l’évolution d’un élevage à petite échelle vers une production de masse. Des fédérations sont créées et divers pays européens adaptent leur législation pour l’admission des insectes comestibles dans certains secteurs. » »Les insectes ont d’ailleurs d’autres usages que simplement la nourriture. Leur exosquelette (squelette externe) contient de la chitine, une substance utilisée dans la fabrication de films plastiques. Et nos collègues de la Haute Ecole Thomas More expérimentent une crème pour les mains à base de graisse de sauterelle. » De son côté, Leen Van Campenhout recherche elle aussi, dans son laboratoire, comment les produits alimentaires peuvent être enrichis avec des insectes.

Source : « Manger des insectes est bon pour l’empreinte écologique » – La Libre

La ferme aux insectes | Saveol

VISITEZ LA FERME AUX INSECTES

UN PARCOURS PÉDAGOGIQUE ET LUDIQUE POUR TOUTE LA FAMILLE.

Chaque année, les maraîchers Savéol introduisent dans leurs serres des insectes afin d’éviter l’usage de produits phytosanitaires et assurer la pollinisation des fleurs de tomates et de fraises ! Tous ces insectes sont élevés chez Savéol Nature au coeur d’un espace dédié : une ferme de 6 500 m² ! Partez à leur rencontre pour comprendre pourquoi les bourdons, les Encarsia formosa (petites guêpes) et les Macrolophus (punaises) sont des insectes utiles pour cultiver les plants et lutter contre les espèces nuisibles comme les aleurodes (mouches blanches). Deux univers sont à découvrir à travers une visite guidée, accessibles à tout âge :

Source : La ferme aux insectes | Saveol

Préparation de la nourriture artificielle Silkworm Chow.

Préparation de la nourriture artificielle Silkworm Chow.
Mode de cuisson : Four micro-ondes

ATTENTION : Utiliser un récipient d’au moins 1 – ½ litre pour utiliser le four micro-ondes en toute sécurité pour chaque portion de 250 g de poudre pour éviter la surchauffe.

1) Ajouter 250 g poudre à environ 675 ml (proportion 1: 2,7) d’eau chaude du robinet et bien mélanger à l’aide d’un mélangeur de cuisine, jusqu’à ce que toutes traces de poudre disparaissent.

2) Verser le mélange dans le récipient en matière plastique (par exemple boite BraPlast) de telle sorte de faire une couche de l’ordre de 1,5 à 2 cm.

3) Recouvrer le récipient en plastique avec un film plastique avant de les cuire. Faire de petits trous (environ 10) sur le film plastique à l’aide d’une aiguille.

4) Faire cuire de 800 à 850 watts pour 8 à 10 minutes.

5) Retirer du four micro-ondes et placer la même feuille de pellicule plastique sur le récipient et appuyez vers le bas pour envelopper directement et être en contact avec la surface chaude de la nourriture cuite. Cela permettra d’éviter un excès d’humidité de se former et aider à garder la nourriture stérile.

6) Laisser refroidir, mettre le couvercle sur le récipient, et conserver au réfrigérateur.

7) Enlever la pellicule de plastique, trancher et servir.

Boite non percée à couvercle à charnière

Mode de cuisson : Casserole

1) Faire bouillir dans une casserole 3 volumes d’eau.

2) A ébullition, ajouter 2 volumes de nourriture en poudre.

3) Remuer fortement pendant 1 minute.

4) Enlever du feu.

5) Placer un film plastique dans un récipient (par exemple boite BraPlast).

6) Laisser refroidir légèrement.

7) Verser le mélange dans le récipient.

8) Mettre au réfrigérateur.

AVERTISSEMENT :

Ne pas distribuer chaud. Ne pas utiliser la nourriture cuite sans avoir lavé préalablement vos mains. Les chenilles sont très sensibles aux problèmes bactériens si leur nourriture n’est pas maintenu stérile.

REMARQUE :
La nourriture cuite se conserve pendant un mois ou deux dans le réfrigérateur. La poudre peut être conservée jusqu’à 3 mois dans un endroit frais et sombre ou jusqu’à un an dans le réfrigérateur.
Chaque portion de 250 g de poudre donne environ 1 kg de nourriture cuite.

En vente dans notre boutique en ligne : https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com

Hérisson : Ami Du Jardinier, Protégez Moi Je Le Vaux Bien !

Hérisson : Ami Du Jardinier, Protégez Moi Je Le Vaux Bien !

Le hérisson, ami du jardinier, protégez moi car je suis un petit mammifère qui mange dans votre jardin tous les insectes même avec des coquilles. L’activité favorite de ce glouton c’est de manger.

Ce mammifère privilégie les zones tempérées et humides et il se plaît dans l’Hexagone et en Grande-Bretagne. Nocturne et solitaire, il élit domicile dans les bois, les haies, les broussailles et les jardins.

Comment attirer les hérissons dans son jardin ?

Ce qui attire les hérissons c’est un jardin naturel, campagnard, rustique. Il aime les herbes sauvages, les feuilles mortes, les morceaux de bois. Organisez-lui un coin où la nature a repris ses droits. Un petit bout de terrain où grouillent les vers, les lombrics….  Au–dessus de ce tas de végétaux les mouches voleront, les abeilles tourbillonneront …..un vrai paradis, une banque alimentaire pour les hérissons.

Dans la journée, il se cache. N’oubliez pas qu’il se promène et se nourrit la nuit.

Et, surtout pas de pesticides.

Le hérisson : un mammifère protégé

hérisson

Voici les principales lois de protection du hérisson

En 1978, la France signe la Convention de Washington. Accord entre états qui veille à ce que le commerce d’animaux ne menace pas la survie des espèces protégées dans les pays concernés.

Que mange le hérisson au jardin ?

hérisson jardin

Il mange des araignées, champignons, escargots, cloportes, limaces, pucerons

Voilà les fruits et les légumes qu’il raffole :

*la patate douce

*pomme de terre

*les brocolis

*la roquette

*mâche

*concombre

*carotte

*myrtille

*kiwi

*mangue

*melon

*pastèque

*banane

*framboise

*pêche

*poire

*pomme

Pour attirer les hérissons dans le potager à la tombée de la nuit :

  • Laisser des croquettes ou la pâtée pour chats et chiens
  • Fournissez lui de l’eau

Astuce : Choisissez une assiette creuse de peu de hauteur car le hérisson est un petit animal

Hérisson : Les aliments interdits !

  • Agrumes
  • Chocolat
  • Lait de vache
  • Pain, gâteaux, sucreries
  • Poissons
  • sel
  • aliments frits

Hérisson Nourriture : Comment la protéger ?

Il est évident que si vous laissez de la nourriture pour les hérissons, votre chat ou votre chien va se jeter dessus et les hérissons n’auront rien.

Aussi, voici les astuces de mamie Mado pour protéger leur gamelle.

  • Posez une assiette sur leur gamelle, le hérisson la soulève.
  • Ou placez l’assiette de nourriture sous  une caisse basse (15 cm) et  longue avec une petite ouverture. Le chien et le chat ne passent pas mais le hérisson lui se faufile à l’intérieur.

Apprenons à connaître cet animal.

Hérisson : description

C’est un mammifère de la famille des erinaceidae insectivore. Petit animal de 27 cm de long et d’une hauteur de 15 cm qui pèse entre 400 à 1200 g. C’est un animal très paisible.

Il est couvert de piquants jaunâtres, brun foncé à l’extrémité. Le saviez-vous chez le hérisson les deux sexes sont semblables et il vit en moyenne trois ans.

Son biotope c’est les bois feuillus, les broussailles et les prairies humides. On le rencontre jusqu’à 2 000 m d’altitude et il hiberne dans un nid d’herbes et de feuilles.

Le hérisson a des dents. Il saisit les aliments avec les mâchoires.

Sa ration nocturne d’invertébrés est de 70 grs. Le hérisson est l’ami du jardinier car c’est un véritable nettoyeur d’insectes, acariens et gastéropodes …. 

Comment se reproduit-il ?

Les phéromones jouent un rôle important pour la reproduction. La copulation a lieu  surtout au printemps après l’hibernation et la gestation dure environ 35 jours.

La femelle possède dix tétines et il semble qu’elle est seule à s’occuper des petits. Les femelles ont en général une portée de quatre à sept petits par an, au cours de l’été mais il n’y a qu’une portée annuelle.

Des petits tout lisses !

La maman hérisson met au monde des petits aveugles entièrement dépourvus de piquants. Ce n’est qu’après quelques heures que des épines blanches et molles apparaissent sur leur dos.

Elles tomberont quelques semaines plus tard et seront remplacées par des piquants bien solides. Il s’agit en fait de poils très durs constitués, comme nos ongles et nos cheveux, de kératine.

Source : Hérisson : Ami Du Jardinier, Protégez Moi Je Le Vaux Bien !

La bourse aux insectes Ento-Mons

Qu’est-ce que la bourse aux insectes Ento-Mons?

C’est un lieu d’exposition et de vente d’insectes naturalisés pour collection et l’étude ou pour décoration. Vous aurez accès à plus de 60 exposants répartis sur plus de 200m de tables. Parmi ceux-ci vous pourrez aussi trouver des insectes vivants pour en faire l’élevage comme des phasmes, papillons, fourmis, mantes religieuses, coléoptères, blattes et bien d’autres (même quelques reptiles!).
Vous trouverez également des stands pour acheter des boites entomologiques, du petit matériel, des livres, les principales plantes nourricières pour l’élevage, ou même des insectes à déguster.
C’est tout simplement un lieu de rencontres et de découvertes pour tous.

 

  • Dimanche 15 mars 2020 de 09:00 à 19:00
    Semaine prochaine
  • 1, Avenue du Gouverneur Emile Cornez, 7000 Mons

  • Organisé par Ento-Mons
    Aucune description de photo disponible.

 

Guide d’incubation des oeufs et de maintenance des vers à soie

Guide d’incubation des oeufs et de maintenance des vers à soie

Si vous débutez dans l’élevage du vers à soie, nous vous recommandons de mettre qu’une partie des œufs en incubation, cela vous permet de faire plusieurs tests en cas d’échec.

Maintenu à une température comprise entre 24 et 28°C et un taux d’humidité de 80 à 90% (paramètre indispensable à la réussite de l’incubation), les œufs vont éclore entre 7 et 14 jours.

Nous recommandons d’amener une légère source d’humidité pendant l’incubation sans contact direct de l’eau avec les œufs.

Pour ce faire, vous pouvez prendre un morceau d’essuie-tout replié pour former un carré/rectangle légèrement humide, mettez le au milieu du récipient, déposez ensuite les œufs autour à quelques centimètres.

Avant l’incubation les œufs ont une couleur pourpre sombre. 24 à 48h avant l’éclosion les œufs deviennent bleutés, gris clair.

A ce moment vous pouvez enlever le morceau d’essuie-tout et y déposer, 24h après l’éclosion de tous les œufs, quelques petits morceaux de nourriture préparée ou des feuilles de murier blanc (Morus alba).

Une fois les œufs éclos, ces derniers deviennent blancs.Préférez de déposer de la nourriture en petite quantité mais régulièrement, si la nourriture est trop sèche, les chenilles cesseront de se nourrir.

Cela permet également un nettoyage régulier du récipient dans lequel les chenilles se trouvent.La manipulation se fera délicatement de préférence avec une pince.Si un minimum de propreté est respecté (remplacer la nourriture, nettoyer le récipient et outils de contention, laver les mains avant manipulation etc.), il est rare de voir de la mortalité dans les chenilles à cause d’une maladie.

Une fois les chenilles à maturité, ces dernières chercheront à confectionner leur cocon, pour se faire vous pouvez leur mettre des rouleaux de papier toilette ou d’essuie-tout.

Une fois la transformation terminée, les papillons chercheront à se reproduire, la femelle, plus ronde que le mâle, fera battre ses ailes pour diffuser les phéromones, le mâle s’orientera grâce à ses « plumeaux » situés sur la tête.

Il est préférable d’isoler les couples pour plus de réussite de reproduction.

Pour les œufs pondus, de couleur jaune, la méthode la plus adaptée pour la diapause (la période de repos nécessaire pour les œufs), consiste à, une fois les œufs de couleur gris, les placer directement à environ 6°C pendant environ 3 à 6 mois dans un réfrigérateur.

Les œufs qui restent blanc sont non fécondés et ne donneront pas de naissance même après une diapause.Vous pouvez ainsi répéter les cycles en amenant de nouvelles générations pour la reproduction, et éviter les dégénérations en faisant reproduire les papillons issus de la même génération. incubation vers à soie bombyx mori

Exemple d’incubation des vers à soie avec nos kits d’élevage, apporter une source de chaleur et placer dans une boite BraPlast :

  • Vermiculite dans un pot en plastique ouvert, rempli d’eau à hauteur de celle-ci
  • Oeufs placés à proximité

  • Boite fermée sur les 3/4

  • Lorsque les vers commencent à naître laisser la boite ouverte, enlever le pot de vermiculite et placer de la nourriture à la place.

    Pour la France : https://www.bombyxstore.fr

Source : https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/30-Vers-a-Soie-cbEaaaaaa.asp

Gecko Léopard.

Fiche d’élevage.

cover photo, Aucune description de photo disponible.

Généralités L’Eublepharis Macularius ou gecko léopard se rencontre du sud de l’Afghanistan jusqu’au nord de l’Inde. Il vit dans les déserts de broussaille. C’est un gecko terrestre, il possède des petites griffes aux extrémités de ses doigts, mais il peut aussi grimper sur des racines, ou sur des parois quasiverticales. Il sort de sa cachette que la nuit ou au crépuscule. Les colorations sont vraiment très diverses, mais dans la nature cela se rapproche du jaune-marron avec des tâches noires d’où son surnom de gecko léopard. Sa queue est une très grosse réserve de gras pour les périodes de jeûne. Il peut si besoin lorsqu’il se sent en danger couper sa queue, il en repoussera une mais beaucoup moins esthétique que la première.

Taille / Poids A l’âge adulte il peut mesurer environ 20cm dont 40% pour la queue, mais il existe certaines phases dite « Giant » ou « Super Giant », certains de ces spécimens atteignent les 30cm. Le poids est ainsi variable entre 50 et 170g.

Espérance de vie Il peut vivre en moyenne 15 à 20ans dans de bonne condition. Les phases que nous vous avons cités au-dessus ou les spécimens sont plus gros vivent moins longtemps (<10ans pour les Super Giants et 10-15ans pour les Giants) à cause de leur métabolisme et leur développement très rapide.

Tempérament Ce gecko est un lézard nocturne et crépusculaire, il sortira peu de temps avant ou après l’éteinte de votre éclairage le soir et commencera donc à ce nourrir. Il est plutôt docile, peu farouche logiquement. Il peut être facilement manipulable, pour l’habituer approchez vous doucement de lui au début et puis à force il s’habituera à votre odeur (il vous lèche pour reconnaitre votre odeur). Si vous possédez plusieurs mâles, lavez vous les mains après chaque manipulation d’un mâle sinon le prochain risque de vous mordre en sentant l’odeur d’un concurrent potentiel. Mais nous rappelons que ce n’est pas un jouet donc ne vous amusez pas à les manipuler de manière abusive !

