La mante religieuse, dévoreuse d’insectes

La mante religieuse, surnommée tigre de l’herbe, cheval du diable, ou Prie Dieu, est une espèce d’insectes de la famille des Mantidae originaire du bassin méditerranéen, introduite en Asie et en Amérique du Nord

La mante religieuse vit dans les régions tempérées d’Europe, dans les régions chaudes d’Asie, en Afrique, en Amérique du Nord et en Australie.

La mante religieuse, gros insecte pas méchant

La mante religieuse, gros insecte pas méchant

La mante religieuse est surtout connue pour sa réputation de dévoreuse de mâle après l’accouplement. Mais rassurez-vous, malgré sa grande taille, cet insecte originaire du bassin méditerranéen, ne fait pas partie des nuisibles au jardin.

La mante religieuse, fiche d’identité

La mante religieuse (Mantis religiosa) appartient à l’ordre des mantoptères (Mantodea) : il s’agit d’un insecte diurne de couleur verte, brune voire même beige, mesurant 6 à 8 centimètres de long (le mâle est plus petit que la femelle de 2 à 3 cm) avec la particularité d’avoir de longues pattes repliées munies de piques ou griffes, comme si elle priait, ce qui explique son nom. Ses pattes peuvent se déplier très subitement et rapidement pour saisir une proie, ce qui explique qu’on les qualifie de « ravisseuses », mais en fait elle fait surtout une chasse à l’affût. Heureusement qu’elle a cet attribut car sinon, la femelle qui porte une lourde charge d’œufs vole assez mal ce qui limite son périmètre de déplacement, malgré des ailes assez puissantes. Elle compte, en tout, six pattes et quatre ailes.

Elle a deux gros yeux à facettes très écartés et trois yeux simples, appelés ocelles, ce qui lui offre un très large angle de vision, d’autant qu’elle peut tourner la tête, ce qui n’est pas commun chez les insectes. Ses antennes la dotent d’un sens auditif grâce aux sensilles qu’elles comportent qui détectent les vibrations de l’air lorsqu’un insecte vole à proximité. Chacune de ses pattes antérieures porte une tache noire sur le côté intérieur.

L’accouplement a lieu en fin d’été, entre août et octobre. Et, malheureusement, il peut effectivement arriver que la femelle dévore le mâle car il n’a plus d’utilité dans l’élevage des petits à venir ! La ponte de 200 à 400 œufs environ se fait avant la fin de l’année sur une sorte de structure en lamelles, appelée oothèque, que la mante religieuse a secrétée. Ensuite, la mante religieuse s’éteint et ne passe pas l’hiver. C’est au printemps que les larves qui se nourrissent de moustiques et moucherons sortiront et se libèreront de leur membrane protectrice pour muer en mante religieuse adulte à l’issue de six métamorphoses en moyenne ! Attention car à l’état larvaire, elles sont très fragiles face aux prédateurs que représentent l’araignée, le lézard, les fourmis ou les oiseaux.

Sa couleur lui permet de jouer un peut le camouflage au milieu de la végétation puisqu’elle apprécie particulièrement les herbes hautes, les champs en friches, les talus…. Les proies qu’elle chasse sont pour se nourrir, elle les dévore grâce à son appareil buccal broyeur. Elle se nourrit donc d’insectes divers tels que mouches, sauterelles, papillons, criquets, punaises, abeilles… Mais elle chasse aussi par nature.

Malgré sa vivacité à déployer ses pattes armées, la mante religieuse ne s’attaque pas à l’homme et si, lors d’une manipulation, elle venait à mordre, elle n’est pas venimeuse. Donc, si vous en croisez dans votre jardin, laissez-la vous débarrasser de quelques insectes, car malgré sa grande taille, elle n’a rien d’un nuisible et ne fera pas de dégâts.

Résultat de recherche d'images pour "mante religieuse"

La mante religieuse, l’amie de nos jardins

Originaire du bassin méditerranéen, la mante religieuse est un insecte diurne qui mesure entre 6 et 8 cm. Elle est connue pour ses longues pattes avant, surnommées les « ravisseuses », qu’elle déploie pour capturer ses proies. Car oui, la mante religieuse est une chasseuse hors-paire, en faisant une précieuse alliée pour protéger nos jardins des autres insectes. Parfaitement fondue dans la végétation grâce à sa couleur verte (parfois brune ou beige), elle se régalera de mouches, sauterelles, criquets et autres punaises.

La mante religieuse n’est pas dangereuse pour l’homme

Tigre de l’herbe, cheval du diable, ou Prie Dieu… les surnoms de la mante religieuse ne sont pas très rassurants. Et pourtant, ce grand insecte ne s’attaque pas à l’homme, sauf s’il se sent menacé et qu’il ne peut pas fuir. Et même dans ce cas, sachez que sa morsure n’est pas venimeuse.

La femelle mange-t-elle vraiment le mâle ?

Et oui, cela peut arriver que madame dévore monsieur pendant la saison des amours, en fin d’été (août à octobre). Mais uniquement si elle a faim. La femelle commence à dévorer la tête du mâle, qui fait en moyenne 2 à 3 cm de moins qu’elle, pendant qu’elle continue de s’accoupler avec lui.

La mante religieuse, le seul insecte à voir la vie en 3D

La mante religieuse serait le seul insecte à posséder une vision stéréoscopique (le fait de voir en relief). Une caractéristique qu’elle partage avec l’homme, les singes, les chats, les chevaux, les chouettes et les crapauds. Mais la vision 3D de la mante religieuse diffère de celle de l’homme. L’insecte ne traite pas les images fixes, se contentant de regarder l’endroit où l’image bouge. C’est pour cela que la mante religieuse ne s’attaque qu’à des proies en mouvement. En revanche, l’homme possède une très bonne analyse des images fixes.

La Fleur mantis du diable, une mante religieuse de taille

Cette espèce d’Afrique fait partie des plus grandes espèces de mante religieuse, elle qui peut atteindre les 12 cm. Elle se distingue des autres car elle imite… les fleurs ! Si ses couleurs sont d’abord ternes, cela change complètement à l’âge adulte. Son dos est rayé de blanc et de vert, avec des marques rouges, blanches, bleues et noires sur le ventre et la face interne de ses pattes.

Résultat de recherche d'images pour "mante religieuse"

En vente ici :

https://www.biosolutionfarm.kingeshop.com/28-Mante-religieuse-cbCaaaaaa.asp

Auteur : Sangsue – Hirudotherapie

Nos services en hirudothérapie animales en médecines alternatives. Quand la nature vous propose une autre solution, les sangsues au service de vos animaux. Une ferme expérimentale pour récolter des données et contrer les préjugés.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s