Vie en captivité C’est un gecko pacifique. En effet la maintenance d’un couple ou de plusieurs individus est totalement possible (jamais 2 mâles ensemble). Nous ne conseillons tout de même pas de laisser un mâle et un femelle ensemble toute l’année, effectivement certain mâle se reproduise plusieurs fois avec la femelle dans l’année ce qui à force la fatigue et peut la tuer. Le meilleur reste quand même de séparer les mâles des femelles! Son maintien en captivité est très facile si on respecte quelques paramètres de bases, c’est un parfait reptile pour les débutants. Les couleurs vraiment magnifiques et diverses en font un choix recherché pour tous les amateurs de geckos.

Aucune description de photo disponible.

Terrarium Le terrarium peut être en verre, bois, pvc et doit posséder une assez large aération pour permettre un flux d’air constant le mieux est d’avoir une paroi totalement grillagé. Certains éleveurs par manque de place élève les geckos dans des Racks (système à tiroirs). Les dimensions Les dimensions du terrarium dépendent du nombre d’individus. 1 gecko → 45x45cm conviendra parfaitement 2 geckos → 60x45cm. Vous pouvez choisir la hauteur en fonction du décor que vous voulez mettre, ou du nombre de gecko par exemple avant d’avoir notre installation nous élevions des trios dans un 60x45x60 avec un décor qui comprenait plusieurs étages afin d’augmenter la surface au sol. L’aménagement L’aménagement dépend du système de maintenance que vous utilisez si vous élevez vos geckos en Rack, nous vous conseillons de minimiser le nombre d’éléments de décoration au maximum pour garder une surface au sol la plus élever possible (de plus les Racks ne sont pas là pour être esthétique, car vous ne voyez pas vos geckos).
Si vous utilisez des terrariums vous pouvez mettre quelques éléments de décorations comme des cailloux (attention ne pas créer de monticule pour éviter tout éboulement), des racines et des plantes artificielles fixées solidement afin d’éviter tout accident. Peut importe le système de maintenance il est important de proposer des cachettes à vos geckos, pour prévenir des effets de stress. Il vous faut une cachette par individu. Une cachette doit être situé au point chaud et votre boite humide doit être placé au point froid. Cette dernière sera assez haute pour avoir une quantité de substrat humide (tourbe blonde) assez importante pour la ponte des femelles. Le substrat Nous utilisons des copeaux de bois de hêtres dépoussiérés assez petit (environ 2-3mm). Vous pouvez aussi utiliser du sable basique, du gazon synthétique ou du lino. Pour les nouveau-nés et les jeunes du sopalin sera parfait, il ne faut pas que le substrat soit ingérable ! Nous déconseillons fortement le sable calcique, car les gecko lèchent du calcium dans une coupelle. Ils auront tendance à ingérer de grosses quantités de sable ce qui peut-être source d’occlusion intestinale. Source d’eau Il s’abreuve en lapant l’eau dans une gamelle, l’eau doit être changée tous les jours.

Aucune description de photo disponible.

Température Le jour : Point chaud → environ 30-32° Point froid →environ 23-25° La nuit : Température ambiante de la pièce 19-20° L’idéal pour avoir ce gradient est d’utiliser une lampe céramique, infrarouge ou d’utiliser un cordon, tapis chauffant.

Eclairage C’est un gecko nocturne, qui a besoin d’un cycle Jour/Nuit de 14h/24h. Plusieurs sources d’éclairage sont utilisables. Néon UVB 2.0 → On peut utiliser un néon UVB, la puissance 2.0 est le maximum que l’on peut utiliser sinon vous aurez des problèmes de peau avec vos geckos surtout les spécimens albinos. Lampe ou néon basique → Il est aussi possible d’utiliser un éclairage basique (sans UV). N’oubliez pas dans ce cas de faire un apport en vitamine D3. L’hiver le cycle Jour/Nuit diminuera pour recréer une période d’hivernage.

Hygrométrie Taux d’humidité de 40-50%. Il est souvent plus faible et si la boite humide n’est pas disponible ou pas assez humide, on pourra remarquer des petits points blancs sur les geckos, ce sont des bouts de peau (mue) car celle-ci est trop sèche. Dans ce cas, nous vous conseillons de baigner vos geckos dans 2cm d’eau tiède, 1fois par mois l’hiver et toutes les semaines l’été si le problème
persiste voir pour changer la boite humide, la disposition de votre terrarium, ou le système de chauffage, car les lampes céramiques assèchent souvent l’air.

Régime alimentaire L’alimentation des geckos léopard doit comme tous les reptiles être variée et riche. Les geckos se lassent assez rapidement si vous donnez la même proie pendant de trop longue période. Il est important de proposer au moins 4 à 5 espèces d’insectes différentes par semaine. Vous pouvez même pour les spécimens adultes donner de temps en temps des souriceaux (sans poils de préférence), il est important de ne pas les donner pendant la période de reproduction aux femelles, pas plus d’un par mois pour les geckos classiques et les gros spécimens (Giant ou Super Giant) peuvent en avoir 2 par mois maximum. Les types d’insectes Les insectes de base de l’alimentation sont les grillons, les criquets et les blattes. D’autres mets tels que les teignes de ruches, les vers à soie, les vers de farine, les vers tébos et les larves de morios peuvent aussi être ajouté au régime alimentaire, mais de manière occasionnelle. La taille des insectes doit être adaptés à la taille des geckos, on dit de manière générale que l’insecte ne doit pas être plus gros que la bouche de votre gecko (voire même la taille de la tête). Les rations Nous laissons toujours quelques grillons 2-3 tout le temps dans le terrarium, mais ne pas en laisser « une colonie » car la présence continue des proies dans le terrarium semble inhiber le réflexe de chasse chez les geckonidés et en plus vous risquez de vous retrouver avec des reproductions de grillons dans votre boite humide ce qui est plutôt embêtant. Voici quelques quantités que vous pouvez suivre pour vous aider : Nouveau-nés, Jeunes et Sub-Adulte : Quotidiennement, petits insectes adaptés à leur taille (grillons, blattes et occasionnellement vers de farine ou teigne de ruche) à volonté. Adultes : 5 à 6 gros grillons ou blattes tous les 2jours et 5 à 6 autres insectes par semaine. Il est aussi possible de donner un hornworm ou souriceau, mais il faut le donner de préférence tout seul pour la journée complète tellement que c’est riche et nutritif. Donner de préférence les blattes à la pince si possible car elles ont tendance à se cacher très rapidement et une fois leurs cachettes trouvées, il devient difficile pour les geckos de les voir. Les apports supplémentaires Il est obligatoire et très important de laisser une coupelle de Calcium sans D3 en permanence dans le terrarium, les geckos viendront d’eux-mêmes ingérer la dose de Calcium qui leur convient. Il est aussi possible de saupoudrer la nourriture de Vitamines en suivant les quantités listés cidessous : Nouveau-nés : 2 à 3jours/semaine Jeunes et Sub-Adultes : 1 à 2jours/semaine Adultes : 1jour/semaine
Si vous suivez une alimentation variée et riche vous n’aurez pas forcement besoin d’un apport en Vitamines supplémentaire. Si vous utilisez un éclairage sans UV un apport en Calcium ou Vitamine avec D3 est important 1 à 2 fois par semaine.

Dimorphisme sexuel On peut reconnaitre un mâle et une femelle assez rapidement au bout de 1 à 2mois on peut déjà voir quelques signes distinctifs apparaître. Le mâle possède une rangée de port fémoraux en forme de V et on peut aussi voir deux petits renflements (boules), c’est à cet endroit que sont logés les hémipénis à la jonction de sa queue et du cloaque (anus).

Reproduction Période de reproduction La période de reproduction débute en Février-Mars, à la fin de la période d’hivernage. Et se finit généralement au début de l’été, vers Juillet-Aout. Maturité sexuelle Ils atteignent leurs maturités sexuelles en moyenne vers l’âge de 12mois pour les mâles et 1416mois pour les femelles mais, il arrive que certains individus précoces le soient vers 10-12mois. Pour des raisons de sécurité pour vos femelles nous ne vous conseillons pas de les faire se reproduire avant l’âge d’1an et demi afin d’éviter les rétentions d’œufs, mais aussi pour ne pas stopper leurs croissances. Le poids de reproduction minimum pour une femelle est de 50g (nous conseillons toutefois qu’un 55-60g est préférable) ! Nous précisons que lors des pontes les femelles perdent souvent 1/5 de leur poids et arrêtent de se nourrir 1semaine avant la ponte. Si elles sont reproduites trop tôt, cela pourrait être fatal.
L’accouplement Pour reproduire vos geckos, il faut transférer votre femelle dans le terrarium du mâle (ou l’inverse). Le mâle commence sa parade en poursuivant la femelle, il la mord à la queue puis frétille de la queue et tourne en rond autour de la femelle. Une fois prête cette dernière lève la queue, le mâle monte sur sa partenaire et la mord à la nuque pour qu’elle reste immobile, cela est très rapide environ 2 à 3min. Les copulations peuvent se répéter plusieurs fois dans la journée, voire les 2 ou 3 jours suivants. Ensuite replacer votre femelle (ou mâle) dans son terrarium. Les geckos femelles font des réserves de sperme donc vous pouvez les faire ce reproduire en début de période est ensuite ne faire plus aucun accouplement, ceci est quand même plutôt traumatisant pour les femelles qui ressortent souvent griffés et avec quelques marques à la nuque.
La gravidité Une fois les femelles gravides elles commencent à ce nourrir d’avantage. Vous verrez par transparence sur leurs ventres 2 formes ovales blanches, ce sont les œufs. Pendant cette période il ne faut à aucun moment que la femelle ne soit en manque de calcium donc n’oubliez pas de vérifier votre coupelle de calcium qu’il y en ai toujours.
La gestation La gestation dure environ 3 semaines.
La ponte Les femelles pondent généralement 2 œufs, pour cela elles creusent un trou dans le substrat de la boite humide. Une fois la ponte finie elles recouvriront soigneusement les œufs du substrat pour reboucher totalement le trou. Et le soir même ou le lendemain vous verrez qu’elles grattent partout et essaye de ramener un maximum de substrat dans la boite humide. Quand vous aurez remarqué cela c’est que la ponte aura eu lieu il vous faudra rechercher les œufs, les déterrer délicatement (attention à ne surtout pas les retourner !) puis les placer dans l’incubateur. Vous devez espacer les œufs de manière à ce qu’ils ne se collent pas (garder un bon centimètre d’espace entre chaque œufs) car ils vont grossir tout au long de leurs développements.
Nombre de couvées par an La femelle créait elle-même sa période de repos entre les pontes. Généralement la durée entre 2 pontes est juste le temps de gestation avec 1 ou 2 jours de plus. Ce qui peut donner une ponte toutes les 3semaines. Certaines femelles pondent 6 à 10 fois voire plus pour celle qui on un cycle de gestation plus court, pendant toute la période de reproduction.

Incubation Les températures idéals d’incubation se situent entre 26 et 34°. La température d’incubation détermine le sexe des futurs geckos. Ces différences de température jouent aussi sur la durée d’incubation (plus elle est élevée plus le temps d’incubation est court). Elle varie entre 40 et 60jours. L’hygrométrie quant à elle doit être d’environ 80 à 90%. 26° → Majorité Femelles (>80%) 30° → 75% Femelles & 25% Mâles 30.5° → (Température pivot) 50% Femelles & 50% Mâles 31.5° → Majorité Mâles (>80%) 32.5° → 75% Mâles & 25% Femelles 34° → Majorité Femelles (>80%) Il est possible d’utiliser plusieurs types de substrat d’incubation différent, la vermiculite, la perlite, la tourbe. Nous avons subi une année de reproduction catastrophique avec la vermiculite et nous sommes passées à la perlite et maintenant nous n’avons plus aucun problème. Attention dans tous les cas, il ne faut pas que le substrat soit détrempé. Les températures ainsi que les pourcentages sont données à titre indicatif constatées par plusieurs éleveurs. Il semblerait aussi que les femelles qui pondent peuvent agir sur la variable de temperature. Certaines femelles donnent à la température pivot que des mâles d’autres exclusivement des femelles. La température d’incubation influerait aussi sur la pigmentation des individus, la morphologie et le comportement.

L’élevage des jeunes Les jeunes peuvent être élevés ensemble pendant les 4 à 5 premiers mois, même s’il est préférable de pouvoir les élever individuellement (meilleur contrôle de l’alimentation). Les conditions de maintiens sont quasi identiques aux adultes. Le terrarium peut être un peu plus petit, mais cela n’est pas obligatoire (nous élevons dans des racks de 40*30 pour 2 petits geckos max), le substrat doit être du sopalin ou du lino pour éviter toute ingestion involontaire. Il est inutile de nourrir les geckos dès qu’ils naissent, effectivement ils ne se nourrissent qu’après leurs premières mues. Nous avons pu remarquer qu’il faut attendre la fin de la première mue pour voir apparaitre la première déjection c’est donc à ce moment que vous pouvez commencer à les nourrir, avant cette période ils ne s’alimenteront pas du tout.

Hivernage Il est possible de réaliser des périodes d’hivernages pour favoriser l’accouplement au printemps, mais aussi reposer vos femelles de leurs années de reproduction. Il est important de séparer les mâles des femelles pour éviter toute fécondation durant cette période. Attention ceci est destiné pour les geckos adultes ayant les capacités suffisantes (bonne santé, relativement gros) de passer l’hiver dans des conditions comme celle-ci.
Il est important de surveiller vos geckos de près, vérifier qu’ils ne perdent pas trop de poids. Logiquement non, car leurs métabolismes sont ralenties grâce aux faibles températures et à la durée d’éclairage diminuée. Période La période d’hivernage débute en Octobre et fini en Février-Mars. Le cycle de diminution ou d’augmentation de la température/éclairage sont identiques, nous vous conseillons de le définir à l’avance afin de définir votre cycle parfait. Eclairage Il faudra diminuer la durée d’éclairage pour tomber à un cycle de 8h/24h. Il faut cependant le faire de manière progressive pour éviter le stress et reproduire au mieux un cycle naturel. Pas plus de 30min toutes les semaines. Pendant le mois de décembre-Janvier nous éteignons totalement l’éclairage (période de dormance hivernale). Nous rallumons l’éclairage à la fin du mois de Janvier.
Température La température pourra être diminuée à la simple chaleur ambiante de la pièce, entre 18 et 20° serait optimale. Comme l’éclairage on diminuera progressivement la température, 1° tous les 6jours (si possible 0.5° tous les 3jours serait encore mieux). Pendant le mois de décembre-Janvier nous éteignons totalement le chauffage (période de dormance hivernale). Nous rallumons le chauffage à la fin du mois de Janvier. Régime alimentaire Durant cette période nous allons continuer de nourrir les geckos, mais de manière plus espacer, seulement 2 fois par semaine (ou environ tous les 3jours). Les rations aussi seront quant à elles légèrement réduites. Pendant la période de dormance hivernale, vous pouvez cesser totalement de nourrir vos geckos. Il est impératif de cesser d’alimenter vos geckos environ 15jours avant l’extinction totale du chauffage et de la lumière pour qu’ils aient le temps de vider totalement leurs intestins.

Génétique La génétique qui concerne les geckos léopard est assez complexe c’est pourquoi si vous avez besoin d’informations précises comme par exemple les phases que vous pouvez obtenir en accouplant 2 geckos, envoyez moi par mail la phase des parents et je vous donnerais les pourcentages de chance d’obtenir tel ou tel phase avec des explications. Sinon vous pouvez aussi trouver quelques précieuses informations concernant les phases et quelques aspects sur la génétique

Phases Il existe vraiment de très nombreuses phases chez cette espèce. Elles se distinguent la majorité du temps par les couleurs du gecko mais, on peut aussi trouver d’autres signes distinctifs comme la coloration des yeux ou la taille du spécimen.

https://www.facebook.com/download/preview/2059910144267334/

Des insectes à foison | Institut royal des Sciences naturelles de Belgique

La collection d’insectes, d’araignées, d’acariens et de mille-pattes de l’Institut royal des sciences naturelles de Belgique comprend entre 15 et 17 millions de spécimens.

Les collections incluent la majeure partie des ordres connus et comptent au moins 15 000 spécimens types. Il s’agit d’exemplaires uniques qui sont utilisés pour décrire une espèce ; un matériel de référence très important, donc.

Ces dix dernières années, les collections ont été enrichies d’environ 1 000 « types ».

Va-et-vient

Au service des collections entomologiques, les chercheurs et les insectes vont et viennent. Chaque année, 200 à 300 collectionneurs amateurs et biologistes étrangers consultent les collections sur place et 60 000 spécimens sont envoyés aux quatre coins du monde, principalement pour des études taxonomiques. Cela requiert toute une organisation : les entomologistes doivent systématiquement contrôler les collections rapportées et leur faire subir une cryothérapie. De cette manière, les armoires de stockage ne sont pas contaminées par des moisissures ou par des larves d’anthrène du bouillon blanc.

L’équipe d’experts et de techniciens a encore beaucoup de pain sur la planche : les collections comprennent toujours de nombreux spécimens indéterminés et beaucoup de matériel non préparé. Aujourd’hui, on travaille aussi d’arrache-pied à la numérisation des collections, afin que de plus en plus de spécimens puissent être consultés en ligne dans les bases de données MARS et DARWIN.

Les collections sont conservées dans huit lieux aux conditions climatologiques presque parfaites. Les spécimens « à sec » sont rangés dans 75 000 tiroirs, répartis dans plus de 800 armoires en bois. La collection « en alcool » comprend environ 5 000 bocaux, dont notamment des araignées, des scorpions et des mille-pattes. Tous les spécimens sont classés systématiquement par ordre d’insecte, puis répartis par famille, genre et espèce. Quelques collections personnelles sont conservées à part, comme la collection de coléoptères d’Emile Derenne – 99 000 exemplaires belges – ou la collection du baron Michel Edmond de Sélys Longchamps, l’une des plus grandes collections de demoiselles et libellules au monde.

Service Scientifique Patrimoine

Rue Vautier, 29
1000 Bruxelles
Patrick Semal (Conservateur en chef)
+32 (0)2 627 43 80

Source : Introduction: Des insectes à foison | Institut royal des Sciences naturelles de Belgique

Portail Biodiversité en Wallonie :

Portail de la Biodiversité en Wallonie : 700 espèces, 500 biotopes et 2000 sites de grand intérêt biologique recensés

Représentation de la variabilité de la biodiversite

La Biodiversité

Le terme « biodiversité » vient de la contraction de l’expression anglaise « biological diversity », c’est à dire « diversité biologique ». La biodiversité c’est la « variabilité des organismes vivants de toute origine y compris, entre autres, les écosystèmes terrestres, marins et autres écosystèmes aquatiques et les complexes écologiques dont ils font partie cela comprend la diversité au sein des espèces et entre espèces ainsi que celle des écosystèmes. » (*)

Diversité est synonyme de variabilité

Cette variabilité biologique permanente permet aux organismes vivants de s’adapter aux variations des conditions écologiques ou des relations avec d’autres organismes. Les processus de sélection naturelle permettent aux individus les plus aptes de survivre et de se reproduire.

Pourquoi conserver et gérer la biodiversité ?

Les valeurs de la biodiversité sont de divers ordres :

– valeur utilitaire directe : c’est une ressource essentielle pour l’humanité : on mange, on s’habille, on se protège, on se soigne, on construit, … avec la biodiversité !

– valeur utilitaire indirecte : c’est une composante essentielle du patrimoine naturel, au même titre que le sol et l’eau. C’est un élément facilitant ou même autorisant tout simplement la production primaire et les services indirects offerts par la biodiversité sont très importants.

– valeur sociale, culturelle, esthétique : c’est une référence essentielle pour l’humanité.

– valeur morale ou éthique : l’humanité est devenue responsable de sa pérennité.

Dans le contexte des changements climatiques globaux, l’humanité a tout intérêt à gérer le capital que représente la biodiversité car de nombreux processus essentiels dépendent des capacités d’adaptation, de résistance ou de résilience des espèces et des écosystèmes. Le domaine de l’évaluation des services écosystémiques est en plein essor et les premiers résultats démontrent déjà largement que les calculs traditionnels de rentabilité économique escamotent très souvent le rôle essentiel de la biodiversité (référence MA, TEEB : The Economy of Ecosystems and Biodiversity).

Et en Wallonie ?

Le défi est important car il faut agir à de nombreux niveaux et dans tous les secteurs d’activité de la société. La mise en oeuvre de la stratégie du réseau écologique à travers la définition de zones centrales et de zones de développement est une première étape. Le dossier « Agir ! » du portail rassemble les initatives mises en oeuvre en Wallonie dans les différentes zonations du réseau écologique.

Source : Portail Biodiversité en Wallonie : espèces, biotopes, sites de grand intérêt biologique, actualités

Des pistes pour renverser le déclin massif des insectes

Des pistes pour renverser le déclin massif des insectes

Arrêter de répandre des pesticides, réduire la pollution lumineuse et sonore, privilégier des biens dont la production n’est pas nocive pour l’environnement…

Voici quelques-unes des mesures qu’il faudrait appliquer immédiatement pour lutter contre le déclin massif et alarmant d’insectes.

Dans un plan d’action relayé par le magazine Nature, une septantaine de scientifiques internationaux livrent leurs pistes et appellent les autorités à agir, sans délai.

Source : Des pistes pour renverser le déclin massif des insectes

Insolite. Scorpions, grillons, sauterelles… Un bar de Rouen organise une dégustation d’insectes – Société – Paris Normandie

Insolite. Scorpions, grillons, sauterelles… Un bar de Rouen organise une dégustation d’insectes

Les gérants du bar à vins La Barbue, à Rouen, organisent une soirée « Épreuve de Koh-Lanta » jeudi 19 mars 2020.

Au menu, entre le vin et le fromage, une dégustation insolite d’insectes. Avis aux aventuriers !

Une petite barquette d’insectes, ça vous tente ? (Photo d’illustration : Adobe Stock)

La survie, comme si vous y étiez. Jeudi 19 mars 2020, le bar à vins La Barbue, rue Martainville à Rouen, ajoutera à sa carte de planches et assiettes à partager des mets… plus exotiques. Alain et Jessy, associés et gérants du lieu fraîchement repris et rénové, proposent en effet, pour les plus téméraires gustativement parlant, la soirée « Épreuve de Koh-Lanta ».

Si les deux acolytes préfèrent ne pas trop en dévoiler sur ce que contiendra le menu élaboré pour l’occasion, ils glissent toutefois que les « scorpions, grillons et sauterelles » seront de la partie.Abonnement numérique à partir de 1 euro Une quinzaine d’insectes«

En tout, il y aura une quinzaine d’insectes, du plus petit au plus gros. Ils seront fournis par le propriétaire d’un élevage parisien, spécialisé dans leur consommation », explique Alain, dans la restauration depuis vingt-cinq ans. L’événement permettra de découvrir ce tout nouveau lieu, entièrement redécoré d’après les goûts de Jessy, qui gère en parallèle une société de rénovation de bâtiments anciens.

La clientèle, « de 25 à 60 ans », peut y déguster une grande sélection de vins français et de plats raffinés, issus de circuits courts. « Nous travaillons avec le fromager-affineur de la rue Rollon, proposons les huîtres de Veules-les-Roses et des desserts faits maison par notre cheffe, poursuit Alain.

Nous ne faisons pas d’assiette individuelle et privilégions le partage. »Insolite. Scorpions, grillons, sauterelles…

Un bar de Rouen organise une dégustation d’insectesAlain et Jessy vous attendent jeudi 19 mars 2020 au bar à vins La Barbue, à Rouen, pour une dégustation insolite !

Infos pratiques :Bar à vins La Barbue, 236, rue Martainville, Rouen.Trois services sont proposés pour la soirée « Épreuve de Koh-Lanta » : à 18 h, 20 h 15 et 22 h.

Les insectes seront choisis à la carte.

Inscription via la page Facebook La Barbue ou au 06 36 13 50 84.

Source : Insolite. Scorpions, grillons, sauterelles… Un bar de Rouen organise une dégustation d’insectes – Société – Paris Normandie

Le gecko léopard.

Classe: Reptilia Sous

-classe: Lepidosauria

Ordre: Squamata

ous-ordre: Sauria

Famille: Gekkonidae

Sous-famille: Eublepharinae

Nom commun: Gecko léopard

Description d’Eublepharis macularius: ce lézard à l’allure massive peut mesurer jusqu’à 25cm et atteindre un poids de 90gr. Le plus souvent on observe une taille d’une vingtaine de cm pour environ 60gr. Mode de vie:

Description d’Eublepharis macularius: ce lézard à l’allure massive peut mesurer jusqu’à 25cm et atteindre un poids de 90gr. Le plus souvent on observe une taille d’une vingtaine de cm pour environ 60gr.

Mode de vie: Le gecko léopard est un reptile terrestre plutôt nocturne et crépusculaire. Il dort la journée et se réveille le soir pour chasser.

Espérance de vie: 15 ans en moyenne.

Éclairage: Le gecko n’a aucunement besoin de néon UV, seulement de l’éclairage naturel.

Cachettes: Il a besoin d’au moins minimum trois cachettes. Une du côté chaud, une du côté froid et une dernière pour la mue.

Alimentation: Le gecko léopard est un insectivore, il peut manger des grillons, des vers de soie, des vers de beurre et des vers de farine mort ou vivant. Il a besoin de suppléments – vitamines et minéraux – 2-3 fois par semaine pour ceux qui sont en croissance, 1-2 fois par semaine pour les adultes.

Terrarium: Le terrarium du gecko doit être de type terrestre, désertique et bien aéré. Le substrat idéal est du gazon artificiel qui évite les impactions souvent causées par le sable. La taille du terrarium doit être au moins un 15 gallons, un côté chaud et un côté froid. Ont doit placer un tapis chauffant sous la moitié du terrarium et une lampe chauffante. La nuit ont éteint la lampe pour que la température baisse suffisamment.

Le gecko léopard est le lézard par excellence pour les débutants. L’entretient est facile car il fait souvent ses besoins au même endroit.

Recommandations: C’est possible mais non recommandé de faire cohabiter un mâle avec des femelles mais jamais deux mâles ensemble car ils sont très territoriaux et combatterons jusqu’à la mort.


Point chaud Point froid

Jour: 32-35 celcius Jour: 25 celcius

Nuit: 22 celcius Nuit: 22 celcius

En vente ici ;

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/29-Geckos-cbDaaaaaa.asp

Source : Le gecko léopard — Passion Animale

L’élevage du ver à soie : intérêts et mode d’emploi

Si le ver à soie est connu depuis plus de 4 500 ans pour le fil aux incroyables propriétés qu’il produit, ce petit ver a également d’autres intérêts moins connus.

Le Bombyx du mûrier est un lépidoptère domestique originaire du Nord de la Chine, élevé pour produire la soie. Le ver à soie est sa chenille. Le bombyx est inconnu à l’état sauvage, il résulte de la sélection par élevage appelé sériciculture.

En Chine ou en Corée, les chenilles sont très appréciées comme mets culinaires et sont récupérées après avoir récolté le fil de soie de leur cocon ou peuvent être élevées expressément pour cet usage.

Plus étonnant et moins connus, des élevages de vers à soie sont désormais menés par des particuliers pour nourrir leurs nouveaux animaux de compagnie tels que reptiles et batraciens.

Les œufs furent importés en Inde, en Perse, dans diverses parties de l’Asie, et ce n’est qu’au VIe siècle qu’ils apparaissent à Constantinople ; ensuite on fit de l’élevage en Grèce, en Arabie, en Espagne, en Italie, et enfin en France, au XIIIe siècle. Lyon commença à produire des soieries vers 1450. L’élevage du vers à soie connut son essor en Touraine du XVIe au XVIIIe siècle.

Description du Bombyx mori.

Au fur et à mesure de sa domestication, l’animal s’est transformé, devenant incapable de voler et de se nourrir sans l’aide de l’Homme. Ce papillon n’existe plus à l’état sauvage, y compris en Chine d’où il est originaire.

Le « ver à soie » est une chenille et présente une particularité biologique : la diapause, un arrêt du développement dans l’œuf, 4-5 jours après la fécondation.

La chenille se distingue des autres bombyx par une « corne ». La tête comporte une mâchoire armée de dents, et, en dessous de la lèvre inférieure, se trouve la trompe par où sort la soie secrétée par les glandes soyeuses. Le corps, glabre, blanchâtre, comporte 3 paires de pattes cornées et 5 paires munies de petits crochets qui fixent les « vers » sur les objets. Le « ver à soie » forme une enveloppe soyeuse appelée cocon dans laquelle il s’enferme pour devenir chrysalide et enfin papillon.

L’élevage des vers à soie

L’élevage des vers à soie se fait dans des magnaneries, du mot provençal magnan qui signifie : ver à soie. L’élevage comprend deux périodes : l’incubation de l’œuf et l’élevage de la chenille. La première période dure 11 jours pendant lesquels la température de l’étuve varie de 17° à 28° progressivement. Pendant les 3 derniers jours, l’éclosion est abondante, il faut alors placer sur les chenilles, de la feuille de mûrier coupée… pour nourrir la chenille dont c’est la nourriture exclusive. Trente grammes d’œufs donnent environ 50.000 chenilles qui produisent 40 kg de cocons frais et ont consommé environ 1 tonne de feuilles de mûrier !

L’élevage des « vers » proprement dits dure 30 à 40 jours comportant des mues qui permettent à la chenille de grossir environ 40 fois. Elle atteint son complet développement quand son poids est d’environ 5 gr et sa longueur est de 9 cm.

Les repas des chenilles nécessitent une opération appelée délitement, dont le but est de changer la litière. On doit veiller à ce qu’elles ne soient pas entassées, chaque chenille doit avoir un espace trois fois plus grand que celui qu’elle occupe au repos.

Lorsque la chenille arrive « à maturité » on procède au boisement qui lui permet de grimper dans des rameaux et de choisir une place pour filer son cocon. Il faut 3 jours pour faire le cocon, mais il ne faut pas dépasser 7 jours, sinon il perd de son poids : il faut donc les vendre le plus tôt possible.

L’élevage de vers à soie : le matériel à se procurer

L’alimentation principale des vers à soie : le mûrier

Pour élever des vers à soie, il faut d’abord cultiver des mûriers, arbres dont les larges feuilles sont la seule nourriture de ces chenilles.

Matériel et conditions d’élevage pour le stade 1 : les œufs

Pour débuter l’élevage, il suffit de se procurer des œufs (appelés aussi graines) et de les faire incuber. Pour ce faire, il faut placer au milieu d’un récipient en plastique transparent une feuille de papier absorbant humide, afin d’assurer une bonne hygrométrie. Placez-y ensuite les œufs autour mais jamais en contact direct, et refermez la boîte avec un couvercle contenant des trous pour l’aération. Installez l’incubateur dans une pièce à température proche de 25-26°C avec une hygrométrie d’environ 60-65%. Pour l’éclairage la lumière naturelle suffit : pensez donc bien à installer les œufs dans une boîte transparente. Après 5 à 15 jours d’incubation (selon la provenance des œufs), les œufs deviendront comme bleutés et les jeunes vers à soie naîtront peu de temps après. Après l’éclosion, retirez le papier humide que vous avez placé au milieu et remplacez le par de la nourriture. Installez les feuilles de murier pas trop loin : les jeunes larves ne peuvent pas se déplacer sur de trop grandes distances.

Les vers à soie passent la majeure partie de leur temps à manger pour pouvoir grandir le plus vite possible, ils produisent donc de grandes quantités de déjections. Celles-ci doivent être retirées du bac d’élevage assez régulièrement afin d’éviter tout risque d’apparition de moisissures. Le mieux est de nettoyer le bac tous les 3 à 4 jours pour les jeunes vers, tous les jours à 2 jours pour les vers un peu plus gros. On doit veiller à ce qu’elles ne soient pas entassées, chaque chenille doit avoir un espace trois fois plus grand que celui qu’elle occupe au repos. L’astuce consiste à fabriquer un fond en tamis avec un grillage en maille. Les déjections seront récupérées et faciliteront le nettoyage.

Matériel lorsque le ver à soie arrive à maturité : stade 3 avant la chrysalide

Lorsque la chenille arrive « à maturité » on procède au boisement qui lui permet de grimper dans des rameaux et de choisir une place pour filer son cocon. Il faut 3 jours pour faire le cocon, pensez à récupérer ces cocons le plus vite possible sinon les cocons perdent de leur poids.

Ou acheter ? :

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/30-Vers-a-Soie-cbEaaaaaa.asp

LES POULES AU JARDIN — AUTONOMIE JARDIN

La pratique du poulailler familial commence à séduire de plus en plus de monde mais il faut savoir que cela ne s’improvise pas. il faudra suivre un certain nombre de règles afin que votre installation soit parfaite pour accueillir poules, coqs et poussins. Qui n’aurait pas envie d’avoir chaque matin de bons œufs frais dont on est sûr de la provenance ? Être réveillé de façon plus naturelle grâce au chant du coq ? Voici les conseils de base pour bien démarrer.

LES POULES AU JARDIN — AUTONOMIE JARDIN

Atelier confection de refuges à insectes au jardin — Education populaire pour la transition écologique, sociale et solidaire

Lors d’un atelier au jardin à la Petite Claye, des refuges à insectes ont été construits et mis en place au jardin. Différents types de refuges ont été fabriqués : des bottes de tiges à moelle afin que des espèces d’hyménoptères dit » rubicoles » puissent creuser leur nid, des nichoirs à bourdons enterrés, des […]

Atelier confection de refuges à insectes au jardin — Education populaire pour la transition écologique, sociale et solidaire

Écologie : comment peut-on agir concrètement ?

Vous avez l’impression que tout le monde ne parle que d’écologie depuis un certain temps, et que ce sujet est devenu complètement « à la mode ». Et bien sachez que ceci est une excellente nouvelle. Car plus on en parle, plus les mentalités changent. Mon blog a pour vocation première de raconter mes voyages, mais aujourd’hui […]

Continuer à lire … « Écologie : comment peut-on agir concrètement ? »

Les lacertiliens — LES CHRONIQUES MORTES OU VIVES

« Les Lacertiliens (Lacertilia) sont un sous-ordre de reptiles diapsides de l’ordre des squamates. Leur classification prête à débat car on sait aujourd’hui que ce groupe est paraphylétique. Ils font partie des squamates, aux côtés des amphisbènes (Amphisbaenia) et des serpents (Serpentes). Ce taxon regroupe environ 6 210 espèces de « lézards » au sens large. Bien que […]

Les lacertiliens — LES CHRONIQUES MORTES OU VIVES

Les espèces envahissantes (vidéo) — Etrange et Insolite

Espèces envahissantes , également appelées espèces introduites, espèces exotiques ou espèces exotiques , toute espèce non indigène qui modifie ou perturbe de manière significative les écosystèmes qu’elle colonise.

Les espèces envahissantes (vidéo) — Etrange et Insolite

Consultations d’Oncologie des NAC —

L’oncologie des nouveaux animaux de compagnie en est à ses balbutiements. Si une prise en charge avancée est de plus en plus souvent proposée, la littérature scientifique reste encore à ce jour parcellaire. A ADVETIA Centre Hospitalier Vétérinaire, nous avons choisi de proposer dès avril 2018 une approche multi-disciplinaires avec l’ensemble de l’équipe NAC et […]

Consultations d’Oncologie des NAC —

À la CONQUÊTE D’UN FESTIN — Bileyi Ya Congo

LA SAUTERELLE Je vous présente un aliment très apprécié chez le peuple kanyok. Le kanyok est Un peuple se situant au sud-Est de la République Démocratique du Congo ; c’est un peuple qui se nourrit plus des produits de la chasse et de la cueillette que ceux de l’élevage et sont des grands consommateurs d’insectes […]

À la CONQUÊTE D’UN FESTIN — Bileyi Ya Congo

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/05-Criquet-migrateur-cbfaaaaaa.asp

Retrouvez nos sauterelle comestible pour vos animaux de compagnie.

Connaissez-vous le Trachelophorus giraffa ? — LE BLOG DE FRAGO

C’est le nom scientifique d’un insecte assez spécial que je trouve génial, et que l’on traduit le plus souvent par l’appellation de scarabée girafe. Il existe plusieurs sortes de scarabées girafes, mais je ne vais présenter dans cet article que l’espèce que l’on rencontre seulement dans les forêts de Madagascar. Cet insecte fait partie de […]

Connaissez-vous le Trachelophorus giraffa ? — LE BLOG DE FRAGO

Le Staphylin. — anatolemblog

Le staphylin est un insecte appartenant à l’ordre des coléoptères. De nombreuses espèces de staphylins se rencontrent en France, mais le staphylin odorant est le plus connu. Vous l’avez sans doute déjà aperçu au jardin : long de 2 à 3 cm, d’un noir bien brillant, entièrement caparaçonné, son corps aplati et allongé se prolonge […]

Le Staphylin. — anatolemblog

Huile de Coco : Les 15 meilleures utilisations pour Votre Cheval.

Huile de Coco : Les 15 meilleures utilisations pour Votre Cheval.

Si, comme moi, vous êtes adeptes des produits naturels, vous utilisez sûrement déjà l’huile de coco pour vous. Mais saviez-vous que cette huile a aussi des vertus merveilleuses pour votre cheval ?

Alors, suivez-nous et découvrez les 15 meilleures utilisations de l’huile de coco pour les chevaux.

1.Nourrit les sabots

Appliquez l’huile de coco sur les sabots pour les nourrir et soigner les crevasses, fissures ou encore les sabots trop secs. Passée sous le sabot, l’huile de coco nourrit la peau de la fourchette et évite la propagations de champignons.

  1. Donne de l’énergie

L’huile de coco est facile à digérer pour le cheval et est très vite convertie en énergie. Elle facilite aussi l’absorption des nutriments si elle est mélangée à la ration.

  1. Facilite la digestion

Pour les chevaux au transit paresseux ou sujets aux coliques, l’huile de coco peut être d’une grande aide puisqu’elle « fait glisser » les aliments dans l’intestin et évite les bouchons.

  1. Élimine les parasites intestinaux

Sans remplacer le vermifuge, l’huile de coco étouffe les parasites intestinaux et vous débarrasse de cette vermine.

  1. Accélère la guérison des problèmes de peau

Adieu verrues, dermites estivales, gale de boue, champignons… Appliquez l’huile de coco généreusement sur la zone à traiter. Attention aux chevaux à la peau claire, cette huile est photo-sensible.

  1. Apaise un coup de soleil

Hé oui, les chevaux aussi peuvent prendre un coup de soleil. Et pour l’apaiser et éviter les cicatrices, appliquez l’huile de coco généreusement dessus.

  1. Accélère la cicatrisation

Parfait pour tous les petits bobos qui doivent cicatriser vite et sans laisser de traces.

  1. Stimule l’appétit

L’odeur et le bon goût de l’huile de coco incitent le cheval à manger. L’idéal pour les chevaux difficiles.

  1. Apaise les piqûres d’insecte

Pour soulager les piqûres de mouches, taons et autres insectes, passez un peu d’huile de coco pour soulager la démangeaison.

  1. Étouffe les mouches plates

Adieu vilaines mouches plates ! L’huile de coco les étouffe si elle est appliquée en quantité sur les zones touchées.

  1. Démêle la crinière

Mieux que n’importe quel produit chimique du commerce, l’huile de coco diluée démêle et nourrit les crins naturellement. Retrouvez notre recette de démêlant maison sur le site.

  1. Revitalise la crinière et la queue

Pour les chevaux dont la queue est râpée ou si la crinière manque de densité, l’huile de coco est un excellent stimulateur naturel. En plus, elle élimine les pellicules.

  1. Facilite la prise de médicament

Elle aide à faire glisser le comprimé au fond de la gorge sans en dévoiler le goût.

  1. Assouplit les cuirs

Si vos cuirs ont un aspect « cartonné » tant ils sont secs, passez un peu d’huile de coco dessus. Ça va assouplir le cuir et le faire briller.

  1. Soulage l’arthrite

Les inflammations de l’arthrite provoquent des raideurs et des sensations de douleur pour le cheval. Heureusement, vous pouvez les atténuer grâce aux effets anti-inflammatoires de l’huile de coco : massez les articulations avec un peu d’huile de coco 1 à 2 fois par jour.

Source : Huile de Coco : Les 15 meilleures utilisations pour Votre Cheval. ‹ Astucerie de l’écurie ‹ Reader — WordPress.com

L'obésité chez le chien: quels risques? Quels remèdes ?

L’obésité chez le chien: quels risques?

Quels remèdes ?

Définition : Excès pondéral se traduisant par une surcharge lipidique des tissus sous-cutanés, des espaces péri-viscéraux et du conjonctif en général.Parfois difficile à apprécier chez le chien en raison des variations morphologiques raciales qui interdisent de définir par une formule un poids idéal en fonction de la taille.

On admet que l’obésité commence lorsque le tissu conjonctivaux-graisseux qui recouvre les côtes a une épaisseur de plus de 0.5 cm.Une alimentation saine et en quantité normale est une des clefs d’une bonne hygiène de vie. Un des problème épineux d’une mauvaise hygiène alimentaire est l’obésité, de plus en plus fréquente chez les chiens et dont les conséquence ne sont pas immédiates, mais néanmoins dramatiques.L’alimentation du chien est très spécifique.

L’obésité est la pathologie nutritionnelle la plus fréquente dans nos sociétés de consommation. Les carences sont beaucoup plus rare.Comment calculer le poids idéal de votre chien ?Quand peut-on dire qu’un chien est obèse ?Pour répondre à ces questions, il faut savoir que les besoin en énergie d’un chien sont fonction de plusieurs facteurs:

L’étape de la vie dans laquelle il se trouve: chiot, gestation, lactation etc, Son niveau d’activité, son état de santé.Le standard de chaque race donne une variation de poids dans laquelle doit se situer le chien.

L’obésité est due à un apport trop important d’énergie qui se concentre dans le corps sous forme de tissus graisseux. On considère qu’il y a surcharge pondérale lorsque le poids du chien est supérieur de 10 % au poids idéal.

L’obésité est considérée comme une maladie car elle entraîne des pathologies diverses et a une influence sur la durée de vie des animaux.2. Les origines et les facteurs de l’obésité:

D’ou vient l’obésité?

C’est très simple: le chien consomme plus d’énergie qu’il n’en dépense. Mais ce n’est pas uniquement parce qu’il mange trop qu’il est en surpoids. L’obésité est une réelle maladie qui a pour cause une modification du métabolisme du chien.

Des facteurs qui peuvent paraître superflus entraînent une obésité. Par exemple, deux animaux mangent plus lorsqu’ils sont ensemble que s’ils mangeaient seuls.De même, les mauvaises habitudes du maître sont à l’origine de certains troubles (ils remplissent à nouveau la gamelle lorsque celle ci est vide).

C’est donc au maître de respecter les doses journalières. Il faut absolument tenir compte des aliments telles que les friandises données en dehors des repas pour calculer l’énergie apportée à votre chien. La stérilisation / castration en cause ?

Opérer un chien le prédispose t-il à l’obésité?

Oui et non.

Certes, il existe deux fois plus de chiens obèses stérilisées/castrés que non stérilisées/castrés, mais leur ration alimentaire n’a pas été modifiée après l’opération.

Or, de l’avis de tous, la dépense d’énergie est moins importante chez un chien opéré mâle ou femelle que chez un animal entier.La ration doit donc être moins énergétique suite à l’intervention chirurgicale. il ne faut pas négliger que l’absence d’hormones sexuelles due à la castration diminue l’utilisation de l’énergie. Il est donc impératif de revoir à la baisse l’apport alimentaire pour les animaux opérés.

Certains traitements:Les traitements prolongés avec des corticoïdes, des barbituriques ou des progestatifs peuvent jouer également un rôle très important. Le manque d’exercices:

Comme pour nous, les chiens on besoin d’exercices physiques pour maigrir. Le déséquilibre entre l’apport énergétique de la ration et la dépense d’énergie de l’animal en fonction de son âge, de son activité, de son état de santé sont en cause. Ce déséquilibre est habituellement la conséquence d’une suralimentation et de l’insuffisance d’exercice physique. Déséquilibre endocriniens:

Certains déséquilibres endocriniens peuvent entrainer de l’obésité chez un chien recevant une ration normale: Hypothyroïdie: Syndrome complexe, caractérisé par la réduction, plus ou moins marquée, de la concentration d’hormones thyroïdiennes iodées circulantes, à l’origine d’une diminution du métabolisme cellulaire dans de nombreux tissus. Syndrome de Cushing: Il regroupe un ensemble de symptômes et de perturbations biologiques secondaires à une hypersécrétion chronique de cortisol par le cortex surrénalien. Diabète sucré: Caractérisé par un état d’hyperglycémie chronique dû à une mauvaise utilisation du glucose par les cellules en raison d’un déficit absolu ou relatif en insuline. (Il existe plusieurs types de diabète sucré). Acromégalie: Déséquilibre endocrinien de la chienne adulte, dû à un excès d’hormones de croissance (GH), à l’origine d’une tendance à l’hyperglycémie et d’une hypertrophie du tissu conjonctif et des os plats.3. Patholog

Source : L’obésité chez le chien: quels risques? Quels remèdes ? ‹ L’arche de Milie ‹ Reader — WordPress.com

L’indice glycémique (IG) : la clé pour bien manger.

 

Manger à IG bas a tout bon : cela permet de réduire les graisse dans le corps, de favoriser un meilleur sommeil, une meilleure digestion et d’avoir une plus jolie peau (le sucre est l’ennemi de notre peau !).

L’indice glycémique (IG) permet de mesurer l’impact d’un aliment sur la glycémie (taux de sucre sanguin).

Plus un aliment possède un IG élevé, plus on a faim rapidement après l’avoir mangé. Plus la glycémie augmente, plus le taux d’insuline augmente aussi.

Les aliments à IG élevé font bondir le taux de sucre dans le sang, ce qui provoque une forte sécrétion d’insuline, l’hormone chargée de faire entrer le sucre dans les cellules. Problème, elle favorise aussi le stockage des graisses. Une montée en flèche de la glycémie est suivie d’une chute aussi rapide, entrainant coup de barre et fringale sucrée. Il faut donc privilégier les aliments à IG bas.

Au contraire une alimentation à IG bas ou moyen, permet de garder stable le taux d’insuline, de perdre plus facilement du poids sans s’affamer, d’avoir un meilleur sommeil, une meilleure digestion et une plus jolie peau.

Une alimentation riche en aliments hyperglycémiants (produits sucrés et céréaliers) favorise le développement et l’importance de l’acné.

On classe les aliments en 3 catégories suivant leur IG. Pour bien manger, il faut privilégier ceux qui se situent en dessous de 50 (IG bas), consommer sans excès ceux dont l’IG est modéré (entre 50 et 70) pour prendre soin de sa santé globalement. Au dessus de 70, l’IG est élevé.

L’IG d’un aliment varie selon la durée et la température de cuisson.

Une cuisson longue augmente l’IG, on cuit donc le moins possible. C’est particulièrement vrai pour les féculents.

3 actions peuvent faire grimper l’IG :

  • la cuisson (mieux vaut manger des pâtes « al-dente » que bien cuites)
  • le broyage (mieux vaut croquer un fruit que de le mixer en smoothie)
  • la transformation industrielle

L’IG d’un aliment riche en glucides dépend essentiellement de la présence de fibres, de sa teneur en amidon (et du type d’amidon), de son mode de cuisson et des différentes transformations que l’aliment a subi lors de sa préparation.

Plus la gélatinisation de l’amidon est importante, plus l’IG est élevé. L’amidon se gélatinise lorsqu’il est cuit en présence d’eau. Ceci explique que l’IG des pâtes al dente est plus faible que celui des pâtes très cuites.  Lorsque le riz est transformé en riz soufflé par exemple dans les céréales du petit déjeuner, son IG explose et notre production d’insuline aussi.

On privilégie les aliments complets : plus un produit est raffiné, moins il renferme de fibres et plus l’IG est élevé. En effet, les fibres ralentissent la digestion des glucides. Il faut donc mettre en avant les légumes secs, très riches en fibres et naturellement complets. Ainsi que les céréales complètes (riz brun, sarrasin, quinoa, pain complet…). Et les pâtes, on les préfère à la farine complète.

Plus un aliment est riche en fibres solubles, plus son IG est faible.

Quels sont les féculents à IG bas ou modérés ?

  • les légumes secs : lentilles, pois chiche
  • les céréales : quinoa, sarrasin, épeautre,
  • le riz basmati
  • les pâtes al dente

On fuit donc les riz et les pâtes trop cuites, les pommes de terre cuites à hautes température ou réduite en purée.

Côté sucre, on peut se faire plaisir :

  • fruits frais
  • chocolat noir à 70%
  • porridges
  • miel d’acacia (c’est le miel à l’IG le plus bas)

Voici une liste d’aliments et leur IG.

Aliments à IG zéro : viandes, poissons (ni panés, ni frits), œufs, fromages affinés (gruyère, parmesan, comté, camembert, chèvre…), fruits de mer, eau…

A privilégier : Aliments à IG bas (<50) : légumes verts, la plupart des fruits frais (pommes, poires, kiwis, oranges, pamplemousse, citrons, fraises, myrtilles, framboises, avocat, banane verte…), herbes aromatiques, maïs, légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots blancs, haricots rouges…) , fruits oléagineux (amandes, pistaches, noix, noisettes….), fromage blanc, lait animal, lait de soja, soja, le chocolat noir à 70%, pain aux céréales, pain intégral, pain noir type pumpernickel ou vollkornbrot, pâtes complètes al dente, flocons d’avoine, flocons de sarrasin, quinoa, miel d’accacia …

Aliments à IG moyen (50 à 70) : les fruits mûrs (bananes, abricots, ananas, melons …), riz blanc al dente, riz basmati, patates douces, pommes de terre vapeur cuites dans leur peau, semoule, sirop d’érable, miel, muesli sans sucre ajouté, pâtes complètes al dente, pain complet, riz complet, farine complète, croissant, betterave cuite, biscuits, biscottes, croissant…

A éviter : Aliments à IG élevé (>70) : bonbons, riz à cuisson rapide, riz blanc trop cuit, céréales du petit-déjeuner, pommes de terre purée, pomme de terre cuites au four, frites, pain de mie blanc, sodas, galettes de riz soufflé, baguettes, pain blanc, pain suédois, farine blanche, sucre blanc, polenta, corn-flakes, riz soufflé, pop-corn, carottes cuites, pastèque, sodas…

Source : L’indice glycémique (IG) : la clé pour bien manger ‹ mylittlebreak.fr ‹ Reader — WordPress.com

Nourrir vos animaux, pourquoi les vers à soie ?

Nourrir vos animaux, pourquoi les vers à soie ?

Tout d’abord, le ver à soie est l’un des plus nutritifs, économique et nourriture pratique sur le marché.

Les vers à soie sont une source élevée de calcium, de protéine, de fer, de magnésium, de sodium et vitamines B1, B2 et B3.√

Résultats d’analyses :

  • Protéines 54%kcal
  • Lipides 43%kcal

  • Calcium 0,5 mg/kcal

  • Phosphore 0,6 mg/kcal

Plus appétant comparé à la plupart des insectes servant de nourritures.

Plus facile: ils ne peuvent pas sauter, fuir ou se cacher, contrairement à de nombreux autres insectes.

Ils se déplacent lentement et plus facile pour vos animaux à capturer.

Corps mou: Il est plus facile pour vos animaux à avaler et à digérer.

Les vers à soie ne peuvent pas mordre ou blesser vos animaux parce qu’ils n’ont pas des mandibules ou des pattes.

Taille et valeur: Mature, les vers à soie peuvent atteindre jusqu’à 10 fois le poids d’un grillon.

Variété: Les animaux ont besoin de variété dans leur alimentation pour rester en bonne santé.

Les vers à soie sont souvent la solution pour des spécimens ne se nourrissant plus.

La facilité d’entretien: Vers à soie ne nécessitent pas de conteneurs spéciaux ou d’eau.

Pas de bruits gênants ou des odeurs.

Taux de mortalité: les grillons meurent rapidement, les vers à soie sont beaucoup plus copieux et vivront beaucoup plus longtemps.

https://www.bombyxstore.fr/Nourrir-vos-animaux-pourquoi-les-vers-a-soie-ccgaaaaaa.asp

 

1 euro pour un projet de container d’insectes pour l’Afrique.

Micro-ferme urbaine d’insectes comestibles élevés dans une démarche éco-responsable pour l’alimentation animale.

Création de conteneur de productions d’insectes pour nourrir les animaux.

Un projet de container d’insectes pour l’Afrique.
Un projet de container d’insectes pour l’Afrique.

Micro-ferme urbaine d’insectes comestibles élevés dans une démarche éco-responsable pour l’alimentation animale.

L’élevage d’insectes comestibles émet 99% d’émission de gaz à effet de serre en moins que l’élevage du boeuf, nécessite 100 fois moins d’eau et 1000 fois moins d’espace.

Un projet de container d’insectes pour l’Afrique.
Tamis vibratoire pour larves d’insectes

DES CIRCUITS COURTS
L’alimentation de nos insectes provient de producteurs locaux. La transformation de nos insectes s’effectue dans la région auprès d’artisans et nos distributeurs sont proches de notre élevage.

Un projet de container d’insectes pour l’Afrique.
Sceaux de nourriture prêt pour la vente

ZÉRO DÉCHET
Le guano de nos ténébrions molitors (leurs déjections) est un super fertilisant utilisé pour faire pousser fruits & légumes de nos maraîchers partenaires.

Un projet de container d’insectes pour l’Afrique.
Bacs conteneur d’élevage.

Le principe tient dans un container composé d’un élevage et d’une partie  boutique. Le tout alimenté par des panneaux solaires. Le but étant non seulement de produire des vers, mais d’exporter, à terme, la moitié de la production pour payer les frais d’installation et de formation du personnel. Selon leurs calculs, 50 g de vers séchés vendus 3 euros permet de nourrir 100 poules

Un projet de container d’insectes pour l’Afrique.
Notre expertises dans le domaine des Ténébrions

Une cagnotte en ligne est disponible si vous voulez les aider.

Teaming est une plateforme online pour récolter des fonds destinés à des causes sociales par le biais de micro-dons d’1 € par mois.

Veux-tu nous aider en donnant 1 € par mois ?

Rejoins le Groupe !

http://www.teaming.net/biosolutionfarmentomologie

Centre de Soins pour la Faune Sauvage de Bruxelles – Groupe Teaming

Centre de Soins pour la Faune Sauvage de Bruxelles

On ne s’en rend pas toujours compte, mais Bruxelles, et ses environs, regorge d’espèces sauvages. Chouettes, fouines, merles, renards, mésanges et autres sont quotidiennement confrontés aux dangers de notre environnement urbain.

Face au déclin de la biodiversité, il est important d’agir sur le terrain.

C’est pourquoi il existe un centre de soins pour la faune sauvage, situé à Anderlecht, dans lequel nous recueillons et soignons plus de 2500 animaux en détresse chaque année.

Source : Centre de Soins pour la Faune Sauvage de Bruxelles – Groupe Teaming

Tamis vibratoire pour larves d’insectes | Russell Finex

Tamis giratoire versatile pour tamiser les larves de mouches soldat noir.

Millibeter optimise sa production et améliore sa capacité de de rendement lors de la conversion de déchets organiques en ressources renouvelables grâce au Russell Eco Separator

Fondée en 2012, Millibeter fait un élevage d’Hermetia illucens (ou Mouches Soldat Noir), qui se nourrissent de déchets organiques. Cette mouche ne se nourrit qu’au stade larvaire qui est composée de chitine, de graisses et de protéines, ce qui permet de les recycler dans de nombreuses industries, y compris pour les procédés agricoles, industriels, pharmaceutiques et chimiques.

Dans le cadre du processus global, les larves cultivées doivent être tamisées avant qu’elles ne soient emballées.Gyratory sifter for screening insect larvae

Millibeter a d’abord utilisé un processus manuel pour tamiser ses larves. Très vite, ils se sont rendus compte que de l’intensité de main-d’œuvre et se sont retrouvés bloqués dans leur processus de production.

Avec l’ouverture de l’usine pilote, Johan Jacobs, fondateur de Millibeter s’est tourné vers Russell Finex, pour trouver une solution adéquate. A la suite d’une consultation approfondie, Russell Finex a proposé à l’entreprise d’essayer le Russell Eco Separator® dans son propre centre de test spécialisé à Mechelen, en Belgique, ainsi que sur le site de production de Millibeter.Le Russell Eco Separator® est un tamiseur giratoire de haute performance, qui est couramment utilisé pour classer les matériaux humides ou secs, mais qui convient également aux autres méthodes de séparation telles que la déshydratation, le dépoussiérage ou la récupération du produit. La machine a été choisie pour cette application en raison de sa capacité à classer correctement le matériel sur 5 fractions en une seule opération.

Cela permet à Millibeter de tamiser ses larves en 4 fractions de manière rapide et efficace.Cliquez ici pour lire l’article dans son intégralité : Tamisage et classement des larves de mouches soldat noir chez MillibeterRussell Finex fournit des équipements de séparation innovants pour toute une gamme d’industries.

Chaque type de filtre, de tamis ou de séparateur vibratoire proposé peut être personnalisé pour s’adapter à votre processus en particulier. Pour plus d’informations concernant l’amélioration de votre processus de production, contactez Russell Finex.

Source : Tamis vibratoire pour larves d’insectes | Russell Finex

Alimentation animale de demain.

L’élevage d’insectes valorisera nos déchets pour nourrir nos animaux.

Si les insectes ne remplaceront pas tout de suite l’entrecôte dans nos assiettes, il est fort probable que les farines d’insectes, riches en protéines, entrent d’ici peu aux menus de nos poissons d’élevage, volailles, porcs, bovins en commençant par l’écuelle de nos chiens et chats.

Avec l’élevage d’insectes, c’est un nouveau domaine agro-industriel qui s’ouvre. « Les innovations de ce type, où tout reste à créer sont extrêmement rares. Nous sommes face à un processus de domestication, qui promet de nombreuses découvertes et finalités encore insoupçonnées (molécules spécifiques, biomatériaux, bio fuel,..).

Demain, les insectes nous serviront à mieux tirer parti des ressources et de déchets agro-alimentaires que nous sous-exploitons actuellement. »

1 millions d’espèces.

Le règne des « insectes » rassemble plus d’un million d’espèces différentes aux régimes alimentaires et aux caractéristiques très variés, comme le prouvent depuis des millénaires l’abeille et le ver à soie domestiques. Actuellement, les recherches sur l’élevage d’insectes se concentrent sur les teneurs en protéines. Ainsi les vers de farine (ténébrions) se nourrissent de céréales, pulpes de betterave ou déchets de biscuiterie. Les mouches peuvent créer des protéines comestibles à partir de lisier ou de déchets d’abattoir ou de légumes abîmés s’ils n’ont pas été traités aux insecticides ! Plus intéressant encore, les termites sont capables de transformer la cellulose du bois ou de la paille. A l’image des légumineuses, certaines espèces de termites ont la faculté de synthétiser l’azote atmosphérique pour produire leurs protéines.

Les insectes sont des animaux à sang froid qui ne consomment pas d’énergie superflue sous forme de chaleur. Ainsi, leur taux de conversion est excellent : avec 10 kg de son de blé, il est possible d’obtenir 7 kg de vers de farine, un score légèrement supérieur au poulet de chair obtenu après plus d’un siècle de sélection génétique et de recherche zootechnique. La marge de progrès sur les rendements des insectes en élevage est encore inconnue.

Améliorer le coût de production.

« Avant de voir apparaître une véritable filière insectes en France, il reste de nombreux verrous à ouvrir, avertit Bio Solution Farm Entomologie, la Ferme écologique d’insectes à production semi-industrielle, qui mène depuis deux ans des recherches sur la confection d’une bio-raffinerie d’insectes. Il nous faut trouver des solutions pour mécaniser la production et la transformation en farine. L’objectif serait d’atteindre un coût de production entre 600 et 1.200 euros la tonne d’insectes pour être compétitif face à d’autres sources de protéines. »

D’autres verrous concernent la réglementation européenne encore inexistante sur les conditions d’élevage et d’abattage des insectes ou les risques de toxicité (métaux lourds, mycotoxines). Et surtout revoir la réglementation sur les farines animales. En effet, aujourd’hui, les farines animales sont autorisées uniquement pour le marché du « pet food » (chiens et chats) et les farines de poisson pour l’aquaculture. Il se pourrait que d’ici quelques années Bruxelles autorise l’alimentation croisée entre certaines espèces, d’autant que les insectes sont génétiquement très éloignés des volailles, porcs, bovins ou humains.

Éleveur d’insectes, un métier d’avenir.

« Je pense que d’ici cinq à dix ans, le marché des insectes s’ouvrira pour les volailles et les porcs, et il faudra attendre une dizaine d’années avant que les insectes entrent à grande échelle dans la composition de l’alimentation humaine ».

« Les chiens et chats sont pour le moment le seul marché ouvert en Europe, notre objectif est d’obtenir l’autorisation de placer la protéine d’insectes au même niveau que la protéine de poisson.

L’aquaculture vit sous perfusion grâce à la pêche. Mais à cause de l’effondrement des stocks de petits poissons de mer, la farine de poisson a atteint les 2.000 dollars la tonne. Avec les insectes, nous visons un prix de vente inférieur. »

L’entreprise Bio Solution Farm Entomologie, la Ferme écologique d’insectes à production semi-industrielle a vocation à s’installer à travers le monde et prépare des projets d’élevage en Asie. Éleveur d’insectes sera sans doute un métier à l’avenir : « nous voulons multiplier les unités de production d’insectes, à proximité des gisements de biomasse. Et pourquoi pas proposer un jour des services de production « clé en main ». Les centaines de milliers d’espèces d’insectes nous offrent un champ d’exploration inépuisable. »

Quelques chiffres.

♦ 2 à 2,5 milliards de personnes dans le monde ont l’habitude de manger plus ou moins fréquemment des insectes (Thaïlande, Mexique, Cameroun,…)

♦ 10 kg de céréales = 7 kg de vers de farine. Taux de conversion 7 à 8 fois plus élevé que les bovins. Élevage peu polluant et avec peu d’emprise au sol.

♦ Composition en matière sèche (environ 40 % de MS) de farine de mouche : 57 % de protéines ; 28 % de lipides ; 4,5 % de glucides ; 9 % de chitine (cuticule, structure proche de la cellulose) ; vitamines et minéraux.

♦ Demande protéique mondiale : 60 % provient de l’élevage et 40 % de la mer.

♦ Population à nourrir : 7 milliard d’humains, 20 milliards de poulets, 1 milliard de chiens et chats, 65 millions de tonnes de poissons d’aquaculture…

♦ Envie de donner des protéine a votre animal de compagnies ?

 

Eco-fermes d’insectes en Europe.

Les insectes que l’on élève nécessitent beaucoup moins d’alimentation qu’une autre production. En voici la démonstration :

« Pour obtenir 1 kg de bœuf, on va avoir besoin d’utiliser 12 kilos d’aliments (soja, mais, fruits, légumes), pour le porc on a besoin de 8 kilos d’aliments, pour 1 kg de poulet on aura besoin de 6kg d’aliments. Pour les insectes on aura juste besoin de 2 kilos, donc c’est 6 fois moins que le bœuf, 4 fois moins que le porc et 3 fois moins que le poulet ».

Pour l’alimentation des insectes destinés à la consommation animale, nous utilisons uniquement des produits écologiques certifiés sans produits chimiques et sans pesticides, possédant le label bio. « Ce sont des résidus, c’est à dire des produits non destinés à la vente, car ils ne sont pas calibrés, parce qu’ils sont abimés, un peu choqués pendant le transport.

Pour les insectes destinés à l’alimentation animale, nous sommes sur des quantités beaucoup trop importantes pour utiliser totalement des produits bio.

D’autre part, tous les produits que nous achetons pour l’alimentation de nos animaux proviennent de producteurs situés à moins de 50 km de notre site de production.

C’est ça aussi une éco-ferme, c’est stimuler l’économie circulaire ».

Le besoin en eau

De même que pour l’alimentation, la production d’insectes nécessite beaucoup moins d’eau que celles d’autres animaux d’élevage : « la production d’1 kilo de bœuf nécessite 15.000 litres d’eau environ, et celle d’un épi de maïs 600 litres d’eau environ. Pour produire un kilo d’insectes en revanche, nous aurons besoin de moins de 10 litres d’eau ».

Consommation énergétique minimale

Le choix pour l’installation de la ferme d’insecte ne s’est pas fait au hasard.  Les petites bêtes doivent être maintenues entre 28 et 33 degrés pour être dans des conditions naturelles de reproduction.

L’insecte est beaucoup moins pollueur

La gestion des résidus des animaux d’élevage est un problème européen. « Les animaux sont responsables de la production de 18% des gaz à effet de serres, c’est une préoccupation internationale ».

« Les insectes émettent très peu de gaz à effet de serre à très peu de gaz d’ammoniaques ». De plus, les insectes ne sont pas énergivores et nécessitent peu d’espace.

L’élevage peut être réalisé dans un espace confiné, sur des étagères en hauteur.

Les avantages nutritifs insectes

La consommation d’insectes est une solution alternative à la faim dans le monde, car elle pourrait apporter facilement des protéines saines aux personnes en malnutrition.  »

Nous avons en Europe beaucoup de ressources mais nous les gâchons énormément. Et en même temps il y a des enfants qui meurent de faim au quotidien en Afrique parce qu’ils n’ont pas accès aux protéines et à une alimentation saine.

Les insectes seraient une réponse à la famine compte-tenu des conditions climatiques dont ils ont besoin et de la faible consommation engendrée. On pourrait très bien imaginer des micro-productions dans les villages où les gens souffrent de la faim, cela apporterait une source de protéine et une micro-économie dans chaque village ».

Mais il n’y a pas que dans le tiers monde que cela peut être bénéfique : en occident la consommation d’insectes pourrait aider également à lutter contre l’obésité, dont 11% de la population souffre en France et 13% en Espagne.

« L’insecte propose de la graisse, mais de la bonne graisse, c’est un produit sain, nutritif, très riche en vitamines, en calcium, en phosphore et en zinc ».

« Il y a 37% de graisses et 47% de protéines dans le ténébrion déshydraté. Attention je parle de très bonnes graisses et de très bonnes protéines, pas de graisses saturées ni de protéines de mauvaise qualité (que l’on estime en fonction de son taux de lysine). »

La protéine des insectes se rapprocherait de celle du bœuf en termes de qualité.

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/Accueil-ccbaaaaaa.asp

 

La Maison des insectes.

La Maison des insectes.

Depuis septembre 2017, la nouvelle Maison des insectes de l’Opie est officiellement ouverte à tous !

Venez rencontrer les insectes en vrai, qu’ils soient d’ici ou d’ailleurs.
Au travers d’une visite ludique et sensible, venez rencontrer les (pas si) petites bêtes vivantes, avec toutes les idées reçues que chacun peut avoir à leur égard. Toutes les tailles et formes sont au rendez-vous…

Au cœur d’une scénographie originale, nous sommes là pour vous accompagner et voir les insectes d’un œil nouveau !

Découvertes et sensations fortes garanties !

Maison des insectes – Opie

Parc du Peuple de l’herbe
718, avenue du Docteur Marcel Touboul
78955 Carrières-sous-Poissy

01 82 87 00 50

http://www.insectes.org/opie/pages_dyna.php?idpage=1071

Elevage Insectes – Accueil

Ils vendent des insectes… vivants pour les NAC!

Serpents, caméléons, mygales…

Les nouveaux animaux de compagnie (NAC) intègrent de plus en plus les ménages.

Pour satisfaire la demande de sa clientèle, le Centre de recherches, productions et développements en entomologie. Ferme expérimentale d’insectes., s’est lancé dans la vente d’insectes vivants!

Grillons, blattes, sauterelles… les insectes ont investi les rayons de cette animalerie indépendante.

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com

Source : Elevage Insectes – Accueil

Ento-Mons – Accueil

Qu’est-ce que la bourse aux insectes Ento-Mons?

C’est un lieu d’exposition et de vente d’insectes naturalisés pour collection et l’étude ou pour décoration.

Vous aurez accès à plus de 60 exposants répartis sur plus de 200m de tables. Parmi ceux-ci vous pourrez aussi trouver des insectes vivants pour en faire l’élevage comme des phasmes, papillons, fourmis, mantes religieuses, coléoptères, blattes et bien d’autres (même quelques reptiles!).

Vous trouverez également des stands pour acheter des boites entomologiques, du petit matériel, des livres, les principales plantes nourricières pour l’élevage, ou même des insectes à déguster.

C’est tout simplement un lieu de rencontres et de découvertes pour tous.Pour qui?

Pour tout le monde, petits et grands ! Que vous soyez passionnés de longue date, néophytes ou simplement curieux, vous serez les bienvenus !

Quand/où?Le dimanche 15 Mars 2020 de 9h à 16h à l’Athenée Provinciale Jean d’Avesnes, 1 rue du Gouverneur Emile Cornez, Mons.

A partir de 7h30 pour les exposants.

Comment s’inscrire pour exposer?

Il faut compléter le document que vous recevrez sur demande par message et nous le renvoyer par Messenger ou par mail.

Le mètre de table est à 15€. Premier arrivé, premier servi !

Et n’importe qui peut exposer, ce n’est pas réservé qu’aux professionnels.

Entrée :Adultes 4 euros, étudiants 2 euros, -12 ans gratuit

Il y aura une cafétéria avec sandwichs, chips, tartes, café, softs, bières etc.

Organisation par le Kiwanis Mons en Hainaut, tous les bénéfices seront utilisés à des fins caritatives pour les enfants dans le besoin de la région.

Pour toutes questions, n’hésitez pas à nous envoyer un message.

Nous vous attendons nombreux, et nous comptons sur vous pour diffuser

l’événement !

Sera présent: Bio Solution Farm Entomologie.

Source : Ento-Mons – Accueil

Accueil – www.biosolutionfarm.kingeshop.com

Centre de recherches, productions et développements en entomologie.Ferme expérimentale d’insectes.Une ferme expérimentale pour récolter des données et contrer les préjugés.Sensibles aux problématiques environnementales et sociétales depuis plusieurs années, nous avons décidé d’agir aujourd’hui et de nous investir pleinement dans cette nouvelle aventure, pleine d’avenir.Parce que la production industrielle par ses méthodes d’exploitation et de conservation produise beaucoup de protéine mais avec une valeur en vitamines et oligo-éléments faible.La production de l’ASBL « Bio Solution Farm », est un projet d’élevage écologique d’insectes proposé sur base de l’étude de l’Unité d’Entomologie fonctionnelle et évolutive pour la nourriture animales.Dans la quête de matières premières durables pour l’alimentation animale, les entreprises du secteur de l’alimentation animale et les chercheurs manifestent ces derniers temps leur intérêt pour les insectes. Les insectes peuvent également contribuer à réduire le manque de protéines produites au sein de l’UE, appelé le « protein gap », par une production locale de protéines de haute qualité. Les insectes sont une source de protéines très prometteuse, en particulier grâce à leurs propriétés de transformation efficace des nutriments de faible qualité en matières premières de haute qualité.Jusqu’à récemment, les possibilités d’utilisation des insectes dans l’alimentation animale étaient toutefois très limitées. La législation de l’UE est toutefois en train d’évoluer afin de pouvoir utiliser davantage ces insectes, sans naturellement perdre de vue la sécurité de nos aliments pour animaux.Utilisation des insectes comme matières premières pour les aliments pour animauxLes insectes vivants sont interdits dans l’alimentation des ruminants.D’autres animaux, comme les animaux d’élevage non ruminants et les animaux de compagnie peuvent par contre être nourris avec des insectes vivants.Les insectes entiers vivant non transformés sont utilisées dans les aliments pour animaux de compagnie et depuis le 1er juillet 2017, également dans les aliments pour animaux d’aquaculture et dans les appâts

Source : Accueil – www.biosolutionfarm.kingeshop.com

Elevage et ferme d'insectes – Grossiste et revendeurs insectes comestibles.

Elevages d’insectes : Méthodes, Intérêts, Recherches…

L’un des plus gros de nos soucis en France c’est le manque de structure et d’investissement pour la production en masses d’insectes comestibles.

Même si l’envie d’y mettre les moyens est présente vous serez confrontés à de grosses difficultés lors de l’examen de passage à la direction départementale des fraudes.

Cause à effet le milieu est très contrôlé et le fil conducteur invisible, le naïf qui se lance dans l’élevage d’insectes n’en n’aura surement que l’idée.

L’essort des fermes d’élevages comestibles : Nous sommes à l’aube d’une ère nouvelle, celle où l’insecte mangeable aura définitivement sa place dans l’assiette des hommes modernes et délicats que nous sommes. Fini le hamburger, fini l’andouillette, libérez les vaches et donnez nous de la larve gluante. Sous ses aspects repoussant la bête présente des avantages nutritionnels indéniables et étonnants, de quoi calmé un taureau.

Les professionnels qui souhaiteraient se lancer la vente d’insectes comestibles sans pour autant passer par la case élevage peuvent nous contacter pour commander à un tarif adapté et dégressif. L’élevage d’insectes comestibles

Dans des conditions appropriées, les insectes sont relativement faciles à élever. En plus d’être un savoureux repas pour les animaux (reptiles, amphibiens, poissons, oiseaux), les insectes sont également élevés pour la consommation humaine. Dans de nombreuses régions du monde, les insectes sont considérés comme des mets très nutritifs. Ils sont très riches en protéines et faibles en gras. De plus, élever des insectes comestibles est très économique comparé à l’investissement financier que nécessite un projet d’élevage bovin par exemple.La vente d’insectes : divers profils de clientèle

Les éleveurs d’insectes sont en mesure d’expédier des commandes d’insectes directement aux divers restaurants à travers le monde. Les petites installations d’élevage sont en mesure d’accueillir et de conserver les insectes, juste à temps pour le dîner! Les éleveurs fournissent également des insectes aux amateurs d’élevage, aux écoles et aux universités, aux zoos, ainsi qu’aux réserves fauniques. Des lots d’insectes peuvent en outre être vendus à des studios de cinéma.Les kits d’élevage d’insectes

Divers modèles de kits d’élevage d’insectes sont disponibles en achat par l’intermédiaire des éleveurs en ligne. À l’exception des vers de farine, des grillons ou des fourmis qui peuvent inclure plusieurs centaines de spécimens, des kits d’élevage contiennent généralement des mâles et des femelles, un abri pour les insectes, des conteneurs spécialement destinés à l’incubation des œufs, de même que plusieurs accessoires munis de leurs instructions d’installation étape par étape. Certaines espèces d’insectes sont par ailleurs accouplées avant même qu’elles soient expédiées pour aider à assurer leur survie et leur reproduction. De plus, des fournitures supplémentaires telles que des revêtements ou encore des nourritures spéciales peuvent être obtenus auprès de votre éleveur.L’élevage des insectes à des fins de recherches scientifiques

Les insectes les plus élevés à des fins de recherche sont les mouches. En fait, les recherches liées à la mouche des fruits ont largement contribué à la réussite des études de la génétique et des maladies génétiques. Comme les bactéries et les virus humains se multiplient dans divers insectes, les scientifiques ont été en mesure de diagnostiquer et de traiter de nombreuses maladies. Ainsi, grâce à l’élevage des insectes et à leur exploitation dans le cadre des recherches scientifiques, de nombreux nouveaux médicaments ont été mis au point. Les moustiques, par exemple, ont été particulièrement utiles parce qu’ils peuvent être  »criblés » de médicaments potentiels pour le traitement du paludisme. De leur côté, les lucioles ont permis de détecter des bactéries dans le lait, le vin et l’eau. Par ailleurs, les spongieuses ont fourni de précieux renseignements sur les hormones.Les insectes comestibles : l’avenir de la conquête spatiale

Durant ces dernières années, l’élevage des insectes comestibles a été considéré comme étant une solution inépuisable et incontournable pour assurer la nourriture de l’humanité dans l’avenir. Il ne serait donc pas étonnant que les insectes comestibles soient une solution de survie viable pour une éventuelle colonisation spatiale. Voir aussi la nourriture pour astronaute

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com

La longévité des espèces à sang froid est liée à la température extérieure

Une des principales théories pour expliquer la durée de vie des espèces repose sur la vitesse du métabolisme : plus ce dernier est lent, plus l’espérance de vie serait élevée. Un concept battu en brèche par une nouvelle étude, qui affirme que la durée de vie serait en fait liée à la température extérieure chez les espèces à sang froid. Ce qui suggère que le réchauffement climatique pourrait dramatiquement réduire leur longévité.

Source : La longévité des espèces à sang froid est liée à la température extérieure

Les insectes, vous aimez ? Venez visiter bientôt le plus grand insectarium d’Europe – LES ZOOS DE BELGIQUE

Hexapoda, l’insectarium situé à Waremme (Grand-Axhe) et sur le site naturel du Wachenet qui se déploie sur quelque 17 hectares est actuellement un espace avec plus d’une centaine de mod…

Source : Les insectes, vous aimez ? Venez visiter bientôt le plus grand insectarium d’Europe – LES ZOOS DE BELGIQUE

Les oiseaux Se prémunir du froid hivernal

Pour se prémunir du froid hivernal, les oiseaux ressentent le besoin d’obtenir un apport en graisse et graines. Ces instants sont propices à toutes sortes de cabrioles, les envols et atterrissages sont nombreux. la première a fait le mot à ses copines et c’est en bande qu’elles viennent prendre leurs repas.
Les voltiges aériennes sont nombreuses tel l’enchaînement d’un ballet, seule la musique est absente, mais qu’importe, il est un délice de voir ces si jolies mésanges tourbillonner autour de leur restaurant ouvert à toute heure. Parfois au pied de l’arbre, un rouge-gorge vient aussi leur tenir compagnie, bien que ne se nourrissant que d’insectes, alors c’est la joie de voir ce petit monde minuscule ainsi réuni.

Les vers de farine séchés contiennent beaucoup de protéines et fournissent beaucoup d’énergie. Un aliment idéal comme nourriture d’hiver et de printemps pour les jeunes oiseaux, les poissons, les hérissons, les tortues et tous les reptiles.
Les avantages des vers de farines séchés sont connus : le goût est conservé, le volume et le poids aussi et ils sont conservables très longtemps.

Les vers de farine séchés constituent une remarquable source d’énergie qui peut être offerte toute l’année aux oiseaux du jardin. Avec cet aliment riche en protéines, les oiseaux vont apprendre à connaître le chemin vers votre jardin pour leur festin.

Les rouges-gorges, les grives, les bergeronnettes et les merles sont fous de ces vers de farine séchés.

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/

Pourquoi il faut nourrir vos animaux de compagnie avec des insectes

L’environnement mais aussi la santé de votre chat ou de votre chien ne s’en porteront que mieux.

Si vous êtes adepte des rayons animalerie de vos supermarchés, vous avez dû vous rendre compte que nous nourrissons principalement nos boules de poils de croquettes et de pâtées à base de viande et de poisson. On estime que les animaux de compagnie représentent 20% de la consommation mondiale de ces aliments.

En Afrique, l’élevage de volailles ou de poissons peut devenir une entreprise très onéreuse, car l’alimentation des bêtes accapare de 60 à 70 % des coûts de production.

« Ici, les prix élevés de la nourriture pour animaux peuvent décourager les exploitants d’utiliser des aliments de bonne qualité »,

L’élément le plus cher de la nourriture pour animaux est la source de protéines, qu’apportent normalement le soja importé ou une combinaison de farine de poisson locale et importée, dont le prix a doublé au cours des dernières années. Voilà pourquoi, en Ouganda et au Kenya, les chercheurs étudient une solution de remplacement locale moins coûteuse, qui permettrait à la fois de réduire le prix des aliments pour animaux et d’ouvrir de nouvelles possibilités économiques dans la région : les insectes.

Mais les chercheurs doivent au préalable résoudre trois problèmes : prouver que les insectes sont au moins aussi nutritifs que les aliments protéinés existants; montrer qu’il est possible de produire suffisamment d’insectes pour répondre à la demande; s’assurer que les règlements en vigueur permettent le recours aux insectes dans l’alimentation des animaux d’élevage.

Une fois qu’on a fait bouillir et griller les insectes pour éliminer les éventuels microbes, on les réduit en farine et on les ajoute aux autres ingrédients formant la nourriture pour animaux. Ils constituent alors une excellente source de protéines. « La plupart des farines d’insectes ont une teneur plus élevée en protéines et des protéines de meilleure qualité que la farine de poisson ». Bio Solution Farm Entomologie précise que les insectes contiennent aussi plus d’acides gras, ce que l’on considère comme un avantage nutritionnel.

Mise à l’essai dans des élevages de poissons et de volailles, cette nourriture à base d’insectes s’est révélée remarquable : les tilapias élevés avec une nourriture dont 33 % des protéines provenaient d’insectes affichaient, au bout de quatre semaines, des taux de croissance plus élevés que les poissons nourris aux aliments classiques. Selon Bio Solution Farm Entomologie, les poules élevées à la nourriture à base d’insectes produisaient des oeufs de meilleure qualité et en plus grand nombre.

Ces résultats ne mèneront nulle part si les éleveurs ne peuvent obtenir suffisamment d’insectes. Au Kenya par exemple, il faudrait, chaque année, 50 000 tonnes métriques d’insectes pour remplacer 30 % des protéines présentes dans la nourriture des poissons et de 27 000 à 32 000 tonnes métriques pour remplacer 5 % des protéines de la moulée à volaille.

Bio Solution Farm Entomologie est donc à pied d’oeuvre pour trouver les moyens de produire beaucoup d’insectes dans un espace réduit. L’espèce qu’ils considèrent pour l’instant comme la plus prometteuse est la mouche soldat noire. Cet insecte présente le triple avantage d’être le choix le plus nutritif pour les poissons et les volailles, de se reproduire rapidement et d’être facile à élever. Une structure grillagée de 10 m x 5 m où l’on empile des casiers de larves peut produire 2 tonnes métriques d’insectes par mois.

Cette mouche a aussi d’autres avantages : elle n’est pas une espèce nuisible qui propagerait des maladies aux animaux ou aux récoltes et peut être élevée avec des déchets d’orge des brasseries. Elle n’entre donc pas en compétition avec les humains ou les animaux d’élevage pour se nourrir. Bio Solution Farm Entomologie s’intéresse aussi à d’autres insectes, comme la pupe des vers à soie, dont on se débarrasse normalement après avoir prélevé le cocon, ainsi que les grillons.

Le fait que l’élevage de ces insectes requiert un espace relativement restreint offrirait des occasions économiques aux femmes et aux jeunes. « Les femmes et les jeunes ont un accès limité à la terre, donc une activité nécessitant peu d’espace peut représenter une énorme possibilité d’emploi pour les jeunes.

Les entreprises de nourriture pour animaux ont manifesté leur enthousiasme à l’idée d’utiliser de la farine d’insectes dans leurs produits. Elles attendaient qu’on leur montre que les insectes présentent un bon potentiel nutritif et que les règlements leur permettent d’aller de l’avant. Dans bien des endroits, les insectes sont considérés comme des impuretés, mais aucun règlement ne régit leur utilisation dans la nourriture pour animaux au Kenya ni en Ouganda.

Bio Solution Farm Entomologie

Aquaculture: De la farine d’insecte pour nourrir les poissons… Un coup double environnemental ?

Les fermes de mouches et de vers ont le vent en poupe en France depuis que l’Union européenne autorise l’alimentation à base d’insectes pour nourrir les poissons d’élevage. Tant mieux pour la planète ?

Des larves transformées en farines ou en huile

Il n’en fallait pas plus pour que des entreprises s’immiscent dans la brèche et installent des premières fermes de mouches. « Ce sont des élevages tout simplement, explique Bio Solution Farm Entomologie. Ces mouches pondent des œufs qu’on prélève et qu’on fait développer en les nourrissant de biodéchets végétaux. » Ces œufs deviennent des larves riches en protéines qui, avant de devenir mouches, seront transformées en farine et en huile pour l’alimentation des poissons.

Bio Solution Farm Entomologie. ne produit pour l’instant que de faibles quantités de farines qui ne sont pas commercialisées mais destinées à des expérimentations, et aux particuliers.

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/

Alimentation animale : Faut-il mettre des protéines d’insecte dans la pâtée de nos chiens et de nos chats ?

Plusieurs start-up proposent désormais des croquettes et friandises pour chiens et chats à partir de farines d’insectes. Parce que ces petites bêtes sont des concentrées énergétiques et que les élever nécessite peu de nourriture, d’espace, d’eau…

La solution pour demain ?

Des friandises à la larve de mouches de soldat noires ou aux vers de farine. Pas sûr qu’en France, on soit nombreux à sauter le pas pour calmer un ventre qui gargouille. La consommation d’insectes y reste encore un tabou alimentaire. Du moins, quand il s’agit de nourrir des humains.

Mais nos chiens et chats sont-ils aussi frileux ? « Les insectes font naturellement partie de leur régime alimentaire ». C’est tout le pari de Bio Solution Farm Entomologie., startup qu’elle a lancée début 2020 avec deux amis français : changer les codes de la nutrition animale en proposant des produits à base de protéines d’insectes.

Tout est parti  d’un changement de la réglementation européenne, le 1er juillet 2017, autorisant l’utilisation de protéines d’insectes dans l’alimentation animale. «  On en a surtout parlé pour l’aquaculture, mais cette possibilité vaut aussi pour la nutrition des chats et des chiens ». Depuis, une dizaine de start-up se sont positionnées sur cette niche dans le monde. Mais on en reste encore au stade de la recherche.

Bénéfice santé… et gros atout pour la planète

Dans ce contexte, les farines d’insectes ont leur carte à jouer. Bio Solution Farm Entomologie parle déjà de leurs « bénéfices santé ». « L’insecte est un véritable concentré énergétique, à la fois riche en protéines, mais aussi en vitamine B, en Oméga 3, en minéraux. Nous n’avons pas besoin d’ajouter des protéines de synthèse, contrairement à d’autres recettes à base de viande de bœuf ou de poulet. Par ailleurs, nous utilisons des insectes entiers, si bien qu’on restitue dans nos aliments la diversité des protéines et acides qu’on y trouve. Ce n’est pas le cas lorsque l’on n’utilise que des morceaux d’animaux. Enfin, les protéines d’insectes, aux chaînes d’acides aminés courtes, sont aussi plus faciles à digérer ».

Voilà pour les qualités nutritionnelles. Mais les protéines d’insectes ont un autre atout à faire valoir, écologique cette fois-ci. La FAO, l’organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture, fait ainsi de la consommation d’insectes l’une des pistes les plus sérieuses pour assurer la sécurité alimentaire mondiale. Autrement dit, lorsqu’il faudra nourrir 9 milliards d’êtres humains et « des milliards d’animaux élevés chaque année pour l’alimentation, les loisirs et comme animaux de compagnie ».

« Un kilo d’aliments pour un kilo de protéines d’insectes »

Bio Solution Farm Entomologie.évoque « une course aux sources de protéines de qualité », dans laquelle l’industrie alimentaire est aujourd’hui lancée. Or, « les insectes, ça pousse vite et bien », rappelle-t-il. Surtout, ils ont un taux de conversion alimentaire très intéressant, pointe la FAO. « On entend par là la quantité de nourriture requise pour produire un kilogramme de protéines », explique Bio Solution Farm Entomologie. « En moyenne, il faut 6,8 kg d’aliments pour produire un kilo de protéines de bœuf, L’indice est de 2,9 kg pour les porcs, de 1,7 kg pour les volailles, de 1,1 kg pour les poissons. Pour les insectes, enfin, nous parvenons aujourd’hui à faire un kilo de protéines à partir d’un kilo d’aliments. »

Par ailleurs, l’élevage d’insectes consomme peu d’eau et émet peu de gaz à effet de serre. Jusqu’à 100 fois moins que des élevages conventionnels de bétails (bœuf, volaille, porc…), dont le bilan carbone est alourdi par les émissions de méthane et d’ammoniac, évalue la FAO. Enfin, autre atout de poids, les insectes peuvent se nourrir de déchets organiques, qu’ils transforment alors en protéines de haute qualité. « Nos insectes sont nourris à partir de coproduits agricoles, c’est-à-dire des résidus de cultures de betteraves à sucre ou de céréales pas ou peu valorisées jusque-là ».

Des élevages d’insectes qui doivent monter en puissance

Voilà pour les atouts. Il reste tout de même des freins à lever avant que les protéines d’insectes ne soient utilisées de façon massive, au moins dans la nutrition animale. Il y a déjà le prix. « Nos croquettes et friandises sont vendues au tarif des produits « premium » que vous trouvez chez les vétérinaires ou en animalerie », concède Bio Solution Farm Entomologie.. La disponibilité de ces protéines d’insectes pose aussi question. « Avant de pouvoir les inclure dans nos recettes, nous avons besoin d’être certains que des éleveurs puissent nous fournir suffisamment et sur la durée ».

Or, les quelques fermes d’insectes existantes aujourd’hui croulent sous la demande, « en particulier celle de l’aquaculture, qui reste notre premier marché », précise Bio Solution Farm Entomologie. Cette tension pourrait s’accroître à l’avenir, « alors que des discussions sont en cours pour autoriser les protéines d’insectes dans l’alimentation des monogastriques que sont les porcs et la volaille ».

Pour faire face, les fermes d’élevage n’auront d’autres choix que d’accroître leur capacité de production. C’est ce que fera Bio Solution Farm Entomologie. début 2020, en ajoutant une ferme à sa ferme d’élevage pilote, dans la région du Hainaut.

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/

Quels insectes sont utilisés en nutrition animale ?

Voici quelques exemples d’insectes élevés en vue de la nutrition des animaux d’élevage, notamment porcs, volailles et poissons :

* Le Ténébrion (Tenebrio molitor), présent dans le monde entier, appartenant à la famille des Ténébrionidés. Ses larves sont connues sous le nom plus courant de « vers de farine » et surtout comme le fléau des céréales et des farines stockées. 

Celles-ci sont par ailleurs déjà produites et consommées aujourd’hui par un grand nombre d’animaux, et utilisées dans les zoos pour nourrir reptiles, oiseaux et poissons. En effet, ces insectes à très bonne teneur en protéines s’élèvent très facilement et peuvent survivre sans eau, ce qui est intéressant notamment en élevage (Erick et al. 2002).

*La mouche soldat noire (Hermetia illucens) appartient à l’ordre des Diptères, famille des Stratiomyides et pouvant ressembler physiquement à une guêpe. De couleur noire bleutée, elle mesure environ 2 cm. 

Sa diffusion est très large, du 45° de latitude nord jusqu’à 40° de latitude sud, incluant l’Australie et la Nouvelle-Zélande, et connaît des habitats très divers (Hardouin et al. 2003). Son intérêt principal est qu’elle peut s’alimenter à partir d’une grande variété de matière organique, dont les déchets et les lisiers. 

Par ailleurs, les larves de mouche soldat constituent une bonne source de nourriture pour les poissons et les porcs (Newton, 1977) ainsi que le poulet de chair (Newton, 2005). Des insectes donc très intéressants pour l’alimentation animale comme humaine ! 

Sources : Mangeons des insectes.com, INRA (« Des insectes pour l’alimentation animale »), FAO (« Edible insects »)

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/

Les protéines d'insectes : l'avenir de l'alimentation ?

Cela nous paraît fou, pourtant dans le monde, notamment en Afrique et en Asie, la population humaine consomme déjà des insectes depuis longtemps, et ce depuis bien avant l’Antiquité. On estime qu’actuellement près de 2,5 milliards d’individus se nourrissent quotidiennement d’insectes.

Ces petites bêtes s’avèrent être en effet de très bonnes sources de protéines (45 à 75% du poids sec), d’acides gras oméga 3 et 6, et de minéraux : fer, zinc, magnésium, cuivre, sélénium, et de vitamines notamment du groupe B etc. Selon l’espèce et son alimentation, certaines de ces teneurs peuvent aller jusqu’à couvrir la quasi-totalité des besoins journaliers en certains micro-nutriments.

Certains insectes présentent des teneurs en protéines 3 à 4 fois plus élevées que la viande, tout aussi digestes et équilibrées… de quoi faire réfléchir. Même s’il faut tout de même étudier ce « nouvel aliment » dans son ensemble : des apports d’acides aminés essentiels, à la qualité des lipides, la richesse en minéraux, ainsi qu’à leur teneur en certaines vitamines.

Autre avantage non négligeable, l’élevage d’insectes possède non seulement une très faible empreinte environnementale, mais les espèces d’insectes privilégiées sont aussi très peu consommatrices en eau. 

Il suffit de 1kg d’aliments pour produire quasiment 1kg d’insectes, quand il en faut 10 pour la même quantité de viande de bœuf. De plus, l’élevage d’insectes produit très peu de gaz à effet de serre, et est en mesure d’utiliser en circuit fermé les déchets organiques produits par les humains ou d’autres animaux.

Ils représentent donc l’aliment « miracle » et semblent capables en tout cas de répondre à un grand nombre de nos enjeux nutritionnels et environnementaux. Petit mais costauds nos insectes, pour supporter de si grands défis !

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/

Des insectes pour nourrir votre chien ?

Diversifier nos sources de protéines : une urgence !

Loin d’être une plaisanterie ou un délire futuriste, l’élevage d’insectes pour leur consommation a déjà commencé… Face au défi de nourrir une population humaine toujours plus dense (7,55 milliards d’individus aujourd’hui, sans doute le double d’ici 2100), il devient plus qu’urgent d’imaginer dès aujourd’hui des solutions alternatives pour la nourrir. 

Bourrés de protéines et de bonnes matières grasses, les insectes seraient donc l’alimentation idéale, nutritive et écologique pour satisfaire une population en croissance sur une terre arable en peau de chagrin. 

La FAO recommande même leur consommation ! Produire un kilo de bœuf nécessite en effet dix kilos de maïs, tandis qu’il ne faut qu’un kilo de maïs pour un kilo d’insectes.

Dans un monde qui possède des limites en termes d’espace, de ressources, de capacité à produire notre nourriture, et face aux problèmes environnementaux que nos modes de consommation et de production ont engendrés (réchauffement climatique, malnutrition, etc), le premier challenge des 50 prochaines années sera d’abord d’arriver à nourrir l’ensemble de la population mondiale… avant même de penser à le faire convenablement !

La production de viande est une source de pollution (gaz à effet de serre, intrants dans les sols et les nappes phréatiques…) et de souffrance animale, qui demande actuellement d’énormes ressources – précieuses et limitées – en eau et en nourriture pour les animaux d’élevage. A long terme, la viande pourrait même devenir une denrée en raréfaction, en raison de ces problématiques mais aussi pour satisfaire la demande croissante de pays en pleine croissance comme la Chine.

Il est donc vital d’envisager d’autres alternatives de sources en protéines, plus respectueuses notamment de notre environnement et de nos ressources, aussi bien pour les humains que pour nos animaux. Sur ce plan, les protéines végétales ont bonne presse, et en combinant des protéines de différentes origines (céréales/ légumineuses) il est tout à fait possible d’obtenir un apport en protéines de qualité pour nous, les humains.

Mais nos carnivores domestiques ne sont pas « faits » pour vivre, et vivre bien, en mangeant des protéines végétales. Sous certaines conditions, il est tout à fait possible pour un chien sain et adulte en bonne santé de s’en sortir plus ou moins bien quelques temps. 

Mais c’est déjà bien plus risqué pour un chiot en croissance, ou un chien avec des soucis de santé, et juste impensable pour nos amis les chats.

Notre recette remplace la viande conventionnelle par une farine d’insectes, source de protéines de qualité supérieure et riche en acides aminés et acides gras, elle est traçable et évite la présence d’antibiotiques et d’hormones de croissance.

Les insectes utilisés dans la fabrication sont élevées dans nos fermes certifiées et nourries d’un mélange équilibré provenant de sources locales et valorisant les résidus agricoles.

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/Accueil-ccbaaaaaa.asp

Nourritures Chiens et Chats

Pour chat et chien.

Les insectes sont présents dans le régime alimentaire naturel des chats et des chiens sauvages (entre 3% et 5% du régime d’un chat sauvage est composé d’insectes). Les animaux de compagnie ont besoin de protéines premium et d’acides gras de haute qualité pour les maintenir en bonne santé.Nos produits répondent aux besoins nutritionnels des animaux de compagnie, en plus d’être hautement digestibles et de présenter une grande appétence, qui caractérise le plaisir gustatif associé à la texture des ingrédients.

Le hérissons de nos compagnes

Ce centre est une annexe au CREAVES de Namur ASBL situé à Jumet (Charleroi)

Le hérisson d’Europe, mieux connu sur le nom de hérisson commun (estrinaceus eurpaeus), est un animal sauvage protégé et en voie de disparition pour toute l’Europe.

Ce centre a pour objectif de soigner et revalider les hérissons et de les remettre dès que possible dans leur milieu sauvage.

http://www.sosherisson.be/

Les insectes Bio

La classe des insectes représente le groupe le plus important du règne animal, par la diversité des formes, par l’étendue des habitats (des régions polaires à l’équateur, du bord de la mer à plus de 6000 m d’altitude, seule la haute mer étant quasiment dépourvue d’insectes) et par le nombre des espèces connues: cette classe du phylum des arthropodes représente à elle seule les trois quarts des espèces animales actuellement identifiées, soit environ un million d’espèces.

Certaines études menées dans les forêts tropicales laissent penser qu’il en existerait beaucoup plus, peut-être dix millions d’espèces! En détruisant les forêts tropicales, il est sûr que l’Homme fait disparaître chaque jour des espèces inconnues d’insectes.

Les insectes sont des animaux extrêmement anciens, et leurs plus vieux fossiles connus remontent à l’ère paléozoïque: ce sont les collemboles du dévonien d’Ecosse.

Ils devaient déjà exister au silurien, époque des premiers scorpions, et comptent parmi les plus anciens occupants de la terre ferme.

A ces insectes dépourvus d’ailes (aptérygotes) sont venues s’ajouter, dès le carbonifère, les formes ailées (ptérygotes) qui constituent aujourd’hui l’immense majorité des insectes.

Les insectes connurent une grande expansion à la fin du paléozoïque et au début du mésozoïque, et une importante diversification au crétacé.

L’étude des insectes est l’entomologie (du grec « entomon » = « insecte » et « logos » = « discours »).

les Allergies aux insectes.

Prescriptions générales

Attention ! Les personnes allergiques aux fruits de mer et/ou aux acariens sont susceptibles de développer une réaction allergique lors de la consommation d’insectes.

La mise sur le marché d’insectes entiers et de produits à base d’insectes entiers est soumise aux principes généraux de la législation alimentaire, notamment : l’application des bonnes pratiques d’hygiène, la traçabilité, la notification obligatoire, l’étiquetage et la mise en place d’un système d’autocontrôle basé sur les principes HACCP.

Les opérateurs qui élèvent des insectes destinés à la consommation humaine en vue de leur mise sur le marché doivent être enregistrés auprès de l’AFSCA.

Une autorisation de l’AFSCA est requise pour les opérateurs des secteurs de la transformation et/ou de la distribution qui mettent sur le marché des insectes ou des denrées alimentaires à base d’insectes destiné(e)s à la consommation humaine.

La truite et sa nourritures.

« Une truite, tous les pêcheurs le savent, se nourrit principalement d’insectes ou de larves, donc ça tombe sous le sens de remplacer cette farine de poisson par une farine d’insecte, et de voir si on peut développer cette farine qui a une durabilité plus grande que la farine de poisson classique »,

TRUITE FARIO – DUZERT Jean Louis

S’affranchir d’un aliment industriel pour composer notre propre ration

L’approvisionnement en aliment biologique pour les poissons est compliqué. Il existe peu de fournisseurs en Europe : par exemple, les poissons du prototype de Vert d’Iris International sont actuellement nourris avec un aliment importé de Bretagne. Le transport depuis des zones éloignées géographiquement élève le coût de l’aliment et est source d’émissions de gaz à effet de serre. Et lorsque l’on regarde de près l’étiquette du produit, on se rend compte que 80 % de l’aliment est constitué de matières premières non biologiques.

A la suite de ce constat nous avons décidé de nous lancer dans la production d’insectes comme base alimentaire pour distribuer aux poissons. Dans une optique d’autonomie pour l’activité d’aquaponie, nous souhaitons ainsi produire notre propre aliment BIO.

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com

La ferme Bio d insectes.

Notre Ferme d’élevage d’insectes Bio

Notre Ferme d’élevage d’insectes Bio de recherche et développement a été créer en 2020, nous testons et élevons différentes espèces d’insectes comestibles pour les animaux uniquement.

Notre démarche vise à promouvoir l’entomophagie (la consommation d’insectes comestibles pour les animaux) en sensibilisant les parcs animaliers et zoos sur les intérêts de la production sur site et bio, (enjeux environnementaux, nutritifs et économiques) et en proposant comment intégrer cette nouvelle protéine dans l’alimentation animale de façon durable, à travers divers éléments :

UNE ALIMENTATION SAINE POUR LES ANIMAUX.

La totalité de la production industrielle actuelle est destiner à être séchée et mis en poudre, mais cela entraîne une considérable perte de vitamine et oligo-éléments.
Chez « Ténébrion Solution Farm », les vers sont nourris avec de la farine bio et du son de petit épeautre bio, avec des carottes, des pommes et des courgettes bio.

Les vers vivants sont pour les poules, cailles, poissons, oiseaux, reptiles, amphibiens, invertébrés, petits mammifères comme les mangoustes, les suricates, les coatis et les primates (tamarins, capucins…)
Les vers en farine non sécher en complément alimentaire, pour tous les autres animaux du parc ou zoo.
L’élevage d’insectes comestibles émet 99% d’émission de gaz à effet de serre en moins que l’élevage du boeuf, nécessite 100 fois moins d’eau et 1000 fois moins d’espace.

À qualité nutritionnelle équivalente aux protéines de bœuf ou de poulet, la production de protéines d’insectes comestibles a moins d’impact sur l’environnement : leur élevage nécessite en effet très peu d’espace, d’eau ou de nourriture.
Les insectes comestibles vivant sont riches en protéines, lipides et acides gras ! Ils sont également plus riches en vitamines (A, C, B2, B3, B12…), en micro-nutriments (fer, cuivre, magnésium, zinc…) et en acides aminés essentiels dits «BCAA» (isoleucine, leucine, valine : (les 3 acides aminés essentiels qui facilitent la croissance et la récupération.)

DES CIRCUITS COURTS

L’élevage et la transformation de nos insectes s’effectue sur place dans un conteneur pour une fraîcheur constante et une livraison journalière même le week-end et les jours ferries.
Un vers prélever, mis en boite hermétique et livrer perdra la moitié de son eaux avant d’avoir été consommer par l’animal, notre projet est donc d’installer un conteneur de production dans le parc animalier ou zoo afin de pouvoir proposer une fraîcheur inégalé journalière.

Pour assurer une hygiène parfaite dans notre élevage, nous ne pouvons y accueillir de visiteurs.

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com